Rubriques




Se connecter à

Renaud Muselier en faveur d'une troisième dose "pour tous", assortie d'un "pass vaccinal"

Alors que le rappel sera possible pour les plus de 50 ans dès le mois de décembre, Gabriel Attal a répété qu'"il n'y [aurait] pas d'intégration dans le pass sanitaire" de cette dose supplémentaire, ni de celle de la grippe.

La rédaction Publié le 16/11/2021 à 11:37, mis à jour le 16/11/2021 à 11:38
"Je suis doublement vacciné, je suis resté un mois couché et un mois en récupération. Je ne suis pas passé loin de la réanimation. Il faut mettre en place la troisième dose pour tout le monde, tout de suite." Photo Sophie Louvet

Invité de France Info ce mardi matin 16 novembre, le président (LR) de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier, a martelé ses arguments sur le vaccin, en estimant que la troisième dose était nécessaire pour éviter une nouvelle fermeture des établissements.

Mais il est allé plus loin, en proposant notamment l'instauration d'un "pass vaccinal" conditionné à ce rappel "pour tous" accompagné du vaccin contre la grippe, allant à l'encontre de ce que préconisait au même moment sur France Inter le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

"Je suis doublement vacciné, je suis resté un mois couché et un mois en récupération. Je ne suis pas passé loin de la réanimation. Il faut mettre en place la troisième dose pour tout le monde, tout de suite (...). Il faut passer d'un pass sanitaire à un pass vaccinal. Il faut faire en sorte que ceux qui sont vaccinés d'une troisième dose aient accès à la vie. Il permettra pour ceux qui veulent vivre de vivre et de ne pas bloquer tout le monde".

Le gouvernement réfute

Alors que le rappel sera possible pour les plus de 50 ans dès le mois de décembre, Gabriel Attal avait simplement répété que, pour l'heure, "il n'y a pas d'intégration dans le pass sanitaire" de cette dose supplémentaire. La prise en compte de la 3e dose dans le passe sanitaire ne concerne que les plus de 65 ans, à partir du 15 décembre. 

 

"Etant donné la manière avec laquelle le gouvernement a géré les premières vagues...", a ironisé le président de la Région Sud, qui dit vouloir éviter à tout prix "une cinquième vague."

Renaud Muselier estime notamment normal que les non-vaccinés aient moins de droits que les personnes vaccinées. "Elles sont des bombes virales potentielles pour les autres, il ne faut pas qu'elles soient en contact avec ceux qui reviennent à la vie (...) On ne va pas arrêter la totalité de notre vie économique et sociale parce que quelques-uns ne veulent pas se faire vacciner".

Il souhaite également rendre obligatoire cette dose de rappel pour le personnel soignant.

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.