Rubriques




Se connecter à

"Me traiter de menteur est un mensonge": première prise de bec à l'Assemblée entre Masson et Darmanin à propos des migrants

Lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale de ce mardi, la députée azuréenne Alexandra Masson (RN) a interpellé Gérald Darmanin sur les chiffres de l'immigration clandestine à la frontière franco-italienne qui estime-t-elle sont "loin de la réalité", tant du côté des migrants que des effectifs de police. Des propos qui ont irrité le ministre de l'Intérieur et occasionné de vraies joutes verbales entre les deux protagonistes.

A.R. Publié le 04/08/2022 à 11:06, mis à jour le 04/08/2022 à 10:38
La députée pointe notamment la dangerosité du Pas de la mort. Photo d’archives Jean-François Ottonello

Lors des traditionnelles questions au gouvernement, mardi, la nouvelle députée de la 4e circonscription, Alexandra Masson (RN), s’est offert une joute verbale avec le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Son interrogation portait sur l’immigration.

"Le préfet des Alpes-Maritimes indiquait, il y a quelques jours dans la presse, que 14.000 migrants avaient déjà été refoulés à la frontière italienne dans les Alpes-Maritimes depuis le 1er janvier. Je me suis rendue vendredi dernier au poste frontière de Menton où nous avons pu constater que ces chiffres sont loin de la réalité!", amorce-t-elle, évoquant pour sa part 16.000 migrants refoulés en 2019, 17.000 en 2020, 26.000 en 2021 et déjà plus de 35.000 en 2022.

Donner les moyens, fermer le Pas de la mort

"Les effectifs de la Police des Frontières chargés de surveiller la frontière entre l’Italie et les Alpes-Maritimes n’ont pas augmenté depuis 5 ans, alors que le nombre de migrants clandestins y a triplé", poursuit-elle, rappelant combien sa circonscription est impactée, dans la mesure où elle est le point de passage le plus important. 

 

"Le plus connu d’entre d’eux, surnommé le "Pas de la mort", voit passer des dizaines de milliers de migrants chaque année qui y risquent leur vie, et nos forces de l’ordre la leur", souligne l’élue.

"Quand allez-vous enfin donner les moyens humains et matériels à nos forces de police et de gendarmerie pour lutter efficacement contre l’immigration clandestine et les bandes organisées de passeurs qui s’en nourrissent? Quand allez-vous enfin fermer le "Pas de la mort" pour faire stopper les nombreux accidents, tant du côté des forces de l’ordre que des migrants, qui ont endeuillé ce sentier?", questionne-t-elle.

Passablement agacé, le ministre de l’Intérieur la rembarre aussitôt. "Je ne sais pas d’où vous tenez vos chiffres. Il y a eu 98 policiers de plus pour les Alpes-Maritimes. 17 unités de force mobile en plus aux frontières, dont 6 rien que pour les Alpes-Maritimes. Et vous n’avez pas dit dans votre propos qu’il y avait une augmentation de 32% du nombre de personnes en mer Méditerranée, par rapport à des périodes où il y avait le Covid", assène Gérald Darmanin, avant d’inviter la députée à se rendre auprès des services de la préfecture pour se renseigner sur les bons chiffres.

"Il est impératif que vous veniez sur place et arrêtiez de mentir aux Français sur vos chiffres!", clame Alexandra Masson.

"Je suis venu sept fois à la frontière italienne, je n’ai pas eu l’occasion de vous y rencontrer. Mais la prochaine fois, je le ferai avec plaisir", rétorque le ministre dans une tentative de main tendue… bien vite retirée.

 

"[Me traiter de] menteur est un mensonge. Je ne me permets pas d’affubler vos propos sur le fait que vous manquez le nombre de policiers de, peut-être, une légère incompétence…"

Ambiance.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.