“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Michel Roger à Monaco-Matin: "Ne pas négocier (avec l'Europe) serait irresponsable"

Mis à jour le 16/02/2015 à 08:24 Publié le 16/02/2015 à 08:23
Le ministre d'Etat de Monaco, Michel Roger s'est longuement entretenu avec notre rédaction

Le ministre d'Etat de Monaco, Michel Roger s'est longuement entretenu avec notre rédaction Frantz Bouton

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Michel Roger à Monaco-Matin: "Ne pas négocier (avec l'Europe) serait irresponsable"

Dans un long entretien accordé à Monaco-Matin, Michel Roger, le chef du gouvernement princier, s'est notamment exprimé sur les négociations avec l'Union européenne.

Dans un long entretien accordé à Monaco-Matin, Michel Roger, le chef du gouvernement princier,  s'est notamment exprimé sur les négociations avec l'Union européenne.

Les discussions avec l'Union européenne concernant les accords avec les petits États vont démarrer. Pourquoi est-ce important pour Monaco ?

Ne pas rentrer dans cette négociation aurait été une décision irresponsable car l'économie monégasque a besoin d'un accès facilité au marché intérieur alors que les produits de l'UE accèdent librement à Monaco. L'entrée de nos produits sur le marché unique est parfois compliquée. C'est notamment le cas avec nos médicaments. Si pour obtenir un accord il faut renoncer à nos spécificités, alors il n'y aurait plus d'économie monégasque. Il n'en est pas question. Il est donc important de faire comprendre nos particularismes.

Êtes-vous confiant ?

Nous sommes très bien préparés et entourés des meilleurs experts. Obtenir des dérogations permanentes en fondant nos exceptions sur des réalités objectives semble possible. Le Liechtenstein et d'autres y sont déjà parvenus.

Quelle est la prochaine échéance concrète ?

L'ouverture des discussions est prévue le 18 mars. Cela commencera par la mise en place d'une méthodologie. Nous allons exiger dès le début que les discussions se tiennent en français et que le texte de l'accord soit aussi en français. Parce qu'il est plus facile de discuter dans sa langue mais surtout parce que la langue française est beaucoup plus précise sur le plan juridique.

 


Le dossier complet sur iPad ou sur le Journal en ligne


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.