“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pour Albert II en voyage officiel en Inde, "le message de Gandhi est hélas d’actualité"

Mis à jour le 07/02/2019 à 08:03 Publié le 07/02/2019 à 07:34
Albert II a visité la dernière demeure de Gandhi et déposé une gerbe au Mémorial.

Albert II a visité la dernière demeure de Gandhi et déposé une gerbe au Mémorial. Photo Gaetan Luci/Palais Princier

Pour Albert II en voyage officiel en Inde, "le message de Gandhi est hélas d’actualité"

Le souverain conclut ce jeudi une visite officielle de quatre jours au pays de Gandhi, figure dont il a honoré la mémoire et repris les mots pour inciter à agir à la sauvegarde de la planète.

C’était probablement le moment le plus intense de cette première visite officielle du prince Albert II en Inde. Après Barack Obama ou encore Emmanuel Macron récemment, le souverain s’est rendu au mausolée du Mahatma Gandhi, ou "Raj Ghat", mardi matin.

Un hommage lourd de sens dans un cadre d’une poésie absolue. Là, sur les rives de la rivière Yamuna, le prince Albert II a foulé d’un pas délicat une pelouse saupoudrée d’une rosée matinale et à faire pâlir les jardiniers de Wimbledon.

Couronne de fleurs en mains, aidé par l’ambassadeur de Monaco en Inde, Patrick Médecin, et Anne-Marie Boisbouvier, l’une de ses conseillères (*), le souverain s’est ensuite incliné devant une plaque de marbre noir abondamment fleurie et symbolisant le lieu de crémation de Gandhi, le 31 janvier 1948.

Les 7 péchés sociaux

Dans un silence absolu, Albert II a alors lancé au vent des pétales de fleurs comme aimantés vers la stèle érigée en l’honneur d’une des plus grandes figures du XXe siècle.

Sur le mémorial, une flamme éternelle sous verre et l’épitaphe "Hé Ram" ("Ô mon Dieu"), qui furent les derniers mots du "père" (Bapu) des Indiens.

L’hommage rendu, le son des cithares a de nouveau résonné dans cette cour carrée entourée de simples murs de pierre surmontés de chemins de garde. Des plaques disposées au pied d’arbres somptueux attribuant à différents hauts dignitaires internationaux leur plantation.

Après avoir signé le Livre d’or, le souverain s’est vu remettre un buste en bronze représentant le Père de la nation, des livres et un parchemin reproduisant les 7 péchés sociaux: "Une politique sans principes, la richesse sans travail, du commerce sans morale, du plaisir sans conscience, de l’éducation sans caractère, de la recherche sans humanité et un culte sans sacrifice".

"Une grande émotion"

L’après-midi, toujours à New Delhi, le souverain a visité Gandhi Smriti, endroit même où Gandhi vécut les 144 derniers jours de sa vie avant d’y être assassiné. Sur place, des empreintes de pas matérialisent notamment le chemin quotidien que le Mahatma effectuait pour aller prier au fond du jardin.

Le 31 janvier 1948, alors qu’il allait se recueillir avec ses deux petites-filles, Gandhi y était abattu froidement par un fanatique hindou muni d’une arme à feu.

"J’ai ressenti une grande émotion lors de ces visites. Le Mahatma Gandhi est un personnage tout à fait extraordinaire, un apôtre de la non-violence, de la paix et de la considération pour les plus démunis. Son message est hélas encore plus actuel que de son vivant et il doit rester un exemple pour nous. J’espère que sa vision et son message nous inspirerons encore pendant longtemps", a déclaré le prince Albert II au sortir de la dernière demeure du Père de la nation.

*Étaient également présents le conseiller de gouvernement-ministre des Relations extérieures, Gilles Tonelli ; le président du MEB, Michel Dotta ; et le directeur exécutif de la FPA2, Olivier Wenden.

Photo Gaetan Luci/Palais Princier

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.