Rubriques




Se connecter à

"Menton perd un grand bâtisseur visionnaire": ce que les élus locaux retiennent de la carrière de Jean-Claude Guibal

À l’annonce du décès de Jean-Claude Guibal, ce lundi, les élus locaux ont rivalisé d’éloges. Qu’il soit mentor, ami ou opposant, l’homme ne laissait pas indifférent et inspirait le respect. Portrait.

Thomas MICHEL Publié le 26/10/2021 à 09:21, mis à jour le 26/10/2021 à 08:38
Jean-Claude Guibal était un amoureux de Menton et de son patrimoine. Photo J.-F. Ottonello

Jean-Claude Guibal est décédé ce lundi matin, à son domicile, à l’âge de 80 ans, vraisemblablement d’un arrêt cardiaque.

Maire de Menton depuis le 20 mars 1989, il effectuait son 6e mandat.

Ce que retiennent les élus locaux de la carrière de celui qui fut aussi député des Alpes-Maritimes pendant 20 ans (1997-2017).

Menton au coeur

Qui oserait nier la passion pour Menton qui animait Jean-Claude Guibal? Certainement pas ses pairs, toutes et tous admiratifs de son investissement pour embellir la ville. "Les Mentonnais et ses collègues garderont le souvenir d’un homme qui a toujours eu sa ville au cœur", témoigne Marine Brenier, députée des Alpes-Maritimes. "La ville à laquelle il a tout donné pour en faire un joyau de la Riviera", ajoute Dominique Estrosi Sassone, sénatrice des Alpes-Maritimes.

 

Un constat unanime. "Un homme passionné qui a beaucoup donné à sa ville et à ses habitants", selon Eric Pauget, député des Alpes-Maritimes.

"Un homme engagé amoureux de sa ville qu’il a contribué à transformer et à embellir", pour Jérôme Viaud, maire de Grasse.

"Un homme passionné par sa ville à laquelle il a consacré toute sa vie", aussi pour Sébastien Leroy, maire de Mandelieu. Idem pour Joseph Segura, maire de Saint-Laurent-du-Var. "Il était profondément, incontestablement amoureux de sa ville et la Region Sud perd un grand serviteur", appuie Renaud Muselier, président de la Région Sud Paca.

À l’instar du prince Albert II, la députée des Alpes-Maritimes Alexandra Valetta-Ardisson, qui a pris sa succession à l’Assemblée nationale, retient la passion d’un homme pour ses terres et leur population. "Élu dévoué, Jean-Claude Guibal s’est battu tout le long de ses mandats pour défendre ses idées, son territoire et ses administrés (...) Je garderai en mémoire l’image d’un grand homme érudit, mobilisé sans relâche pour protéger et embellir ce territoire d’exception qu’il chérissait tant. Aujourd’hui, Menton perd un grand bâtisseur visionnaire."

"Jusque dans ses derniers instants, cet homme passionné s’est engagé au service de son territoire sur lequel il laisse une trace majeure", conclut le président du Conseil départemental, Charles-Ange Ginésy.

Atypique

Maire de Guillaumes et président de l’association des maires des Alpes-Maritimes, Jean-Paul David avait encore récemment croisé la route de Jean-Claude Guibal dans la Roya. Et ce dernier, toujours aussi porté vers l’avenir, lui avait donné rendez-vous pour un café. "Bien sûr qu’il était affaibli, mais il avait cette même vivacité intellectuelle et continuait à regarder devant. Indiscutablement." Un interlocuteur "de qualité, simple, accessible", qui détonnait dans le paysage local.

 

"C’était un personnage atypique. Un grand homme de la vie politique du département avec sa spécificité, son originalité, sa propre sphère. Même si les maires sont toujours dans le concret et le pratique, il avait une philosophie et une vision des choses. Il était toujours dans l’analyse et la projection."

Sagesse

Plus qu’un baron de la politique azuréenne, c’est le vieux sage que salue Christian Estrosi, maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d’Azur. "Sa sagesse aura tant apporté à la vie politique de notre département. Il aura mené un dernier combat exemplaire pour la vallée de la Roya après la tempête Alex, pour ce territoire qu’il aimait tant."

Même son de cloche pour Loïc Dombreval, député des Alpes-Maritimes. "C’était un élu investi, sage et modéré, infatigable défenseur de notre département et de notre région, il sera regretté."

Un homme que Xavier Beck, maire de Cap-d’Ail, a appris à apprivoiser. "Avec la disparition de Jean-Claude Guibal, une page de l’histoire mentonnaise se tourne. Il aimait passionnément sa ville, qu’il a servie sans réserve durant 32 ans. J’ai appris à connaître l’homme politique et la finesse de ses analyses."

Cultivé

Patricia Demas, sénatrice des Alpes-Maritimes, rend hommage à l’encyclopédie derrière l’homme. "C’était un homme de lettres et de culture qui a redonné à Menton, en 6 mandats et 20 ans à l’Assemblée, l’éclat qui lui avait valu l’appellation de ‘‘Perle de la France’’."

"Une intelligence hors du commun, pour le député Eric Ciotti. Un homme fidèle qui a transformé Menton dans le respect de son identité et de son histoire."

Modernité

Le maire de La Turbie, Jean-Jacques Raffaele, retient la faculté de l’élu à conduire à terme ses idées.

 

"Notre territoire, notre département, notre pays, perdent un grand homme. Un élu remarquable qui a tant œuvré pour le pays mentonnais et l’est des Alpes-Maritimes, mais aussi pour tous les salariés maralpins de la Principauté. Il a profondément modernisé et transformé l’action publique, avec un urbanisme exceptionnel, et une faculté impressionnante à faire aboutir tous ses projets."

élu d’opposition à Menton, Jean-Christophe Storai s’incline également devant un "grand maire". "Même si nous n’étions pas toujours d’accord ces derniers temps sur la vision de la chose publique à Menton, on doit reconnaître tout le bien qu’il a apporté à la Ville. Il restera le maire qui a accompagné Menton dans le XXIe siècle, une ville où il fait bon vivre."

Collaborateur de Jean-Claude Guibal à ses débuts, Jean-Christophe Storai reconnaît "avoir énormément appris". "Il savait écouter et prendre le temps à l’époque", dit-il au sujet d’un personnage atypique. "Un gentilhomme du XVIIIe siècle, charismatique, avec une vision très fine de la situation et une culture encyclopédique."

Hauteur de vue

"Je garderai le souvenir d’un homme que j’ai connu il y a plus de 20 ans comme maire et parlementaire pro-actif, avec une hauteur de vue sur les questions d’économie qui le passionnaient depuis HEC", a témoigné hier David Lisnard, maire de Cannes, premier à avoir tweeté sur le décès du maire de Menton. Anthony Borré, premier adjoint au maire de Nice, acquiesce: "Un homme d’une grande finesse, dont la hauteur de vue et la modération sert d’exemple."

"Son empreinte restera toujours gravée dans nos mémoires, ajoute Patrick Césari, maire de Roquebrune-Cap-Martin, car il a profondément marqué l’histoire du Mentonnais durant plusieurs décennies. Il avait su nouer une relation forte avec les habitants qui l’ont toujours reconduit dans ses mandats."

Un maire de Menton dont la main tendue à la Roya, jusqu’à l’après-Alex, restera dans les mémoires selon Sébastien Olhran, jeune maire de Breil-sur-Roya. "Je souhaite que nous sachions conserver à la magnifique Communauté d’Agglomération de la Riviera Française, cette unité, cette cohésion, cette voix singulière, indépendante, cette hauteur de vue qu’il avait su lui donner et ces liens transfrontaliers qu’il a toujours considérés comme sa plus grande richesse."

"Tous ceux qui l’ont côtoyé savent à quel point c’était un travailleur infatigable, renchérit Guy Bonvallet, maire de Moulinet, et quel service il rendait à la population de sa ville et des communes de la Carf. Jusqu’à ses dernières forces il a lutté pour contribuer au bien commun, dans une période marquée par des événements aussi traumatisants que la pandémie et, sur notre territoire, la tempête Alex."

 

Humanité

Lui-même maire de Cagnes-sur-Mer depuis 1995, Louis Nègre insiste sur les qualités humaines d’un meneur d’hommes. "Son humanité et sa stature ont marqué ses mandats et sa gestion de la commune."

Tout comme Gérard Spinelli, maire de Beausoleil. "Ses actions en tant que maire, président de la Carf ou député ont toujours été orientées vers cette proximité humaine et territoriale qu’il chérissait et qui le motivait. Il restera pour beaucoup un homme politique passionné, aux convictions fortes qui se concrétisaient par des actions et des prises de décisions directes et concrètes. Jean-Claude demeurera dans nos mémoires, cet homme humaniste et érudit. Amoureux de littérature et d’histoire, il ne manquait jamais d’agrémenter ses discours, de petites digressions historiques et littéraires."

Amour

Nombreux sont les élus à avoir fait référence au décès de son épouse l’an dernier, la sénatrice Colette Giudicelli. Une perte immense résumée par le maire d’Antibes, Jean Leonetti. "Après la disparition de Colette Giudicelli, il a eu à affronter beaucoup d’épreuves. Je garderai de lui l’image d’un homme intelligent et modéré qui a consacré sa vie à sa ville."

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.