“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Menton et Monaco fortifient leurs liens par une plaque

Mis à jour le 19/01/2018 à 05:10 Publié le 19/01/2018 à 05:09
C'est tout près de la frontière italienne, devant la villa Maria Serena, que le prince Albert II et Jean-Claude Guibal ont dévoilé la plaque, aux côtés de l'archevêque de Monaco, Mgr Barsi.

C'est tout près de la frontière italienne, devant la villa Maria Serena, que le prince Albert II et Jean-Claude Guibal ont dévoilé la plaque, aux côtés de l'archevêque de Monaco, Mgr Barsi. Jean-François Ottonello

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Menton et Monaco fortifient leurs liens par une plaque

Le prince Albert II et Jean-Claude Guibal ont dévoilé, hier, une plaque signalétique « Site Historique Grimaldi de Monaco » pour rappeler les cinq siècles d'histoire qui unissent la cité et la Principauté

Sous le panneau d'entrée de Menton, à quelques pas de la frontière italienne, un voile blanc attire mécaniquement tout œil curieux. Dessous se cache une plaque signalétique, preuve matérielle des liens - aussi affectifs qu'historiques - qui unissent la cité et la Principauté. D'un coup sec, le prince Albert II et Jean-Claude Guibal la dévoilent aux yeux d'une assistance guère habituée à la présence d'un chef d'État. « Site historique Grimaldi de Monaco », peut-on lire en rouge.

Association créée en 2 015

La première d'une longue liste. Puisque bon nombre de communes françaises, mais aussi italiennes, ont été sous la coupe princière par le passé (1). Soit de façon directe, soit par le jeu des alliances.

C'est d'ailleurs tout l'objet de l'association des Sites historiques Grimaldi de Monaco créée en 2 015 par Jean-Claude Guibal, alors député et président du groupe d'amitié France-Monaco à l'Assemblée Nationale.

« Il fallait identifier, recenser, valoriser et promouvoir ces anciens fiefs que la famille Grimaldi a pu compter lors de sa longue histoire (...) En 2018, nous espérons bien en avoir une dizaine de plus », a-t-il expliqué.

Des princes bâtisseurs à Menton

Pour Menton et Roquebrune-Cap-Martin, plus que des fiefs, ce fut surtout cinq siècles d'histoire partagée de 1346 à 1848. Le souverain a, d'ailleurs, mis en exergue le patrimoine érigé par ses ancêtres, les princes bâtisseurs, dans la cité des citrons. « Le palais de mes ancêtres dans la rue Longue, la basilique Saint-Michel, le palais de Carnolès, l'église Saint-Honoré de Monti, construite quelques années avant que le vent de l'histoire, que le printemps des peuples européens de 1 848 ne séparent nos destins, a-t-il rappelé. Ces vicissitudes sont aujourd'hui oubliées et il était naturel et légitime que je réponde à cette invitation. »

À l'occasion de la fête de la Saint-Jean, les 23 et 24 juin prochaine, ce sera au tour du prince Albert II de recevoir ces hôtes particuliers. Pour la première « Rencontre des sites historiques Grimaldi de Monaco ». « Les trois sites particulièrement mis à l'honneur cette année seront les deux anciens fiefs dont le titre est aujourd'hui porté, selon l'usage historique, par mes enfants (2) : le marquisat des Baux en Provence et le Comté de Carladès en Auvergne. Mais aussi, bien sûr, cette belle ville de Menton », a conclu le souverain au cœur de la villa Maria Serena.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.