Rubriques




Se connecter à

Meeting national avec Marine Le Pen à Paris

Hier soir, l'ensemble des 13 têtes de listes Front national pour les élections régionales, dont la candidate en Paca Marion Maréchal Le Pen, se sont retrouvés aux côtés de Marine Le Pen pour un meeting national salle Wagram à Paris.

La rédaction Publié le 11/12/2015 à 05:14, mis à jour le 11/12/2015 à 05:14
Marine Le Pen donnant l'accolade à Marion Maréchal-Le Pen hier soir à l'issue du meeting national à Paris. AFP/ Patrick Kovarik

Hier soir, l'ensemble des 13 têtes de listes Front national pour les élections régionales, dont la candidate en Paca Marion Maréchal Le Pen, se sont retrouvés aux côtés de Marine Le Pen pour un meeting national salle Wagram à Paris. Un rendez-vous à portée nationale voulu comme le point d'orgue de la campagne de l'entre-deux tours. Intervenant après Wallerand de Saint-Just, candidat en Ile-de-France, la présidente du FN est revenue sur le score du FN au premier tour : « Dimanche, notre peuple, celui que les élites méprisent, le peuple de France a ébranlé l'oligarchie. Dans le sud, le PS est chaos, l'UMP est groggy », taclant le Premier ministre. « En sacrifiant ses amis, Manuel Valls s'est auto-promu en directeur de campagne de l'UMP, lâche-t-elle. Monsieur Sarkozy n'a pas fait un pli, il est a la tète d'un parti ou les candidats se gauchisent. Il n'est plus audible même a grand coups de jeux de mots besogneux. Les deux partis ont connu une défaite historique ».

« Nous appliquerons nos programmes »

Dans son discours, la présidente du FN, Marine Le Pen, a défendu ses candidats et leurs projets, « nous appliquerons nos programmes », et annonçant qu'il n'y aurait pas « de chasse aux sorcières » dans les régions FN.

 

Et de conclure : « Ce que craignent nos adversaires, ce n'est pas notre échec mais notre succès. Leur dernier argument, un argument de peur, ne tient pas ! », a martelé la candidate dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. « Je vous appelle à l'espérance, à une espérance active, chaque voix va compter. Ce combat, c'est le combat des générations qui nous ont précédées, c'est le combat pour nos enfants, parce que de son issue dépend la survie des Français en tant que peuple, fort, fier, libre ».

Un meeting d'une heure qui s'est achevé par La Marseillaise reprise en chœur par les candidats et l'assistance des drapeaux tricolores brandis sur l'estrade.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.