Rubriques




Se connecter à

Lutte contre le chômage : la bataille navale s'engage

Avant de partir à Paris pour y rencontrer le patron de la SNCF, Christian Estrosi accueillait hier une centaine d'acteurs économiques à Marseille pour une réunion centrée sur l'emploi

Laurent Seguin Publié le 22/12/2015 à 05:11, mis à jour le 22/12/2015 à 05:11
Christian Estrosi et Renaud Muselier ont reçu hier une centaine de décideurs économiques à Marseille. Patrick Nosetto /La Provence

Un train peut en cacher un autre. « C'est un TGV cet homme-là ». Le chauffeur de Christian Estrosi, nouveau président de la Région, ne pensait sans doute pas viser si juste en nous livrant cette petite confidence, hier matin, au détour d'un couloir de l'hôtel de Région. Juste après sa rencontre avec les acteurs économiques de Paca, programmée dans l'enceinte phocéenne, son passager devait en effet filer à Paris pour y rencontrer le patron... de la SNCF.

Mais avant de croiser le fer avec Guillaume Pepy, à l'occasion d'une réunion autour de laquelle son état-major ne souhaitait d'ailleurs pas communiquer hier, Christian Estrosi a donc mis « la mère des batailles », celle de l'emploi, sur les rails de son mandat. Sans proposer un wagon de réformes, l'élu s'est tout de même attelé à présenter ses grands axes aux décideurs, en leur rappelant notamment que l'investissement serait sa locomotive. « Je vais concentrer les dépenses de la Région sur l'investissement, car c'est lui qui crée l'emploi », a-t-il promis.

« Tel-Aviv, c'est 450 start-up par an… »

Pour investir dans un contexte de réduction des dotations de l'État, Christian Estrosi souhaite réaliser des économies sur un budget de fonctionnement qu'il compte réduire de 25 %. « Nous louons pour 7 millions d'euros de bâtiments par an », a-t-il lancé, sous-entendant que la Région menait grand train et qu'il était temps de rationaliser. Une rationalisation que l'ancien ministre de l'Industrie souhaite encore concrétiser par la mise en place d'un guichet unique pour aiguiller au mieux les entreprises. « Je veux aller vers la simplification absolue. Pour les aides, l'arbitrage doit pouvoir se faire en quinze jours et le déblocage des fonds doit intervenir dans le mois. »

 

Plus accessibles donc, ces fonds devraient largement profiter à l'innovation. « Aujourd'hui, Tel-Aviv produit 450 start-up par an, quand la Région en produit tout au plus 60, regrette l'élu. Les parts de marché, c'est par l'innovation qu'on les gagne. » À l'écouter, pôles de compétitivité et French Tech (entreprises du numérique) voyageront donc en première classe, même si à leur sujet, Christian Estrosi a parfois donné l'impression d'avoir un métro de retard. « Il y a un projet de rapprochement entre Pégase (aéronautique et spatial, Ndlr) et le Pôle Risque, c'est ça ? ». Réponse aussi brève qu'amusée dans l'assistance : « C'est déjà fait ».

Un espace pour les yachts à La Ciotat

Comme pour raccrocher le bon wagon, l'élu s'est alors mis sur la voie d'une filière nautique qu'il imagine porteuse. « L'essentiel de la maintenance des yachts se fait en Espagne et en Italie, constate-t-il. La Ciotat offre des espaces importants et je veux y aménager un lieu de maintenance pour le yachting. Par ailleurs, sur ces espaces, je souhaite aménager deux CFA (centre de formation des apprentis). Quand on voit une jeunesse qui est complètement à la dérive et qui, devant de belles unités, aurait des étoiles plein la tête… Il y a des centaines d'emplois à créer », s'est enthousiasmé un président de la Région qui devait donc poursuivre sa journée sur le rail, mais qui n'a pas manqué de rappeler que la « mère » de ses batailles passerait, elle, plutôt par la mer.

La Région mise largement sur l'entretien et la réparation navale, comme ici sur le chantier d'IMS à Saint-Mandrier. archive Dominique Leriche.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.