“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les résidences secondaires plus taxées à Beausoleil

Mis à jour le 13/02/2017 à 11:22 Publié le 13/02/2017 à 05:06
Le maire Gérard Spinelli, constate «un nombre de résidences secondaires croissant», alors que la demande de logements est de plus en plus forte. Il veut donc une «taxe dissuasive».

Le maire Gérard Spinelli, constate «un nombre de résidences secondaires croissant», alors que la demande de logements est de plus en plus forte. Il veut donc une «taxe dissuasive». Photo J.D.

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Les résidences secondaires plus taxées à Beausoleil

Le conseil municipal a décidé d'augmenter d'encore 20 % la taxe d'habitation sur les résidences secondaires. L'opposition s'inquiète pour les petits propriétaires

Une taxe d'habitation majorée d'encore 20 %. C'est la décision qu'ont pris le maire, Gérard Spinelli, et ses élus de la majorité pour les résidences secondaires à Beausoleil. Une moindre augmentation peut-on penser puisque la Loi de finances pour 2017 prévoit que le conseil municipal peut désormais moduler cette majoration de 5 à… 60 %!

Depuis 2014, les résidences secondaires sont dans le collimateur de l'État, du moins celles situées dans les zones où existe un déséquilibre marqué entre l'offre et la demande de logements. Après une première majoration de 20 % rendue possible par le Code général des Impôts, les maires peuvent aujourd'hui aller beaucoup plus loin dans la taxation.

+ 40% en trois ans

Gérard Spinelli a donc fait le choix de rajouter aux premiers 20 % décidés depuis 2015, une augmentation d'encore 20 %.

Votée mercredi 8 février au conseil municipal (seule l'opposition s'est abstenue), cette nouvelle majoration est rétroactive et s'applique donc pour cette année. "Nous avons vraiment un problème de logements à Beausoleil, explique le maire. Avec un total de 2 340 appartements et maisons en 2016, le nombre de résidence secondaire est croissant. Nous espérons donc que cette taxe sera dissuasive. » Du côté de l'opposition, Nathalie Gualandi considère que « taxer n'est pas la solution. Il y a de petits propriétaires qui tiennent affectivement à un bien de famille. Le conserver est pour eux déjà parfois énorme."

Propriétaires d'Italie et Monaco

Encore une fois, Beausoleil cumule les particularismes. Et dans le cas des résidences secondaires, la proximité avec Monaco et l'Italie en est un. Et pas des moindres !

Ainsi, selon nos sources, près d'un tiers de ces habitations (31 % exactement) est détenu par des personnes résidant en Italie. En villégiature, ils vivent principalement en appartement (706 logements), rarement en maison (8 adresses seulement, soit 4 %).

Un quart des résidences secondaires appartient à des résidents monégasques. Des personnes qui, à elles seules, possèdent 63 % des maisons secondaires (112 maisons sur un total de 179). Mais elles logent également dans des appartements (473 sur un total de 2 161 appartements secondaires). Notons que cette catégorie, parce qu'elle est déclarée habiter principalement en Principauté, ne paie ni taxe foncière ni taxe d'habitation sur sa résidence principale.

Troisième catégorie de propriétaires : les résidents français hors Beausoleil. Ils sont 23 % à disposer ici d'un lieu de villégiature (510 appartements et 21 maisons). Les Beausoleillois sont 14 % à avoir, dans leur propre ville, une seconde résidence (297 appartements et 28 maisons).

Les foyers ne devront pas s'étonner donc de devoir payer, à la fin de l'année, une taxe nettement alourdie…

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.