“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Port de Vintimille: quelles garanties?

Mis à jour le 14/12/2016 à 05:15 Publié le 14/12/2016 à 05:15
Le port de Vintimille

Le port de Vintimille Photo JFO

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Port de Vintimille: quelles garanties?

Le conseil national est revenu lors des débats sur l'acquisition du port de Vintimille et s'inquiète du possible manque de garantie

Le port de Vintimille acquis par la société d'exploitation des Ports de Monaco (SEPM) pour quatre-vingts ans et 86 millions d'euros [lire notre édition d'hier] sans que les élus du conseil national ne soient prévenus. Voilà ce qui fâche les conseillers nationaux; par ailleurs très circonspects sur la transaction et les conditions dans lesquelles elle a eu lieu.

Un problème de forme donc - avec un couac évident dans la communication. Mais un problème de fond aussi… Marc Burini, vice-président, souligne: "Il ne devait pas y avoir énormément d'investisseurs qui se battaient pour obtenir la concession de ce port… Il n'y avait donc pas d'urgence. Vous n'avez pas les garanties de l'État italien. Alors, je suis encore plus inquiet".

Inquiet pour la sécurité, pour la gestion de l'anse destinée à accueillir et abriter des yachts de Monaco… "La partie italienne n'est pas très claire, souligne Alain Ficini (HM). On parle aussi de parkings, de boutiques, de navette hélicos. Autant d'informations que nous n'avons jamais eues. Ce dossier me rappelle celui de la Tour Odéon…" Laurent Nouvion (HM) poursuit: "Oui, comme pour la Tour Odéon, on nous a mis devant le fait accompli."

Plus tard, Jean Castellini expliquera à Jean-Michel Cucchi, hors séance publique, qu'un certificat anti-corruption a été obtenu de la sous-préfète d'Imperia. Mais c'est loin d'être suffisant pour les élus! Serge Telle confirme qu' "il n'y avait pas d'autres candidats à l'achat de la concession » et que le gouvernement monégasque « attend toujours des garanties des autorités italiennes."

Mais le ministre d'État est convaincu que la transaction est une bonne chose pour l'avenir. "Je crois qu'en toute objectivité cet investissement est fondé. » Jean Castellini, lui, parle de « condition attractive en terme de proximité géographique"

Vingt-cinq kilomètres de Monaco… Ce n'est tout de même pas du voisinage.

Dubitatifs sur l'opération, les conseillers nationaux ont exprimé leur désapprobation, le 18 juillet dernier, en commission de placement de fonds - commission qui est consultative uniquement.

"Ne nous faites pas de faux procès, lance Jean Castellini. Nous sommes convaincus qu'un projet comme celui-ci est porteur d'avenir pour Monaco. Mardi dernier l'accord a été finalisé entre les Italiens et la SEPM selon les conditions qui sont celles qui furent expliquées en juillet. J'en ai été informé à 14 heures. J'ai vu un projet de communiqué de presse italien. J'en ai touché un mot à 18 heures au président du conseil national. Le timing était très serré. Nous travaillons tous dans l'urgence. Les négociations sont parfois compliquées. Quand l'accord a été signé, vous avez été presque aussitôt informés."

Jean-Michel Cucchi se montre pragmatique: "ça s'est passé comme ça ne devrait pas se passer. Vous avez reconnu vous-même que nous avions émis des réserves politiques et qu'il est important d'avoir des garanties sur un dossier sensible. Et puis, d'une part, vous n'obtenez pas ces garanties ; d'autre part, on apprend que le président de la SEPM peut signer à peu près n'importe quoi sans que vous le sachiez!"

Oui, Jean-Michel Cucchi est inquiet. Car si une sale affaire venait se loger dans ce dossier, l'image de Monaco serait immédiatement entachée. Alors pourquoi donc le gouvernement se montre-t-il si sûr de cette opération?

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.