“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monabike, justice, projet Caroli, chantiers: les mises au point du prince Albert II

Mis à jour le 19/11/2019 à 09:05 Publié le 19/11/2019 à 11:30
Le prince Albert-II s'est exprimé sur le chantier du CHPG, sur la justice et monabike

Le prince Albert-II s'est exprimé sur le chantier du CHPG, sur la justice et monabike Photo JFO

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monabike, justice, projet Caroli, chantiers: les mises au point du prince Albert II

A l'occasion de son interview exclusive accordée à Monaco-Matin pour la Fête nationale, le souverain répond à toutes les questions sur quatre sujets qui ont ponctué l'actualité monégasque de l'année.

Monabike: la piste… des pistes cyclables

"On réfléchit à augmenter le nombre et la longueur des pistes cyclables."
"On réfléchit à augmenter le nombre et la longueur des pistes cyclables." Photo Michael Alesi / Dir. Com.

L’énorme succès des vélos à assistance électrique Monabike pose des problèmes de sécurité. Faut-il davantage encadrer l’utilisation des vélos rouges, voire imposer des moyens de protection?
On se félicite tous du succès de Monabike, qui répond à une demande forte et repose sur un service efficace. Il participe aussi à réaliser notre objectif de réduire de 20% la circulation automobile à l’horizon 2030. Cela suppose une réelle prise de conscience de chacun sur ses déplacements. La voiture, tout le temps, n’est pas la solution. Les transports en commun, les vélos, la marche, sur un petit territoire, sont des modes à privilégier. La réflexion est lancée sur le partage de la voie publique, pour des questions effectivement de sécurité. Je souhaite que des lieux de pistes cyclables soient identifiés. On réfléchit à augmenter le nombre et la longueur des pistes cyclables.

Et le port du casque obligatoire, vous y songez?
La réflexion est également en cours. Mais ce n’est pas simple car cela exclurait automatiquement les touristes et les utilisateurs occasionnels.

D’autres pistes?
La sensibilisation est un élément clé. L’Éducation nationale s’y emploie déjà. Le partage de l’espace entre vélos et voitures doit aussi faire l’objet d’une action de sensibilisation auprès des automobilistes et des cyclistes. J’ai demandé au gouvernement d’y réfléchir. J’espère que cela aboutira très rapidement.

Projet Caroli: un accord à l’amiable?

L’abandon du projet Caroli sur l’esplanade des Pêcheurs, qui menaçait le Grand Prix de Formule 1, risque de coûter cher à l’État. On parle de 400 millions d’euros…
Je ne suis pas inquiet parce que les premiers éléments d’expertise démontrent le bien-fondé de la décision qui a été prise de ne pas donner suite à ce projet. Je ne suis pas opposé à ce qu’un accord à l’amiable soit recherché, à condition qu’il rétablisse l’État dans ses droits légitimes.

C’est-à-dire?
Je ne peux pas en dire plus aujourd’hui. Le rapport final est en cours. Il y aura des discussions avec le groupe Caroli pour trouver un accord respectant les conditions que je viens d’évoquer.

Chantiers: "Moderniser les procédures"

Que vous inspirent les critiques du Conseil national sur le retard et le surcoût de certains chantiers, notamment au CHPG?
Le chantier du Centre hospitalier Princesse-Grace est une opération très complexe et longue. Nous avons fait le choix de réaliser cet ensemble sur un site occupé. J’accorde toute ma confiance au directeur des Travaux publics pour gérer dans les meilleures conditions possibles l’avancée et le coût de ces opérations. J’ai aussi demandé au gouvernement une plus grande responsabilisation des différents acteurs de la construction, et une modernisation des procédures. Il faudra un peu de temps pour juger si ces nouveaux dispositifs sont efficaces.

Pourquoi ce feu de critiques, alors?
Il faut éviter les généralisations hâtives sur ces différentes opérations et laisser les nouvelles dispositions êtres mises en œuvre.

Justice: "C’est vrai que l’institution judiciaire a passé une année difficile"

Après des mois difficiles, le souverain porte "un regard rasséréné" sur l’avenir de l’institution judiciaire à Monaco.
Après des mois difficiles, le souverain porte "un regard rasséréné" sur l’avenir de l’institution judiciaire à Monaco. Photo Sébastien Botella

L’audience solennelle de rentrée des cours et tribunaux a été marquée par l’expression d’un mal-être des juges monégasques, qui ont essentiellement regretté des carences en termes d’effectifs et les attaques médiatiques répétées à l’égard de leur corps. Avez-vous bon espoir que la sérénité regagne les rangs rapidement, et comment?
C’est vrai que l’institution judiciaire a passé une année assez difficile mais elle a toujours eu ma confiance et je porte sur son avenir un regard rasséréné. Les deux nouveaux juges d’instruction, MM. Ludovic Leclerc et Franck Vouaux, contribueront, j’en suis sûr, avec l’ensemble des magistrats, au bon fonctionnement de notre justice. Je sais aussi pouvoir compter sur l’expérience et la sagesse de M.Robert Gelli, le nouveau directeur des Services judiciaires, qui est un homme avisé avec une réflexion pertinente sur ce que doit être la justice en Principauté. Je répète mon attachement à l’indépendance de la justice, qui est pour moi un principe intangible, et je suis sûr qu’avec ces arrivées et tous les acteurs de l’ensemble de la famille judiciaire, nous retrouverons la sérénité et une justice de grande qualité.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.