“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Nadine Morano (LR) : "Notre priorité absolue est de préserver l'identité de notre civilisation"

Mis à jour le 22/05/2019 à 15:56 Publié le 22/05/2019 à 15:55
Nadine Morano, eurodéputée sortante.

Nadine Morano, eurodéputée sortante. Photo AFP

Nadine Morano (LR) : "Notre priorité absolue est de préserver l'identité de notre civilisation"

Députée européenne depuis 2014 et candidate à sa réélection en 4e position sur la liste LR de François-Xavier Bellamy, Nadine Morano tiendra une réunion publique jeudi soir à 18 h 30 à Villeneuve-Loubet, salle Marcel-Jacques du Parc des Sports, entourée notamment par Lionnel Luca, Jean Leonetti, Eric Ciotti, Michèle Tabarot et Laurence Trastour-Isnart.

L’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy n’a rien perdu de son mordant. Elle défend la ferme volonté des Républicains de maîtriser les frontières pour lutter contre l'immigration illégale et s’en prend, dans un même élan, à Emmanuel Macron et au Rassemblement national.

A partir de quel score dimanche pourra-t-on considérer que Les Républicains se seront refait une santé?
Le plus haut possible! Mais je vous rassure, Les Républicains vont bien et sont fortement mobilisés sur le terrain car ce qui va se jouer dimanche en un seul jour, un seul tour, c’est la place et la force de la France dans l’Union européenne. Ma famille politique porte un projet clair pour stopper l’élargissement de l’Union européenne et mettre en place une politique ferme de maîtrise de nos frontières pour arrêter l’immigration illégale que les peuples ne supportent plus, à juste titre!

Votre parti peut-il se rassembler aussi facilement, après s’être tant déchiré ces deux dernières années, en particulier dans les Alpes-Maritimes?
Ce qui m’importe aujourd’hui, c’est l’unité et le rassemblement. Je ne peux que me réjouir de voir revenir ceux qui s’étaient laissé séduire par Emmanuel Macron. Ils font sans doute le constat que les Français ne supportent plus le désastre de sa politique fiscale, notamment sur nos retraités et les classes moyennes, la hausse des taxes sur les carburants, et n’acceptent pas que le chef de l’Etat soit incapable de résoudre la crise sociale des « gilets jaunes », qui dure depuis plus de six mois et plonge notre pays dans le chaos.

Qu’est-ce que ces cinq années comme eurodéputée vous ont appris sur l’Europe?
Que pour peser, il faut que notre délégation française soit efficace et nombreuse ! Voilà pourquoi il est indispensable, si nous voulons que nos idées soient défendues, que notre liste fasse le meilleur score possible. Je me bats pour que Bernard Asso (en 15e position), Xavier Wiik (en 27e position) et mes colistiers soient élus pour défendre les intérêts de la France, mais aussi ceux de la Région Sud.

En matière de protection des frontières, qu’est-ce qui distingue vos propositions de celles du RN?
Nous voulons la création d’un corps européen dédié à la protection de nos frontières extérieures. Nous avons voté un renforcement sans précédent de Frontex qui sera doté de 10 000 gardes-frontières et nous avons augmenté son budget qui atteint 333 millions d’euros cette année. Le Rassemblement national s’y est opposé ! Il est dans la posture. Nous, nous voulons une efficacité réelle. Je constate qu’en Italie, Salvini, l’allié de Marine Le Pen, veut répartir les migrants dans les Etats membres. Nous, nous voulons leur expulsion ! J’ajoute que nous souhaitons redéfinir nos relations avec l’Union africaine en conditionnant nos aides au développement à la maîtrise réelle de l’immigration et à la reprise des ressortissants illégaux. Les citoyens européens n’ont pas à payer deux fois : pour le développement et pour les clandestins ! Enfin, la solidarité en Méditerranée ne doit pas reposer que sur l’Europe.
Les bateaux en provenance d’Afrique doivent repartir vers le continent africain et les demandes d’asile doivent être faites là-bas, et non chez nous.

La priorité européenne, dites-vous, est aujourd’hui, la convergence fiscale…
Notre priorité absolue est de préserver l’identité de notre civilisation et de lutter contre l’invasion de l’islam radical sur notre continent. En matière économique, nous devons arriver à la convergence fiscale et sociale, mais cela demandera du temps. Nous exigerons, en revanche, la réciprocité commerciale immédiate. Il n’est pas acceptable que la Chine, les Etats-Unis et d’autres pays protègent leurs marchés là où l’Union européenne ouvre ses marchés publics à hauteur de 95 %. Nous devons protéger nos emplois, c’est indispensable.

Macron, c’est « brouillon  », estimez-vous. Si la liste LREM n’arrive pas en tête, quelles conclusions devra-t-il en tirer?
Sa politique est brouillonne. Il augmente la CSG puis la rembourse aux retraités modestes, il revient sur les 80 km/h, on marche mais sur la tête ! Son arrogance sur la scène européenne nous a amenés au bord de la crise diplomatique avec l’Italie, mis en froid avec la Pologne et la Hongrie, le couple franco-allemand bat de l’aile. C’est du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale. Après avoir divisé les Français, son attitude fracture l’Europe. Sans doute devra-t-il en tirer les conséquences dimanche et changer radicalement de politique et d’attitude.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct