“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Perquisition chez un assistant de Marie-Christine Arnautu (FN)

Mis à jour le 18/02/2016 à 05:12 Publié le 18/02/2016 à 05:12
La conseillère municipale niçoise a relayé sur son compte Facebook un communiqué du FN qualifiant cette affaire de pitoyable.

La conseillère municipale niçoise a relayé sur son compte Facebook un communiqué du FN qualifiant cette affaire de pitoyable. Jean-François Ottonello

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Perquisition chez un assistant de Marie-Christine Arnautu (FN)

Gérald Gérin fait parti des vingt attachés parlementaires FN, soupçonnés d'être rémunérés alors qu'ils ne travaillent pas pour l'institution européenne

Des perquisitions ont été menées hier et mardi dans l'affaire des attachés parlementaires FN, soupçonnés d'être rémunérés alors qu'ils ne travaillent pas pour l'institution européenne. Uniquement pour leur parti. Parmi les vingt assistants visés dès mars 2015 par l'enquête de l'office anti-corruption de la Police judiciaire figure Gérald Gérin, assistant parlementaire de l'eurodéputée et conseillère municipale niçoise Marie-Christine Arnautu. Parallèlement secrétaire particulier de Jean-Marie Le Pen, pour qui il aurait fait office de prête-nom en 2008, selon Médiapart, en vue d'ouvrir un compte caché en Suisse.

Par ailleurs conseiller régional réélu en Paca, Gérald Gérin est membre de la « commission tourisme ».

« Ce sont les fusibles qui sautent »

« Pendant la campagne présidentielle, il effectuait un travail, même si je n'en connais pas la nature. », commente cela dit une source l'ayant côtoyé. Qui regrette d'ailleurs que dans de telles affaires, « ce sont toujours les fusibles qui sautent. Pas les autres. » Et de préciser que des sympathisants FN ont pu être inscrits au Parlement à leur insu. Recevant une fiche de paie - que certains auront refusée et renvoyée.

Une autre source bien informée explique que les élus européens disposent d'une enveloppe de 120 à 130 mille euros par an pour salarier des attachés parlementaires. À eux, ensuite, de l'utiliser à leur guise.

Engageant généralement deux ou trois assistants, plus ou moins visibles. « Dans le cas de Gérald Gérin, un garçon charmant, c'était une manière déguisée de donner un salaire au majordome de Jean-Marie Le Pen. » Dont Marie-Christine Arnautu a toujours été très proche.

« Cela dure jusqu'à ce qu'on se rende compte qu'ils ne viennent que de temps en temps au Parlement, poursuit-on. Bien que certains pointent tous les jours. Mais ce n'est pas la majorité… »

Les rivalités politiques font alors le reste, permettant, « un beau jour », de dévoiler la supercherie. En interne ? « Tout le monde sait qui ils sont. On case le cousin, la cousine, le petit-fils… »

Et de donner l'exemple de Philippe Chevrier, assistant local de l'eurodéputée FN d'Île-de-France Marie-Christine Boutonnet. Mais surtout compagnon de Marie-Christine… Arnautu ! Tous deux s'étant rencontrés alors qu'ils étaient cadres chez Air France « Il s'agit d'entrecroiser pour arranger tout le monde, justifie-t-on encore. Ce n'est autre qu'un tripatouillage de l'argent du contribuable. Et ces postes ne vont pas à des jeunes qui en auraient besoin. »

Le FN s'enflamme

Marie-Christine Arnautu n'a pas donné suite à nos appels. Aussi faudra-t-il se contenter d'un communiqué du FN partagé sur sa page Facebook, relatif à « la pitoyable affaire dite des assistants parlementaires ». Le parti assure, entre autres, que celle-ci « manque évidemment de bases légales », que « dans tous les partis, des assistants parlementaires ont des responsabilités politiques. »

Et si sur le site internet du FN la fiche concernant Gérald Gérin était hier « en cours de rédaction », c'est désormais dans les colonnes de la presse que son parcours risque d'être inscrit à l'encre indélébile.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.