“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

L’opposition siège activement au conseil municipal de Beausoleil

Mis à jour le 15/11/2020 à 22:00 Publié le 15/11/2020 à 21:58
Le conseiller d’opposition Stéphane Manfredi n’est pas avare de questions. Mais le maire Gérard Spinelli ou ses adjoints ont répondu à toutes ses interrogations.

Le conseiller d’opposition Stéphane Manfredi n’est pas avare de questions. Mais le maire Gérard Spinelli ou ses adjoints ont répondu à toutes ses interrogations. Photo L.M.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L’opposition siège activement au conseil municipal de Beausoleil

Lors du dernier conseil, Stéphane Manfredi, conseiller d’opposition dans le groupe "Soyons fiers de Beausoleil" a interpellé le maire à plusieurs reprises sur les finances de la ville

Le dernier mandat de Gérard Spinelli à la mairie de Beausoleil avait pu donner au public, et à la presse, la mauvaise habitude de courts conseils municipaux, qui ressemblaient plus à des chambres d’enregistrement qu’à des événements démocratiques.

Serait-il possible que cette époque soit derrière nous?

C’est en tout cas l’impression que l’on a pu avoir lors du dernier conseil municipal, jeudi dernier. Alors qu’à l’accoutumée, l’affaire était pliée en une trentaine de minutes, cette fois, il aura fallu compter sur une bonne heure de plus, grâce aux nombreuses interrogations, toujours joviales et pertinentes, de Stéphane Manfredi.

"Qu’il nous soit permis de rappeler ici qu’aucun élu du groupe politique 'Soyons fiers de Beausoleil' n’a eu la possibilité ce jour de siéger à la commission finance de la ville, donc nous allons nous étaler un peu sur nos questionnements, puisque nous n’avons pas pu en débattre en commission" a déclaré Stéphane Manfredi, à la tête de l’opposition.

Il a ensuite égrainé de nombreux points qui avaient attiré son attention, parmi lesquels plusieurs baisses d’entrée d’argent pour la commune (guichet unique et parking, entre autres).

"Il y a eu la Covid" a répondu l’adjointe aux finances à plusieurs reprises. "Il ne s’agit pas ici de déclencher des polémiques, a repris Stéphane Manfredi, mais d’attirer l’attention du public sur les pertes concrètes de revenus que cette crise engendre pour la commune".

On notera qu’en effet, Stéphane Manfredi ne pratique pas une opposition de principe, puisque toutes les délibérations de ce conseil municipal ont été votées à l’unanimité.

Aides aux sinistrés et aux commerçants

Au-delà de la forme, on retiendra, entre autres, de ce conseil que la dette de la commune a encore baissé, arrivant à 8,864 millions d’euros.

"Ce qui fait une moyenne de 592 euros par habitant, alors que la moyenne dans cette strate est de 970 euros" a précisé l’adjointe aux dépenses.

Répondant à Stéphane Manfredi, elle a ajouté que la dette était, à ce jour, étalée jusqu’en 2030. La commune de Beausoleil apportera son aide aux sinistrés des vallées par le biais d’un fond abondé à auteur de 28.000 euros, soit 2 euros par habitant.

Des salariés seront également détachés à l’aide aux sinistrés. Les commerçants de la ville, qui louent des locaux municipaux, seront à nouveau exonérés de loyer pour le mois de novembre.

"C’est une mesure qui coûte environ 18.000 euros à la ville" a précisé Gérard Spinelli. Stéphane Manfredi est intervenu: "Nous sommes évidemment favorables à cette demande, mais comment allons-nous aider financièrement les entreprises et commerçants qui ne bénéficient pas de locaux municipaux?".

Le maire a précisé avoir essayé de mettre en place des aides financières pour toutes les entreprises, en vain: "On s’est heurté à la législation qui interdit qu’une commune verse directement à un commerce. Nous n’en avons pas la compétence. Ce que nous faisons aujourd’hui, c’est une aide financière, et c’est légal."

Enfin, toujours pour aider les entreprises, une subvention à hauteur de 20 % du prix d’achat, dans la limite de 1.000 euros pour l’achat d’un scooter électrique a été votée. Cette aide s’ajoute à celle de l’État, à hauteur de 27% et 900 euros.

Une mesure importante "qui favorise la mobilité douce" (selon la formule chère à Gérard Spinelli) en cette période où les services de livraison se multiplient. 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.