“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les mille et une choses qui font qu'il a choisi la ville

Mis à jour le 08/06/2016 à 05:15 Publié le 08/06/2016 à 05:15
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les mille et une choses qui font qu'il a choisi la ville

Jean-Claude Guibal a annoncé lundi soir qu'il ne briguerait pas de cinquième mandat de député. Mais il envisage de se représenter aux prochaines municipales

Entre les deux, son cœur a tranché. Jean-Claude Guibal annonce qu'il n'a pas souhaité demander l'investiture des Républicains pour les Législatives de 2 017.

Plutôt étonnant de la part d'un élu qui siège depuis 20 ans à l'Assemblée nationale et qui s'est toujours montré intéressé par les grands sujets de société que l'on débat en général au sein de cet hémicycle.

Pourtant, il ne briguera pas de 5e mandat de député dans la 4e circonscription. Laissant le champ libre à son rival d'hier, et allié d'aujourd'hui, Xavier Beck (voir ci-dessous). Et à d'autres qui envisagent déjà de se présenter, comme Patrice Novelli, conseiller municipal d'opposition centre-droit, ou encore Olivier Bettati qui pourrait bien pointer le bout de son nez dans la circonscription sous l'étiquette FN.

Poussé par la loi sur le non-cumul des mandats (elle doit s'appliquer aux prochaines élections) à faire un choix, Jean-Claude Guibal conservera donc « son » hôtel de ville plutôt que le palais Bourbon. « Je me consacrerai encore plus et durablement au mandat local » dit-il aujourd'hui, alors qu'il y a deux ans, en 2014, il disait que c'était là son dernier…

De quoi faire tourner en bourrique le Mentonnais. Mais Jean-Claude Guibal a ses raisons…

« Il y a mille et une choses qui font que j'ai choisi la Ville, explique l'élu. Il y a d'abord cet attachement charnel et affectif à la cité et aux Mentonnais. J'ai une passion pour Menton, le contact avec le terrain et la réalisation de projets. J'éprouve en tant que maire un vrai sentiment d'utilité, poursuit le futur ex-député. Ce qui n'est pas le cas avec un mandat législatif beaucoup moins concret. Quand on voit le cheminement d'une loi… En revanche, être un élu local me permet de m'exprimer dans un champ sans doute plus limité qui est celui de la commune, mais d'essayer d'y réaliser ce que je crois être la bonne société des hommes, c'est-à-dire l'harmonie collective et l'épanouissement individuel. J'aime les idées, mais j'aime aussi leur concrétisation. Tout cela fait du mandat municipal le plus beau… J'ai la chance de l'assurer à Menton, dès lors comment pourrais-je hésiter ? »

Et pour Jean-Claude Guibal, le doute n'est d'autant pas permis qu'il se sent comme investi d'une mission vis-à-vis de sa commune et de l'intercommunalité.

« Nous sommes dans une période particulière créée par la loi NOTRe avec le transfert de compétences et la mutualisation des services dans un contexte délicat pour les collectivités. Il se trouve que Menton est la ville centre de notre intercommunalité, et que nous ne sommes pas le territoire le plus peuplé et le plus riche des Alpes-Maritimes. Je tiens aujourd'hui à faire en sorte que Menton joue pleinement son rôle de ville centre, dans son intérêt et dans celui de la Carf. Cela nécessite que je m'implique durablement. En liaison avec le président et les élus de la Carf, nous allons faire en sorte que nos territoires affirment leur potentiel et se renforcent au sein du département. »

Et si dans la balance, c'est la Ville qui a penché, c'est aussi parce qu'il y a ici « un tas de projets en cours ».

Et Jean-Claude Guibal d'énumérer le parking des Sablettes et son aménagement, celui de la gare, l'extension des plages, l'écoquartier, l'hôtel 5 étoiles « qui pourrait commencer à sortir de terre dans six mois », le cinéma multiplexe de 900 places et le complexe hôtelier sur le site de l'ancien centre Roger Latournerie, le port de Garavan… « Voilà d'autres raisons, s'il en fallait pour lesquelles j'ai choisi la Ville plutôt que l'Assemblée nationale. »

Ce qui reste à faire peut nécessiter largement plus de trois ans… Et compte tenu du contexte difficile dans lequel les communes vivent, ce sont de vrais défis qui m'attendent et qui permettent de dire que je pourrais bien me représenter ! »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.