“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les attentats de Paris s'invitent au Conseil national de Monaco

Mis à jour le 08/12/2015 à 05:06 Publié le 08/12/2015 à 05:06
Le renforcement de la sécurité à Monaco après les attaques terroristes de Paris fait totalement consensus entre le Conseil national et le gouvernement.

Le renforcement de la sécurité à Monaco après les attaques terroristes de Paris fait totalement consensus entre le Conseil national et le gouvernement. Cyril Dodergny

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Les attentats de Paris s'invitent au Conseil national de Monaco

L'ouverture des débats sur le budget primitif 2016 a été marquée par l'annonce d'un projet de loi sur la sécurité nationale et le recrutement en urgence de dix agents de police supplémentaires

Les attentats perpétrés à Paris le 13 novembre se sont invités à l'ouverture de la séance publique du Conseil national dédiée au budget primitif de l'État pour 2016, hier soir.

D'abord dans les propos liminaires du président de la commission des Finances et de l'Économie nationale. « Comment ne pas évoquer les incertitudes au niveau géopolitique qui ensanglantent la planète ? s'est interrogé Marc Burini. Au moment où [j'écrivais] ces lignes, à Paris, l'impensable faisait place à l'indicible. » Un drame évoqué pour illustrer le « contexte international difficile et incertain » dans lequel le gouvernement princier « a établi un budget primitif 2016 en excédent de 5,8 millions d'euros ».

« Vous comprendrez l'urgence… »

Mais l'instant ne portait pas aux bonnes (ou mauvaises) nouvelles budgétaires ni à la satisfaction de discuter un budget excédentaire pour la quatrième année consécutive, avec 1,147 milliard d'euros de recettes, en hausse de 7,7 %, et 1,137 milliard d'euros de dépenses, également en hausse (+7,4 %).

Une heure plus tard, Michel Roger, le ministre d'État, revenait sur le sujet. « Même si cela dépasse la dimension de nos débats, il est important et indispensable de condamner ces atrocités et réaffirmer notre solidarité vis-à-vis du grand pays voisin et ami. »

Mais pas seulement. Les attaques terroristes occuperont une place dans le budget primitif 2016. Michel Roger a publiquement révélé qu'un projet de loi portant diverses mesures relatives à la préservation de la sécurité nationale avait été déposé au Conseil national le 27 novembre. Il a aussi annoncé aux élus que, à la demande de la direction de la Sûreté publique, afin de « faire face au renforcement des mesures de sécurité », il proposait que « le principe de la création d'environ dix postes d'agents supplémentaires soit acté dès le budget primitif ». L'objectif est de faire vite : lancement de la procédure en janvier et recrutements en septembre. « Je suis certain que vous comprendrez l'urgence de la situation », a ajouté le ministre d'État.

« Soutien entier de la Haute Assemblée »

Sans nul doute. « Les événements qui ont touché la France en plein cœur sont encore dans nos esprits, a souligné Laurent Nouvion, le président du Conseil national, plus tard dans la soirée. La Principauté constitue un havre de paix et de sécurité qu'il faut à tout prix préserver. (...) Nous devons mettre en œuvre tous les moyens nécessaires afin de maintenir notre haut niveau de sécurité. » Et d'assurer au ministre d'État, « dans ce domaine », « du soutien plein et entier de la Haute Assemblée et de [son] implication personnelle et de celle du vice-président dans ces problématiques, notamment avec le texte sur la sécurité intérieure ».

Ce sujet devrait donc recueillir un large consensus dans l'hémicycle, au cours des débats budgétaires qui se sont poursuivis hier soir (à lire dans notre édition de demain) et qui vont donner lieu à trois nouvelles séances publiques demain, jeudi et lundi prochain, jour du vote.

Un vote qui ne fait guère de doute, le rapporteur Marc Burini appelant « à un vote favorable du budget primitif 2016, sous réserve de la confiance que chaque élu voudra bien donner au gouvernement sur les réponses apportées et les engagements donnés dans le cadre de nos débats ».

« La majorité ne nous a pas rejoué la mauvaise pièce du " Attention, nous n'allons pas voter le budget… " », a taclé l'opposant Jean-François Robillon (Union Monégasque), emboîtant le pas à Jean-Louis Grinda qui, dans sa déclaration de politique générale, estimait que lors de la séance publique du budget rectificatif, le 7 octobre dernier, la majorité avait « volé en éclats ».

L'ambiance au sein de la majorité sera évidemment en filigrane de ces débats budgétaires.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.