“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Pour Xavier Garcia (PS), 2016 sera l'année des "possibles"

Mis à jour le 24/01/2016 à 05:09 Publié le 24/01/2016 à 05:09
De gauche à droite : Yann Librati, chargé de la communication, Xavier Garcia, premier secrétaire fédéral et Fouzia Ayoub, porte-parole et chargée des sections.

De gauche à droite : Yann Librati, chargé de la communication, Xavier Garcia, premier secrétaire fédéral et Fouzia Ayoub, porte-parole et chargée des sections. François Vignola

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Pour Xavier Garcia (PS), 2016 sera l'année des "possibles"

Le premier secrétaire fédéral du PS des Alpes-Maritimes voit cette année, sans élection, comme une chance pour réussir l'unité de la gauche et combler le différentiel avec « une droite hégémonique »

A la Fédération du Parti socialiste des Alpes-Maritimes, rue Biscarra à Nice, tout est rouge. La rose, bien sûr, le mur, le joli chemisier de Fouzia Ayoub, la porte-parole… Mais aussi, les serviettes, les verres pour le… verre de l'amitié, ou encore l'accordéon du duo improbable Pizzicato, deux chanteuses douces-dingues, qui ont égayé de manière iconoclaste, les vœux de Xavier Garcia, hier après-midi.

Des vœux à l'offensive et plein d'espoir pour 2016, en présence, notamment de Patrick Allemand, Yann Librati, Christine Dorejo, Paul Cuturello. Mais aussi de Jean-Christophe Picard du PRG, venu sans Patrick Mottard, toujours en délicatesse avec ses amis socialistes.

Après avoir évoqué une année éprouvante, « politique également », le premier secrétaire fédéral des Alpes-Maritimes a souhaité que 2016 soit l'année « où le PS comble son différentiel avec les Républicains hégémoniques dans le département ». Et il y croit, car, martèle-t-il, tout est réuni pour travailler davantage. « Nous avons du temps », sourit-il, « et des ressources humaines ».

L'occasion d'appeler de ses vœux l'unité de la gauche, notamment au niveau local. « Pour lutter contre la droite et l'extrême droite, nous devons être réunis, c'est la condition de notre survie politique ».

Mais, « on est debout, on est vivant et on va le rester », promet-il.

Xavier Garcia souhaite également que le PS soit force de propositions en 2016. Au niveau des transports, ou de l'écologie par exemple : « Je vais écrire au maire pour que nous devenions le premier département avec zéro pesticide. »

Quelques estafilades au passage, tout de même…

« Dans le passé on est souvent tombé dans la paresse intellectuelle car nous avons des caricatures en face de nous. Cette droite caricaturale est facile à brocarder, assise sur sa rente électorale. Entre Estrosi qui propose, mais à coups de millions d'euros, Ciotti et son ostracisme contre la gauche et Guibal qui n'a plus développé une idée depuis plus de 15 ans. Il faut sortir de cela », lâche-t-il, volontaire. Avant d'ajouter, plus doux, « Estrosi nous a tendu la main à la Région, il n'y a pas de raison que l'on ne la saisisse pas. A deux contions : que les membres du conseil territorial soient bénévoles et de ne pas être fantoches, c'est-à-dire avoir les moyens de travailler, avoir les dossiers à temps ».

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.