“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Maréchal-Le Pen - Estrosi : les programmes à la loupe

Mis à jour le 10/12/2015 à 05:13 Publié le 10/12/2015 à 05:13
Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Maréchal-Le Pen - Estrosi : les programmes à la loupe

Les projets des deux postulants à la présidence de la Région se recoupent assez largement en matière de transports. Les variantes apparaissent dans l'économie et, plus encore, la culture...

Dans le contexte très particulier de ce duel de second tour, les programmes ne seront sans doute pas dimanche l'élément déterminant qui départagera Christian Estrosi et Marion Maréchal-Le Pen. Le choix des électeurs sera plus sûrement motivé par des considérations épidermiques, quasi viscérales. La volonté de bousculer l'ordre établi d'un côté, celle au contraire de préserver une certaine idée d'une société apaisée de l'autre.

Les deux candidats n'en ont pas moins charpenté des programmes complets sur les compétences de la Région. Des projets qui peuvent diverger mais aussi se recouper, forcément, sur des prérogatives régionales qui ne sont pas toutes perméables à l'idéologie. Nous avons décortiqué les deux programmes, pour en extraire les axes principaux, les similitudes (1) et différences. A vous de forger votre conviction, si elle n'est pas déjà faite.

1. En gras, les propositions voisines.

 

Transports : Estrosi mise surles portiques dans les gares

Christian Estrosi

- Renégociation pour trois ans de la convention SNCF - Région, en demandant des correctifs anticipés dès 2016.

- Renforcement de la fréquence et du nombre de rames TER aux heures de pointe. 100 % de rames avec wi-fi gratuit et climatisation.

- Réduction des délais de réparation par la création d'un centre d'exploitation à l'est de la région.

- Pénalités de la SNCF versées directement aux usagers et non plus à la Région.

- Soutien de la LGV entre Nice, Le Muy et Marseille.

- Police régionale des transports d'une centaine d'éléments.

- Vidéoprotection en temps réel dans 100 % des gares et trains.

- Portiques de sécurité dans toutes les gares dès 2016, pour un coût estimé à 4 millions d'euros.

- Extension de la carte Zou : pass tous transports à 1 euro par mois pour les lycéens et étudiants de moins de 26 ans.

- Relance du projet de l'A51.

- Finalisation du tunnel de Tende.

- Contournements routiers de Digne, Orange et Arles.

Marion Maréchal-Le Pen

- Renégociation pour trois ans du contrat SNCF - Région, en imposant des clauses très fermes en matière de ponctualité, de qualité de service et de présence de contrôleurs dans les trains.

- Augmentation des rames de TER aux heures de pointe.

- Aggravation des pénalités payées par la SNCF en cas de dysfonctionnements.

- Création d’une police régionale des transports pilotant l’ensemble de la sécurité sur le réseau ferré.

- Décentralisation d’une partie de la maintenance des TER dans les Alpes-Maritimes.

- Création de lignes de bus alternatives pour les secteurs mal desservis par le train.

- Titre de transport combiné permettant d’emprunter l’ensemble des transports régionaux avec un seul ticket.

- Abandon du projet de ligne à grande vitesse.

- Etude d’une ligne ferroviaire Nice-Turin.

- Soutien prioritaire à des infrastructures routières permettant de contourner et désenclaver certaines villes.

- Réouverture de la ligne maritime Toulon-Rome.

 

éducation et culture : Maréchal-Le Pen plus drastique sur les subventions

Marion Maréchal-Le Pen

- Bourse au mérite régionale pour compenser sa diminution de moitié par le gouvernement.

- Mise en place d’un agenda culturel cohérent pour éviter le chevauchement des événements.

- Concours annuel pour l’obtention d’une bourse de 50000 euros pour un projet porté par des jeunes de 16 à 25 ans.

- Subventions aux associations sportives soumises au bon comportement pour « en finir avec la racaille qui pollue le sport amateur ».

- Priorité aux artistes de Paca dans l’action du Fonds régional d’art contemporain.

- Incitation au mécénat culturel pour sortir du « tout-subvention ».

- Soutien au cinéma itinérant dans les zones de montagne.

- Création d’un lycée des métiers de la mer.

- Diffusion dans l’ensemble de la région des créations telles que celles de l’opéra de Nice ou des Ballets de Marseille.

Christian Estrosi

- Compensation intégrale des bourses au mérite diminuées de moitié par le gouvernement.

- Cérémonie solennelle de remise des diplômes au lycée.

- Cours de soutien de français pour les lycéens volontaires.

- Création dune banque régionale des stages.

- Construction de six lycées.

- Création de trente filières internationales pour booster l’apprentissage des langues.

- Filières de formation aux métiers du patrimoine et des techniques du spectacle vivant.

- Prêts à la consommation à taux zéro pour les étudiants et prêts immobiliers à taux zéro pour les primo-accédants de moins de trente ans.

- Chèques santé et partenariats renforcés avec les mutuelles en faveur des étudiants.

- Pass unique pour tous les festivals de la région.

économie et emploi : un libéral et une protectionniste

Christian Estrosi

- Mise en adéquation des besoins des entreprises avec les formations dispensées. Objectif de 50000 apprentis.

- Création d’une banque régionale de l’apprentissage et clause d’apprentissage dans les marchés publics.

- Pack de formation tout au long de la vie.

- Des aides à l’implantation pour les entreprises innovantes (incitations fiscales et politique foncière favorable).

- Création de douze opérations d’intérêt régional autour de filières d’excellence (santé, biotechnologies, aéronautique, énergie…) pour attirer 500 entreprises à fort potentiel.

- Soutien renforcé et synergie entre les pôles de compétitivité de la région.

- Aide au développement des start-up.

- Guichet unique pour favoriser les démarches des entreprises, avec réponse garantie en quinze jours et déblocage des fonds en un mois.

- Création d’un fonds d’investissement pour les entreprises, susceptible de consentir des prêts ou d’entrer au capital de sociétés en difficulté temporaire.

- Accès facilité des petites entreprises aux appels d’offres.

- Création d’une agence de marketing pour la promotion économique à l’international.

Marion Maréchal-Le Pen

- Réorganisation de la formation professionnelle en fonction de la demande réelle des entreprises.

- Priorité d’accès aux marchés publics de la Région aux entreprises employant au moins un apprenti.

- Appui prioritaire aux TPE-PME-PMI par un fonds régional de partenariat des entreprises.

- Doublement du budget dévolu au soutien des entreprises.

- Patriotisme économique régional à travers les normes environnementales et sociales intégrées dans les appels d’offres.

- Soutien aux entreprises faisant face à des difficultés de trésorerie par un prêt au taux de l’inflation sur 6 à 24 mois.

- Fonds d’amorçage pour les entreprises innovantes dont le siège se trouve en Paca.

- Choc de simplification : audit complet des dispositifs existants, fusion et mutualisation, suppression des dispositifs inefficaces.

- Plateforme de financement participatif, à travers la mise en relation d’entreprises et de particuliers.

- Augmentation de 50 % en six ans du financement de la recherche (de 45 à 68 millions d’euros).

- Accent mis sur le développement des services à la personne et de l’aide à domicile.

Quelques propositions en commun... ou pas

D’accord…

- Les deux candidats s’accordent à vouloir diminuer les frais de fonctionnement, notamment de personnel, en ne remplaçant pas au moins un départ à la retraite sur deux, dans un premier temps.
- Tous les deux veulent également privilégier les circuits courts pour soutenir les producteurs locaux et favoriser une alimentation de qualité. Marion Maréchal-Le Pen vise 50 % minimum de produits locaux dans les cantines des lycées. Christian Estrosi veut créer deux cents points de vente directe, des « drives agricoles », la candidate FN mettre en place des projets alimentaires territoriaux.
- Les deux candidats sont pareillement en phase pour aider à la rénovation énergétique des logements.

Quasiment d’accord…

La candidate frontiste veut supprimer les subventions aux associations communautaristes ou aux organismes d’aide à l’immigration clandestine. Hors programme, on sait aussi ses réserves sur le planning familial. Le chef de file des Républicains arrondit un peu plus les angles en matière de subventions : il veut conditionner leur versement à la signature d’une « charte de respect des valeurs de la République ».

Repas de substitution, la pomme de discorde

Christian Estrosi l’a dit, il ne souhaite pas remettre en cause les menus de substitution dans les cantines. Au contraire, Marion Maréchal-Le Pen affiche son « refus des exigences religieuses dans les cantines, qui ne sont que l’avant-garde d’autres revendications ».

 

Frédéric Ganneval, cofondateur de l’institut d’études Artenice ! « Une vraie évolution »


Dans quelle mesure le programme de chacun pèsera-t-il sur l’issue du scrutin dimanche ?
Je pense que les dés sont jetés, ou pas loin. Ce ne sont pas les programmes qui vont décider les gens.Ils n’auront, en tout cas, pas un rôle primordial. L’électorat va davantage se déterminer sur des prises de position, des petites informations et des leviers de peur, comme la polémique sur le planning familial.

Qui vote aujourd’hui pour le Front national ?
On assiste à une vraie évolution. Agiter le drapeau noir ne suffit plus à susciter une mobilisation contre lui.Marine Le Pen a réussi son relooking et installé son parti. L’adhésion remplace peu à peu le simple vote de colère. Le FN n’est plus seulement considéré comme un moyen de contester ou d’exprimer une peur, mais de plus en plus comme une véritable alternative. Il attire à lui de jeunes diplômés, des employés et des ouvriers.

Comment envisagez-vous le comportement des électeurs de Paca au second tour ?
52% des Français ne sont plus inquiets que le FN dirige une région. En Paca, l’abstention est en recul de sept points par rapport à 2010, ce qui n’a pas empêché le Front national d’y réaliser un score historique. Si la peur du FN mobilise, le taux d’abstention devrait se situer en dessous de 42 %. Une majorité des électeurs de gauche respectera les consignes du PS et votera Estrosi, mais une partie risque également de s’abstenir. Ce scénario est envisageable dans le contexte actuel.

Notre bilan express

Convergences et différencesFinalement, le bilan est assez vite fait. Les deux candidats affichent d’importantes convergences concernant les transports. Christian Estrosi s’y distingue essentiellement par sa proposition choc d’installation de portiques dans les gares, associée à une vidéosurveillance en temps réel, là où Marion Maréchal-Le Pen mise plutôt sur une présence accrue d’agents de sécurité. En matière d’économie, la volonté d’aider l’entreprise est forcément commune. Plus internationale chez Christian Estrosi, davantage tournée vers les petites entreprises à travers un patriotisme régional chez son adversaire FN. Les politiques culturelles, enfin, se révèlent assez éloignées. Celle de Marion Maréchal-Le Pen apparaît globalement plus dirigiste, que ce soit là encore dans l’attribution des aides ou l’instauration d’un agenda culturel.

Retrouvez les programmes complets sur estrosi2015.fr et avecmarion.fr

 

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.