Rubriques




Se connecter à

Les dossiers qui doivent être abordés ce vendredi par Emmanuel Macron et Theresa May au fort de Brégançon

Emmanuel Macron va recevoir la Première ministre britannique Theresa May ce vendredi au fort de Brégançon, là où il va passer ses vacances. De nombreux thèmes devraient être abordés lors de cette rencontre diplomatique.

P-R.D. Publié le 03/08/2018 à 16:30, mis à jour le 03/08/2018 à 06:30
Emmanuel Macron va recevoir Theresa May au fort de Brégançon. Photo AFP

Economie

En visite au Royaume-Uni, Donald Trump a prévenu, le 13 juillet dernier, qu'il n'y aurait pas d'accord de libre-échange si Londres maintenait une relation avec l'Union européenne.

"Nous voulons que notre économie reste proche de l'Europe, mais il faut être deux pour danser ce tango-là : il nous faut une bonne réponse de l'UE, sinon nous irons vers des mois plus sombres", a mis en garde, de son côté, le nouveau ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt.

Emplois de la City

C'est le point noir du Brexit: la Bourse de Londres (City). En effet, de nombreux établissements bancaires prestigieux œuvrent en coulisses et depuis des mois à tenter de trouver un "point de chute" à plusieurs milliers de salariés après le Brexit.

 

Les potentielles "terres d'accueil", comme Paris ou Francfort, continuent de jouer des coudes pour attirer ces employés en déshérence.

Nouveau référendum

"Hard Brexit" ou "Soft Brexit", les Britanniques veulent avoir leur mot à dire.

Pour la première fois depuis deux ans, près d'un Britannique sur deux soutient la tenue d'un nouveau référendum selon le sondage de l'institut YouGov publié par le quotidien The Times.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.