“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Les comptes administratifs 2017 validés en conseil

Mis à jour le 26/05/2018 à 05:08 Publié le 26/05/2018 à 05:08
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les comptes administratifs 2017 validés en conseil

Les élus de Menton se sont réunis mercredi dans la salle du Conseil, principalement pour des questions d'ordre financier. Ils ont acté le fait que l'année 2017 avait été lourde en investissements

Conseil municipal de Menton aussi express que maigre, mercredi, principalement motivé par la nécessité de voter le compte administratif 2 017. Un document qui a vocation à retracer l'ensemble des recettes et des dépenses réalisées au cours de l'année.

Lors de la séance, le premier adjoint au maire, Nicolas Amoretti - rapporteur de la délibération - souligne en premier lieu que pour la 8e année consécutive, les taux de fiscalité de la commune n'ont pas changé.

Parmi les tendances dégagées pour le budget 2017, il mentionne par ailleurs « la poursuite de la réduction des charges courantes de fonctionnement, le maintien d'une capacité d'autofinancement satisfaisante des investissements, et la poursuite du désendettement de la commune ».

Près de 22 M investis

Au milieu de la litanie de chiffres que suppose un tel exercice, on notera une baisse d'1,36 % des dépenses réelles de fonctionnement par rapport à l'année précédente. Ainsi qu'une baisse de 0,83 % des recettes de fonctionnement. Dans ce cas précis, la perte de dotations de l'État est en partie compensée par les effets de l'augmentation de la taxe d'habitation pour les résidences secondaires.

Mais, plus important encore, l'année 2 017 a été marquée par de gros investissements, à hauteur d'un peu moins de 22 millions d'euros. Un somme énorme quand on compare avec les années 2015 et 2016, qui flirtaient plus volontiers avec les 15 millions. D'autant que cette fois-ci, plus de 16 millions du chiffre total ont été consacrés aux acquisitions et aux travaux (contre bien moins de 10 millions les deux années antérieures). On citera notamment l'aménagement des Sablettes, qui se concrétise de jour en jour.

« Les investissements importants ont été permis par la vente du patrimoine », réagit l'opposant Philippe Briand (Modem), sur le ton du reproche.

« Ce sont des dons ou des legs, bien souvent, rétorque l'adjoint à l'urbanisme, Yves Juhel. Et nous investissons aussi beaucoup pour l'ensemble de nos biens. On ne brade pas le Patrimoine. Au contraire, on le rénove… »

Nicolas Amoretti reprend la parole pour souligner que tout le patrimoine de la ville ne peut hélas être entretenu par la municipalité. À l'exemple de l'hôtel Adhémar de Lantagnac qui a certes été cédé, mais pour assurer un avenir au bâti.

« Dans de tels cas, la vente permet d'investir pour d'autres biens. Nous avons une gestion globale des richesses en fonction des besoins », résume-t-il.

Claude Calvin, de la liste « Mentonnais ensemble », questionne à son tour la majorité : « Pourquoi acheter la frontière du bas, alors, si nous n'avons pas les moyens de l'entretenir ? »

Le premier adjoint lui répond qu'il s'agit d'un élément architectural remarquable des années 70. Mais surtout d'une zone clé : « S'il y a un patrimoine à acheter et à entretenir, c'est bien celui à l'entrée de la ville ! »

Pas tout à fait convaincu par le propos, Claude Calvin insiste sur l'importance d'entretenir les lieux. « Si demain quelque chose tombe sur des employés en dessous, y aura-t-il responsabilité de la Ville ? Vu l'état du bâtiment, il est fondamental de budgéter des travaux… »

Yves Juhel souligne que le bâtiment en question a été avant tout acheté pour qu'on ne puisse réaliser n'importe quoi sur ce site. « Il était hors de question d'avoir une baraque à frite… », grince-t-il.

Pelagos attendra

Interruption de séance, le directeur général des services, Alain Riquet, fait remarquer qu'il était effectivement prévu de remplacer l'ancien bâtiment de la frontière par un relais boulangerie ou une station essence. Ce à quoi la municipalité s'est opposée.

« Nous avions en fait un projet quasiment abouti : celui d'implanter ici une présentation du sanctuaire Pelagos, en accord avec l'Italie et Monaco. Nous avons été obligés de le stopper pour que les services de police puissent profiter du lieu dans le contexte actuel, mais on peut espérer que l'Europe va se pacifier. Et permettre la poursuite du projet… »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.