“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

On connaît le nom du futur exploitant du Solenzara

Mis à jour le 22/03/2018 à 05:20 Publié le 22/03/2018 à 05:20
Le restaurant plage « Le Solenzara » pourrait rouvrir avant l'été.

Le restaurant plage « Le Solenzara » pourrait rouvrir avant l'été. archives Michael Alesi

On connaît le nom du futur exploitant du Solenzara

Lors du conseil municipal, mardi, les élus roquebrunois ont voté à l'unanimité pour que la gestion du restaurant-plage soit confiée à Thomas Laurenti

À l'ordre du jour du conseil municipal de mardi à Roquebrune-Cap-Martin, quinze délibérations, et à peine plus de deux minutes pour voter chacune d'entre elles. Séance express mais riche en promesses pour les mois et années à venir.

À très court terme, c'est ainsi du « Solenzara » qu'il a été question. Les élus ayant eu à approuver l'offre du candidat retenu pour exploiter les lieux (plage et restaurant) durant huit ans. Un candidat que la commission de délégation de service public avait plébiscité le 30 janvier dernier.

78 000e de redevance fixe

Quatre propositions avaient été reçues en mairie mais seules deux d'entre elles avaient été considérées comme de véritables candidatures. Et parmi ces deux-là, c'est la bien nommée « SAS Solenzara » qui l'a emporté. Une société en cours de constitution, apparue au Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales (Bodacc) le 14 mars dernier.

À sa tête, un certain Thomas Laurenti, connu à Menton pour être le propriétaire de l'hôtel « Prince-de-Galles » - à quelques encablures du « Solenzara ».

Le nouvel exploitant devra s'acquitter d'une redevance de 18 000 euros pour la plage, assortie de 3 % de son chiffre d'affaires. Et pour le restaurant : 60 000 euros, auxquels il faudra ajouter 4 % du chiffre d'affaires.

Du côté de l'opposition, représentée ce soir-là par Marie-Christine Franc de Ferrière et Hervé Martin, on s'inquiète du montant du loyer.

Le maire, Patrick Cesari, répond que la proposition émane de l'exploitant lui-même. Et de fait, sa candidature a été retenue sur trois critères : la qualité du projet d'exploitation, la qualité professionnelle du candidat, et les conditions financières proposées.

Le contrat sera signé le 26 mars. Pour ce qui est de l'ouverture, aucune date n'a pour l'heure été avancée. Mais il se murmure que le Solenzara devrait être de nouveau accessible avant l'été.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct