Rubriques




Se connecter à

Primaire LR : "Si Ciotti est choisi, ce sera sans l’UDI !", affirme Jean-Christophe Lagarde

Exclu du processus de désignation du candidat de droite à la présidentielle, le patron de l’UDI est prêt à discuter avec tous les prétendants… sauf avec le député des Alpes-Maritimes.

lpaoli@nicematin.fr Publié le 27/11/2021 à 19:25, mis à jour le 01/12/2021 à 16:40
interview
"S’il n’y a rien entre le roi et le peuple, le peuple coupe la tête du roi", prévient Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI. Photo Franz Chavaroche

L’annonce, prévue aujourd’hui au congrès national de l’UDI, a été reportée sine die. Jean-Christophe Lagarde devait indiquer quel candidat à l’investiture LR serait adoubé par son parti. "Mais Valérie Pécresse nous a fait savoir qu’elle n’acceptera aucun soutien, tant que Les Républicains ne se seront pas prononcés", regrette l’ancien maire de Drancy.

L’heure des centristes viendra plus tard, après la clôture du congrès LR le 4 décembre, lorsque le candidat désigné par les militants devra bâtir une majorité pour mener la bataille de la présidentielle. Le président de l’UDI prévient: "Il n’y aura pas de soutien automatique."

Vous avez reçu trois des cinq candidats à l'investiture LR: Xavier Bertrand, Philippe Juvin et Valérie Pécresse. Comment s’est déroulé ce grand oral?
C'était très intéressant. Nous en avions assez de ne les entendre parler que de sécurité et d’immigration; ce ne sont pas les seuls problèmes du pays! Que proposent-ils en matière d’éducation, de souveraineté technologique, de retraite, d'environnement? Nous voulions aussi connaître leur vision de l'Europe.

 

Votre verdict?
Nous avons pu constater qu'il n'y a pas d'incompatibilité entre leurs idées et les nôtres. Philippe Juvin semblait parfois plus proche des positions de l'UDI que de LR! Xavier Bertrand a repris notre proposition de régionaliser la santé. Il a une conception de l'Europe qu'on peut partager. Valérie Pécresse, de son côté, est plus charpentée sur l'éducation.

Regrettez-vous que Michel Barnier et Éric Ciotti n'aient pas répondu à votre invitation?
Bien sûr. Si Michel Barnier obtient l’investiture de son parti, nous le rencontrerons après le 4 décembre. Mais pour Éric Ciotti, ce n’est pas possible. On ne peut pas discuter avec quelqu’un qui se dit prêt à voter pour Éric Zemmour. On ne le soutiendra jamais! Si Ciotti est choisi comme candidat à la présidentielle, ce sera sans l’UDI.

Les centristes ont été exclus du processus de désignation du "candidat de la droite et du centre". Selon vous, c'était une erreur stratégique?
Il y avait deux solutions: soit une primaire ouverte au centre, soit un congrès étriqué réservé aux seuls militants. Ils ont choisi la seconde option. Au soir du 4 décembre, il y aura donc un candidat de la droite et… de la droite! Ça ne suffit pas pour gagner une présidentielle. Les Républicains ont commis une erreur.

Ce Président n’écoute personne

On ne gagne que si on se rassemble. Sinon ça finit comme François-Xavier Bellamy aux élections européennes à moins de 10%. Être unis, c’est aussi la seule chance d'éviter un second mandat de Macron. Ce Président n’écoute personne; 75% des Français ne veulent plus de lui. Au regard des défis qui nous attendent, il ne pourra pas gouverner sereinement. S'il est réélu, ce sera les "gilets jaunes" en pire. Parce que s'il n'y a rien entre le roi et le peuple, le peuple coupe la tête du roi!

Le maire UDI de Sceaux, Philippe Laurent, regrettait que les centristes soient considérés comme des "mous" et traités comme quantité négligeable. C'est votre sentiment?
Ce n’est plus tout à fait vrai. Les Républicains ont tout de même été considérablement affaiblis. Ceux qui réfléchissent voient bien qu'il faut être unis pour gagner. Il y a un équilibre des forces à trouver. Ce qui est certain, de notre part, c’est qu’il n’y aura pas de soutien automatique. Tout dépendra de la qualité des discussions que nous aurons après le congrès.

 

Pensez-vous que certains militants UDI ont adhéré à LR pour voter à la primaire?
Je ne le crois pas. Ou plutôt: j'espère que non.

N'aurait-il pas été plus simple de présenter votre propre candidat à l'Élysée?
J’ai fait ce choix, et je l’assume, parce que ce n'est pas dans la division qu'on gagne. Je me serais fait plaisir à titre personnel, mais j'aurais accru les chances d'Emmanuel Macron.

Les idéologies ont largement disparu

On dit qu’une présidentielle se gagne toujours au centre. Pourtant, depuis Giscard, les centristes n'ont jamais atteint le second tour. Comment l’expliquez-vous?
En 1988 avec Raymond Barre, et 2007 avec François Bayrou, ça s'est joué à peu de choses! Le problème est d'abord dans la division des centristes. Nous sommes d'accord sur le fond, rarement sur les hommes.

Assez curieusement, alors que les idéologies ont largement disparu, la tension de l'arc politique est plus forte qu'avant. On est plutôt dans la réaction que dans la réflexion.

Votre phrase malheureuse sur Eric Zemmour (1) a fait le buzz. Vous vous en êtes excusé. Au demeurant, ne pensez-vous pas que Les Républicains manquent de fermeté vis-à-vis de lui?
C’est une évidence! Comment un parti gaulliste peut-il ne pas réagir lorsqu'un pétainiste trace un signe égal entre de Gaulle et Pétain, tout en se prétendant l’héritier du RPR?

Ce parti, c'était celui de Chirac, de Pasqua - un Résistant! Quand Les Républicains sont à Colombey-les-Deux-Églises, la place de Zemmour serait plutôt à l'île d'Yeu [où est enterré le maréchal, ndlr]. Ils devraient le dire et le dénoncer. La droite, c'est l’antithèse de l'extrême droite.

 

Pourquoi ne le disent-ils pas?
Le problème, c'est que jusqu’au scrutin du 4 décembre, ils parlent à leurs militants tout en étant entendus par tous les Français. Viendra le temps, je l’espère, où ils parleront à tout le monde…

 

 

 

 

1. Sur France Info, dimanche dernier, alors qu’il donnait son avis sur Éric Zemmour, le président de l’UDI a eu des propos assez violents. Il a notamment dit: "Monsieur Zemmour, si Monsieur Pasqua était là, il te filerait une balle dans la tête".

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.