“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les pistes de réflexion du PCF

Mis à jour le 02/08/2016 à 05:02 Publié le 02/08/2016 à 05:02
Camp de fortune, juste à côté du centre géré par la Croix-Rouge, au parc Roja.

Les pistes de réflexion du PCF

« Il faut qu'on arrive à faire bouger les lignes », lâche Cécile Dumas, la secrétaire départementale du PCF 06.

« Il faut qu'on arrive à faire bouger les lignes », lâche Cécile Dumas, la secrétaire départementale du PCF 06. Car « il est intolérable que la France ne réponde pas à la nécessité d'hébergement temporaire de ces centaines de personnes qui cherchent un chemin d'espoir et d'avenir », dit la Fédération des Alpes-Maritimes du Parti communiste français dans un communiqué. « Depuis des mois, comme l'année dernière à la même époque, les Alpes-Maritimes, la France laissent pourrir la situation et laissent l'Italie seule pour gérer cette situation », assène encore le communiqué. D'autant que des solutions existent, poursuit-on du côté du PCF : « En même temps, à deux pas de la frontière, l'ancienne base aérienne de Roquebrune est toujours vide. L'ancien hôpital Saint-Roch à Nice, l'ancienne douane à Breil, l'ancienne gare de Saint-Dalmas de Tende et ses bâtiments derrière sont aussi vides. Il est urgent que l'État fasse preuve de volonté politique pour répondre à son devoir d'accueil digne de ces réfugiés. »

Un rendez-vous a été fixé avec les représentants de l'État dans le département, en septembre prochain en préfecture.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct