Rubriques




Se connecter à

Régionales: pour la déléguée générale adjointe de LREM, "notre candidat, c’est Renaud Muselier"

La déléguée générale adjointe de La République en marche, en charge des élections, lève toute ambiguïté : le président sortant de la Région est "soutenu" par le parti présidentiel.

Recueillis par Lionel Paoli Publié le 16/06/2021 à 20:00, mis à jour le 18/06/2021 à 10:24
"Chez nous, le seul calcul vise à trouver le meilleur moyen de battre le RN", affirme Marie Guevenoux, déléguée générale adjointe de LREM en charge des élections. Photo Cyril Dodergny

"Je suis venue apporter mon soutien à Renaud Muselier." La phrase est nette, sans ambiguïté. Elle est prononcée par Marie Guevenoux, déléguée générale adjointe de LREM en charge des élections, de passage mercredi à Nice. Quelques mots en apparence anodins, mais chargés de signification. Et peut-être lourds de conséquences.

Pourquoi venir sur la Côte d’Azur, alors que votre parti ne présente aucune liste aux élections régionales ?
Nous n’avons pas de liste au sens de l’appareil politique, mais nous avons un candidat qui s’appelle Renaud Muselier. Au nom de majorité présidentielle, je suis venue lui apporter mon soutien et appeler les électeurs de LREM à voter pour lui.

La tête de liste initialement investie par votre formation, Sophie Cluzel, s’est présentée puis s’est retirée deux fois. Pouvez-vous nous expliquer cette bizarrerie ?
J’entends que cela puisse paraître surprenant. [Silence] Deux points ont guidé notre décision. D’une part, la possibilité avérée de travailler en partenariat avec le président sortant de la Région. D’autre part, le risque très élevé que le Rassemblement national gagne ces élections.

 

Cela n’explique pas ce double aller-retour…
C’est lié aux événements parisiens que vous connaissez. Renaud Muselier a subi une pression énorme, aberrante de son propre parti. Ses « amis » ont perdu les pédales. Pendant un certain temps, il a été difficile de se parler. Puis les choses étant rentrées dans l’ordre, la candidature de Sophie Cluzel ne s’imposait plus.

Le rassemblement s’imposait dès le premier tour, selon vous ?
J’en suis convaincue. J’espère que l’avenir me donnera raison.

Au départ, Sophie Cluzel devait figurer sur la liste Muselier ?
Oui. Mais lorsqu’elle a compris que sa présence était un point de blocage, elle s’est effacée.

L’annonce du retrait de la liste LREM par le Premier ministre a été perçue comme un piège pour diviser la droite…
Ce n’était pas le cas. Chez nous, le seul calcul vise à trouver le meilleur moyen de battre le RN.

 

Ne pensez-vous pas que votre soutien, aujourd’hui, peut affaiblir Renaud Muselier ?
J’en ai parfaitement conscience. Mais chacun peut comprendre qu’il y a un but commun : battre le Rassemblement national.

Peut-on s’allier avec Les Républicains en région et les combattre au niveau national ?
C’est le cas ! Face à un enjeu très important en région, il y a une logique à être unis.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.