“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les maires concernés vent debout

Mis à jour le 06/03/2016 à 05:08 Publié le 06/03/2016 à 05:08
Le maire de Cannes, David Lisnard, avec les MNS-CRS affectés à l'été 2014. Il s'est refusé à assumer la facture des salaires présentée par l'Etat.

Le maire de Cannes, David Lisnard, avec les MNS-CRS affectés à l'été 2014. Il s'est refusé à assumer la facture des salaires présentée par l'Etat. Gilles Traverso

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Les maires concernés vent debout

Cannes hausse le ton 39 120,19 e.

Cannes hausse le ton

39 120,19 e. C'est le montant de la facture présentée par le ministère de l'Intérieur à la ville de Cannes, pour avoir mis à sa disposition neuf CRS à l'été 2015. « Un titre de recettes manifestement adressé par erreur, ou dans le cas contraire simplement indécent », fulminait le maire David Lisnard, qui a adressé une fin de non-recevoir à Bernard Cazeneuve le 12 janvier. « Pour l'instant, il ne considère pas avoir été entendu. Rien en tout cas ne permet de l'affirmer, indique-t-on en mairie de Cannes. Pour autant, il fera toujours appel aux MNS-CRS, indispensables pour la surveillance du littoral cannois en pleine saison estivale, et compte fermement sur leur renfort, dans la mesure où il s'agit d'une compétence régalienne de sécurité, à une période où le littoral est très fréquenté et où les risques sont donc proportionnellement importants. »

Nice pense au plan B

Les CRS surveilleront-ils cet été encore la plage des Ponchettes, en lisière du Vieux-Nice ? Rien n'est moins sûr. Cette fois-ci, le seul poste tenu par les policiers à Nice pourrait être confié aux sapeurs-pompiers, à l'instar de la plupart des plages niçoises. La mairie attend des précisions de la préfecture sur les conditions de mise à disposition des MNS-CRS. Sans réponse à ce stade.

Deux inconnues au dossier. Primo, la Ville craint que ces CRS puissent être affectés à des missions de sécurisation, y compris durant leur période d'affectation aux plages. « De ce fait, nous ne pourrions compter sur une présence continue de leur part pour la surveillance des baignades », expliquent les services municipaux. Secundo, la commune devra-t-elle, outre le gîte et le couvert, assumer les salaires de ces MNS-CRS, « comme cela se pratique déjà pour d'autres collectivités » ? Si tel était le cas, Nice s'en remettrait au SDIS, « afin d'assurer une sécurité maximale et continue sur toutes les plages ».

Cap-d'Ail ne lâche pas

Elle a la réputation d'être la plus belle plage de la Côte d'Azur. Elle est aussi l'une de celles qui se méritent le plus. « La Mala est une plage difficile d'accès ; il est donc très important de pouvoir compter sur la présence de policiers », plaide Xavier Beck. Le maire de Cap-d'Ail souhaite que les MNS-CRS y officient cet été encore, pour veiller sur les baigneurs mais aussi prévenir vols et incivilités.

« Malheureusement, cet appel n'a pas été entendu, déplore Xavier Beck. Et ce, alors que la Mala n'a pas été concédée à la commune et dépend de l'Etat ! » Le maire compte sur deux maîtres-nageurs supplémentaires, sur la police municipale mais aussi les MNS-CRS, donc, quitte à s'acquitter de 13 500 e comme l'an dernier. Pas question de se désengager : « Je me méfie de cette tendance fâcheuse qu'a l'Etat de se défausser de ses compétences. Et je ne voudrais pas lui offrir un prétexte pour l'an prochain... »

Villefranche espère

« On n'est pas très contents », confie Christophe Trojani. Comme chaque année, le maire de Villefranche a demandé l'affectation de MNS-CRS de début juin à début septembre, même si pour l'heure, l'Etat n'accède qu'à un tiers de son souhait. « Les MNS-CRS nous donnent entière satisfaction, tant dans leurs missions de secours que leur activité de police. On fait donc le forcing pour les avoir. Si c'est pour un mois seulement, on devra faire avec et trouver un système complémentaire, en faisant appel aux sapeurs-pompiers par exemple. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.