“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Avec la visite du président chinois Xi Jinping, Monaco avait des allures de pays fantôme ce dimanche

Mis à jour le 25/03/2019 à 08:17 Publié le 25/03/2019 à 07:29
Au rond-point de la place d’Armes, lieu névralgique de l’arrivée de XiJinping, il était strictement interdit de circuler et même de s’attarder trop longtemps.

Au rond-point de la place d’Armes, lieu névralgique de l’arrivée de XiJinping, il était strictement interdit de circuler et même de s’attarder trop longtemps. Photo Cyril Dodergny

PHOTOS. Avec la visite du président chinois Xi Jinping, Monaco avait des allures de pays fantôme ce dimanche

La venue du président chinois a impliqué des mesures de sécurité draconiennes et contraignantes. Peu de gens se sont aventurés dans le centre de la Principauté et sur le Rocher. Ambiance en ce dimanche inhabituel.

On le sait, le dimanche n’est pas le jour le plus animé à Monaco. Mais la visite exceptionnelle de Xi Jinping, président de la République populaire de Chine, a donné au pays de 2 km² des allures de ville fantôme. En centre-ville, ce dimanche matin, peu d’âmes qui vivent ou qui s’aventurent dehors, tant les mesures de sécurité s’avèrent draconiennes.

Tous les commerces sont fermés. Ou presque. La Brasserie de Monaco a fait le pari (réussi) d’ouvrir sur le port Hercule. Sur le boulevard Albert-Ier, seul le supermarché Casino n’a pas baissé son rideau métallique.

>> RELIRE. Le prince Albert-II a accueilli le président Xi Jinping à Monaco.

Lors de l’arrivée de la Hongqi, voiture présidentielle chinoise, en Principauté
Lors de l’arrivée de la Hongqi, voiture présidentielle chinoise, en Principauté Photo Cyril Dodergny

À l’angle de la rue Grimaldi et de l’avenue d’Ostende, deux bus de la CAM barrent l’accès à ces deux artères. C’est par là que le cortège chinois déboulera pour faire une brève halte à l’hôtel Hermitage (lire page suivante) avant de pénétrer dans l’enceinte du palais princier. Alors, forcément, toutes les voitures ont dû faire place nette depuis vendredi soir, conformément à l’arrêté ministériel.

Des agents en uniforme sont postés presque tous les 50 mètres. Au moins dix contrôles en vingt minutes. "On vous conseille de ne pas trop rester dans le secteur. La circulation des piétons est restreinte, au moins sur l’itinéraire du cortège. Seuls les uniformes sont autorisés", nous fait-on savoir.

Plus haut, la place d’Armes et le marché de la Condamine ont été bouclés. Tout comme l’accès au palais par la rampe Major et l’avenue de la Porte Neuve.Seule celle de la Quarantaine est autorisée au passage.C’est ici même qu’on croise une famille de Contes, un brin désorientée.

>>RELIRE. Chine, bouchons, militantes blessée, hôtel de police à Nice... Emmanuel Macron se confie en exclusivité à Nice-Matin.

Que ce soit sur le boulevard Albert-Ier, la rue Grimaldi ou les venelles de Monaco-Ville, on a croisé plus d’uniformes que de civils.
Que ce soit sur le boulevard Albert-Ier, la rue Grimaldi ou les venelles de Monaco-Ville, on a croisé plus d’uniformes que de civils. Photo Cyril Dodergny
Que ce soit sur le boulevard Albert-Ier, la rue Grimaldi ou les venelles de Monaco-Ville, on a croisé plus d’uniformes que de civils.
Que ce soit sur le boulevard Albert-Ier, la rue Grimaldi ou les venelles de Monaco-Ville, on a croisé plus d’uniformes que de civils. Photo Cyril Dodergny

"On avait des tickets pour le musée Océanographique mais il est fermé. Des amis devaient nous rejoindre de Mouans-Sartoux mais ils ne peuvent pas emprunter l’A8. Ça et la Promenade des Anglais, c’est beaucoup pour une seule personne. Des gens sont obligés de rester chez eux. Nous, on va se rabattre sur Èze ou LaTurbie", soufflent Catherine et Christophe.

Tous ne sont pas déçus par ce chambardement dominical. "C’est un grand honneur pour Monaco de recevoir l’un des présidents les plus puissants au monde, confie Robert, croisé dans une rue Princesse Caroline déserte. En rentrant de l’hôpital avec le petit, on a pu facilement prendre les itinéraires de déviation."

Le Rocher sanctuarisé

11 h 35. L’avion présidentiel d’Air China touche l’asphalte azuréen à Nice. 12 h 05, la robuste Hongqi*, flanquée de son drapeau chinois, part pour Monaco sous très bonne escorte.Il se murmure que la voiture, avec ses 4,5 tonnes de carrosserie blindée, n’avance pas à vive allure sur l’A8, puis dans le tunnel Rainier-III.

Hongqi cela signifie "le drapeau rouge" en chinois, un symbole du Parti communiste chinois.

Dans le même temps, sur un Rocher sanctuarisé, on ne croise que des uniformes. Et quelques rares personnes qui, systématiquement, montrent patte blanche pour circuler librement.

"Monaco-Ville, on a l’impression qu’il y a eu une bombe atomique. Il n’y a pas un chat", fait savoir un passant.

>>RELIRE. PHOTOS. Le couple Macron et Jinping se sont retrouvés à la Villa Kerylos à Beaulieu-sur-Mer. 

Un hélicoptère survole la zone
Un hélicoptère survole la zone Photo Cyril Dodergny

Une résidente surenchérit: "D’habitude, il y a des touristes. C’est embêtant car je devais sortir de chez moi pour organiser des événements pour le travail", commente-t-elle, tout en promenant ses chiens.

De l’aveu d’un policier monégasque, pas le droit à l’erreur pour cette visite d’État, la première d’un président chinois en exercice depuis l’établissement des relations diplomatiques en 1995.

"S’il y a la moindre anicroche, on risque l’incident diplomatique", explique-t-il. De mémoire, selon lui, c’est du jamais vu en termes de dispositif de sécurité.Heureusement, aucun élément extérieur n’est venu enrayer une mécanique bien huilée.

Et la voiture présidentielle, escortée par dix véhicules et sept motos, est arrivée à bon port dans la cour d’honneur de la demeure princière à 13 h 15. Avant d’en repartir à 15 h 50.

Un drone en renfort pour surveiller la zone
Un drone en renfort pour surveiller la zone Photo Cyril Dodergny

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct