“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Lionel Tivoli : Le FN a eu la victoire idéologique…

Mis à jour le 03/03/2016 à 05:15 Publié le 03/03/2016 à 05:15
Lionel Tivoli, 28 ans, dirige le Front national azuréen depuis septembre 2015.

Lionel Tivoli, 28 ans, dirige le Front national azuréen depuis septembre 2015. Photo T. P.

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Lionel Tivoli : Le FN a eu la victoire idéologique…

Responsable départemental du Front national depuis près de six mois, le jeune Antibois incarne la génération décomplexée du parti. Qu'il entend structurer en vue de futurs succès législatifs

Je pense qu'il est possible d'obtenir trois ou quatre députés dans les Alpes-Maritimes en 2017… Aux régionales, Estrosi a obtenu la victoire électorale, mais c'est le FN qui a eu la victoire idéologique. »

Lionel Tivoli ne croit pas à la fatalité du fameux plafond de verre pour le Front national. Depuis septembre 2015, cet ingénieur en informatique de 28 ans, également chef d'entreprise dans la cigarette électronique, conseiller régional et municipal antibois, est « chargé de mission » à la fédération FN 06. Ce qui, dans la terminologie frontiste, signifie qu'il en est tout simplement le responsable départemental.

Ces dernières semaines, le jeune homme, engagé au FN depuis 2006, n'a pas ménagé ses efforts pour « réorganiser une fédération qui avait été laissée à l'abandon, estime-t-il, du moins jusqu'à l'arrivée de Marie-Christine Arnautu puis de Marc-André Domergue (ses deux éphémères prédécesseurs l'an dernier, ndlr). »

Avec 2 800 adhérents, soit une hausse de 20 % en quatre mois, la fédération FN des Alpes-Maritimes est aujourd'hui la quatrième de France. Lionel Tivoli entend la structurer. La professionnaliser. C'est ainsi qu'un certain nombre de nouveaux responsables de circonscription viennent d'être installés (1).

Fin de « l'amateurisme »

L'élu régional l'assure, ses choix ne sont pas dictés par une quelconque chasse aux sorcières, calquée sur le règlement de comptes national entre la vieille garde jean-mariste et la nouvelle mariniste. Il y va toutefois franco : « On ne peut plus laisser la place à l'amateurisme. Je veux qu'on ait des résultats en travaillant sur le terrain et, pour cela, je fais en sorte de mettre en place les bonnes personnes, efficientes, aux bons endroits. Je vois la fédération comme une entreprise. Elle doit être représentative de la population et de toutes nos sensibilités. Beaucoup de jeunes diplômés nous rejoignent désormais. Cela devrait faire taire ceux qui disent qu'il n'y a que des cerveaux malades qui ne comprennent rien à rien qui adhèrent au FN. »

Si besoin était, il se montre encore explicite sur un point : « Je veux qu'on fasse le contraire de ce qui se faisait avant. Je ne tolérerai par exemple aucun propos raciste, je serai intransigeant là-dessus. »

Pignon sur rue

Le nouveau statut du FN va aussi se traduire, matériellement, par un siège flambant neuf de 150 m2 rue de l'Hôtel-des-Postes à Nice, qui remplacera celui très exigu et fort bien caché de la rue Mossa.

Les débats économiques qui agitent actuellement le Front national, entre la ligne étatiste de Florian Philippot et celle, plus ouverte, de Marion Maréchal-Le Pen, ne semblent pas affecter Lionel Tivoli.

« Pour ma part, j'ai tendance à être plus libéral. Ce débat sera tranché par le siège. De toute façon, tout le monde est d'accord sur le fait que l'Europe pose problème. C'est sur la manière de s'émanciper de l'euro qu'il existe des nuances. »

Le patron du FN 06 défend par ailleurs la promotion éclair de Philippe Vardon, passé des identitaires au rang de cadre frontiste : « C'est une personnalité représentative d'un certain nombre d'électeurs sur Nice. Il accepte aujourd'hui de porter notre programme. C'est un bosseur, qui a quelque chose à apporter à notre mouvement. »

Quant au fait qu'Olivier Bettati, lorsqu'il prendra sa carte du FN, rapidement sans doute, pourrait lui piquer sa place de chargé de mission, l'Antibois ne s'en offusque pas : « Je serais certes déçu de quitter mes fonctions, mais je suis un légitimiste et je suis jeune. J'accepterai la stratégie du parti, quoi qu'il arrive… »

tprudhon@nicematin.fr

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.