“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les dernières mesures prises à Monaco pour gérer la crise du coronavirus

Mis à jour le 12/03/2020 à 09:18 Publié le 12/03/2020 à 09:11
Pour l’heure, l’activité touristique et hôtelière est la première à pâtir de la situation en Principauté.

Pour l’heure, l’activité touristique et hôtelière est la première à pâtir de la situation en Principauté. archives Dylan Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les dernières mesures prises à Monaco pour gérer la crise du coronavirus

Action sanitaire, aide économique, protection des transports… le gouvernement a détaillé mercredi matin un "arsenal pragmatique" pour faire face à cette épidémie et à ses conséquences.

"Le sentiment principal n’est pas l’inquiétude, c’est la responsabilité", plaide Serge Telle. Entouré de trois conseillers de gouvernement, le ministre d’État a mené ce lundi matin une longue rencontre avec la presse pour détailler les actions entreprises en Principauté face à l’épidémie de Coronavirus.

Une épidémie face à laquelle pour l’heure, la Principauté, demeure presque hermétique en termes sanitaires.

Un seul cas a été confirmé depuis le début de la crise, il y a une dizaine de jours. Touchant un jeune résident britannique de 27 ans, qui a été soigné, "qui va mieux et a pu regagner son domicile", a confirmé ce lundi le gouvernement.

Malgré la rareté des cas, l’appel à la responsabilité et au sens civique est plus que jamais d’actualité en matière sanitaire.

LIRE. Coronavirus : Le Conseil national de Monaco exprime ses idées, mais de son côté

Sans paranoïa ? Exemple avec la confirmation de la volonté de continuer à accueillir en Principauté les salariés domiciliés en Italie, et ce malgré la quarantaine imposée dans leur pays de résidence. Quarantaine qui ne restreint pas les déplacements professionnels.

La décision a semblé à certains dissonante avec le principe de précaution. "Il n’y a pas de raison de restriction. Aucun cas n’a été avéré à Vintimille, les plus proches sont à Gênes et Savone. Si du jour au lendemain, ces 4 200 salariés ne viennent plus travailler en Principauté, ce sera un coup de frein pour nos activités économiques", répond Serge Telle.

487 salariés en quarantaine

Monaco compte déjà, et pour quelques jours encore, 487 salariés (409 du secteur privé, 71 du secteur public et 7 travailleurs indépendants) soumis au confinement par précaution pendant quatorze jours.

Des salariés qui, à l’heure ou l’épidémie a éclaté en Europe, se trouvaient dans des zones à risque. Cette quatorzaine forcée à domicile doit être déclarée via un formulaire qui donne lieu à un certificat médical.

Pour le salarié, elle ouvre le versement des indemnités journalières légales - comme en cas de maladie classique - complétées par un différentiel de la caisse de solidarité pour qu’il n’y ait pas de perte de salaire.

Pour un salarié qui se rendrait maintenant dans un pays classifié parmi les zones à risque, le différentiel ne sera pas versé. "Une personne qui se rendrait aujourd’hui dans une des zones à risque et se verrait à son retour contraint à la quatorzaine n’obtiendra pas ce soutien de la caisse de solidarité", confirme le conseiller de gouvernement-ministre pour les Affaires sociales et la Santé, Didier Gamerdinger, "nous ne pouvons pas interdire les gens de circuler et s’ils se rendent dans ces zones délibérément, ils en assument les conséquences". Là encore, le civisme doit prévaloir.

Un impact économique conséquent à venir ?

Annulations, reports… le calendrier des activités en Principauté est bouleversé pour les semaines à venir. Premier impacté : le secteur du tourisme. Dans les hôtels, on suggère aux clients venant de zones sensibles de reporter leur séjour.

Des entreprises ne prennent pas le risque d’organiser des congrès et faire voyager leurs salariés. La situation est celle d’une crise à l’impact mondiale.

"Nous arrivons pour l’heure à satisfaire les demandes pour décaler un certain nombre de manifestations au deuxième semestre de l’année", assure Jean Castellini, conseiller de gouvernement-ministre pour l’Économie et les Finances.

Mais la situation imposée par la propagation du Coronavirus va bel et bien s’imprimer dans les rapports économiques du pays.

Une preuve ? Le gouvernement vient de réactiver la commission d’assistance aux entreprises en difficulté (COMED) qui était en sommeil depuis la crise bancaire de 2008. Son rôle sera d’examiner les dossiers d’entreprises exposées à de graves problèmes conséquents à l’épidémie de Covid-19.

Si l’activité est au point mort ? La carte du chômage total temporaire ou de réduction du temps de travail peut être jouée. "Elle permet au salarié de toucher 70 % de son revenu en restant chez lui. Et à l’employeur de toucher 7,40 euros par heure travaillée d’indemnité", souligne Didier Gamerdinger.

Un processus à mettre en place avec l’Inspection du travail. "Une option peut être aussi pour le salarié, en concertation avec l’employeur, de prendre ses congés payés mais ça ne doit pas être imposé".

Le gouvernement a aussi prévu une aide aux entreprises dont les salariés sont en confinement. Et propose une possibilité de report du paiement des charges sociales pour soulager la trésorerie.

Plus généralement, pour le monde de l’entreprise, une cellule dédiée est mise en place au sein du Welcome office (covid19entreprises@gouv.mc) qui se veut une porte d’entrée des demandes des entreprises en vue d’une prise en charge d’indemnisation. Ce lundi, le gouvernement a évoqué la possibilité de proposer des prêts à taux zéro pour aider certaines sociétés a se relever de cette tempête économique.

"C’est tout un arsenal pragmatique pour être à l’écoute des professionnels car cette crise frappe tout le monde, de manière différenciée, et nous souhaitons accompagner ceux qui sont confrontés à ce ralentissement de l’Économie mondiale", promet Jean Castellini.

Autour du Ministre d’état hier matin, le gouvernement a détaillé ses actions pour faire face à la crise.
Autour du Ministre d’état hier matin, le gouvernement a détaillé ses actions pour faire face à la crise. Michael Alési/Dir.Com.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.