“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Lors de ses vœux à la presse, le Ministre d'Etat s'indigne des violences faites aux journalistes en France et déplore la "disparition d'une forme de démocratie"

Mis à jour le 16/01/2019 à 08:27 Publié le 16/01/2019 à 08:23
Le Ministre d’État Serge Telle, ce mardi, au Yacht-club de Monaco,pour ses vœux à la presse.

Le Ministre d’État Serge Telle, ce mardi, au Yacht-club de Monaco,pour ses vœux à la presse. Photo J.D.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Lors de ses vœux à la presse, le Ministre d'Etat s'indigne des violences faites aux journalistes en France et déplore la "disparition d'une forme de démocratie"

À l’occasion de ses vœux à la presse, ce mardi, et avant de dresser les grandes lignes de ses actions, le Ministre d’État s’est indigné des violences dont sont victimes les journalistes en France

"Je me demande ce qui s’est passé, en France, pour que des professeurs soient agressés, pour que les journalistes se fassent taper dessus. En portant atteinte à ces personnes, on fait le triste constat qu’une forme de démocratie est en train de disparaître. Que l’on puisse prendre votre travail pour autre chose que ce qu’il est, c’est-à-dire la recherche de
la vérité, de quoi cela est-il le nom ? Ailleurs, on emprisonne les journalistes. Je suis indigné."

Ce mardi soir, au Yacht-club, le Ministre d’État avait sous les yeux une fiche détaillée des points qu’il souhaitait aborder devant une quarantaine de représentants de la presse
locale qu’il avait conviée à l’occasion de ce débutd’année. Mais c’est spontanément que Serge Telle a entamé son discours ; visiblement affecté par les débordements dans le
pays voisin.

Lui que l’on entend souvent dans ses analyses fines du contexte politique global, au cours des rencontres qu’il propose aux journalistes, ou aussi au Conseil national, a fait le constat d’une situation générale complexe, dans laquelle le grand n’importe quoi semble prendre le dessus.

"Le monde danse sur un volcan"

"L’essentiel de mon propos tient dans l’admiration que je porte à votre profession. L’information peut être manipulée dans tous les sens. Ce travail de distance est absolument essentiel. Nous continuerons à être à vos côtés pour réfléchir avec vous à ce qu’on peut faire ensemble pour conserver un surplus de vérité au service de tous."

Alors, certes, Serge Telle souligne combien l’utilisation de ses propos par les journalistes peut lui paraître en distorsion avec la réalité. Mais dans une démarche de dialogue,
de compréhension des médias, de distance que lui-même observe, il souligne: "Je m’amuse parfois de la retranscription de mes propos et je prends ma part de responsabilités. Il
n’y a pas de politique publique s’il n’y a pas d’explication."

Lui qui fêtera ses trois ans à la tête du gouvernement en février prochain va continuer à mener les dossiers que le prince lui confie. Et si le Ministre d’État craint que l’année soit difficile -- "On a le sentiment que le monde danse sur un volcan" --, il explique aussi que les difficultés hors frontières monégasques sont la marque d’"une forme d’ajustement au réel ; et c’est indispensable".

la stabilité POLITIQUE comme garde-fou

Toutefois, ici, pas de "gilets jaunes". Et outre les conditions de vie favorables des résidents et Monégasques, Serge Telle y voit l’atout essentiel du pays: la stabilité politique.

"Ce qui nous protège le plus, ce sont nos institutions et la très grande pérennité." Mais ce n’est pas pour autant que Monaco vit sans difficulté. Les défis à relever sont grands pour le petit pays.

Logements, transition énergétique, révolution numérique, qualité de vie... autant de sujets qui mobilisent le gouvernement.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.