Paris veut augmenter les taxes pour les "riches": David Lisnard leur lance un appel à venir s'installer à Cannes

Le maire de Cannes, David Lisnard, a lancé sur Twitter un appel aux entreprises à venir s'installer dans sa ville après la volonté affichée par la mairie de Paris de développer de nouvelles taxes.

La rédaction Publié le 07/09/2022 à 14:41, mis à jour le 07/09/2022 à 14:41
Le maire de Cannes, David Lisnard, dénonce la volonté de la ville de Paris de vouloir taxer davantage les entreprises générant des super-profits. Photo Nice-Matin

"Entreprises, venez à Cannes". Tel est le message envoyé sur Twitter, mercredi matin, par David Lisnard. Si le maire de Cannes invite les entrepreneurs à venir s'installer dans sa ville, c'est surtout pour dénoncer la volonté affichée par la mairie de Paris de déployer de nouvelles taxes sur les grandes entreprises générant de "super-profits".

"Attractivité fiscale et qualité de vie. Idéal pour créer emplois et richesse, faire des profits, investir, innover. Les services de l'Agglomération Cannes Lérins et de la mairie de Cannes sont à votre disposition notamment pour les disponibilités foncières et immobilières", argumente David Lisnard dans son tweet, accompagné d'un article du Figaro intitulé "Fiscalité: la mairie de Paris veut davantage taxer les très aisés". 

Paris a les riches dans le viseur

La mairie de Paris, qui reproche à l'Etat un désengagement financier, préconise dans un rapport publié mardi une plus forte taxation des logements et bureaux vacants, et des touristes fortunés. 

Alors que la Ville de Paris évalue à 1,2 milliard d'euros le coût pour elle de la crise sanitaire, entre les pertes de recettes et les dépenses supplémentaires, "le système actuel de fiscalité des collectivités locales est à bout de souffle, et nécessite d'être urgemment réformé", soulignent Nicolas Bonnet-Oulaldj, chef des élus communistes parisiens, et Paul Simondon, adjoint PS aux finances de la maire Anne Hidalgo, dans leurs propositions. 

Parmi celles-ci, trois sont incitatives pour le logement: le lancement d'une taxe additionnelle sur les bureaux vacants, la multiplication "au moins par quatre" de la taxe sur les logements vacants ou le déplafonnement de la majoration de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires en zone tendue.

D'autres visent aussi les contribuables et touristes les plus aisés: le déplafonnement de la taxe de séjour sur les palaces et les hôtels de luxe, et l'instauration d'une progressivité pour les droits de mutation à titre onéreux (DMTO), versés à chaque transaction immobilière, "par un taux plus élevé pour les biens de luxe".

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.