“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Radicalisation islamiste: Dominique Estrosi-Sassone, sénatrice azuréenne, siège dans la commission d’enquête

Mis à jour le 12/11/2019 à 14:41 Publié le 12/11/2019 à 14:40
Dominique Estrosi-Sassone.

Dominique Estrosi-Sassone. N. M.

Radicalisation islamiste: Dominique Estrosi-Sassone, sénatrice azuréenne, siège dans la commission d’enquête

Dominique Estrosi-Sassone, sénatrice des Alpes-Maritimes et vice-présidente du groupe Les Républicains au sénat, a été nommée dans la commission d’enquête sur le développement de la radicalisation islamiste et les moyens de la combattre.

Créée à l’initiative du groupe Les Républicains du Sénat suite à l’attaque terroriste de la Préfecture de Police de Paris mais également en raison d’une "inquiétante multiplication de revendications communautaires et de manifestations identitaires contraires aux valeurs républicaines", cette commission d’enquête cherchera à comprendre comment l’islam radical s’est développé en France, indique la sénatrice.

La commission dressera par ailleurs un état des lieux de la situation dans les territoires et proposera au gouvernement des solutions pour "combattre la progression de cette nouvelle forme de totalitarisme et de fanatisme".

Pour mémoire, rappelle la parlementaire, une commission d’enquête dispose de pouvoirs importants de contrôle et d’investigation. "Il est notamment impossible de se soustraire à ses convocations et elle dispose d'un délai de six mois pour rendre son rapport."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.