Rubriques




Se connecter à

Les 8 priorités réclamées par la Carf dans une lettre adressée à Emmanuel Macron pour La Roya

Dans une lettre remise en main propre au président de la République lors de sa visite à Tende, le patron de la Riviera française, Yves Juhel, fait état des priorités pour que renaisse la Roya.

Alice Rousselot Publié le 14/01/2022 à 14:55, mis à jour le 14/01/2022 à 14:55
Yves Juhel a transmis au président une liste de projets pour lesquels il souhaiterait un appui de l’État. Photo J.-F.O.

La lettre est en date du 6 janvier. Mais c’est quatre jours plus tard, à Tende, que le président de la communauté de la Riviera française (Carf), Yves Juhel, l’a remise à Emmanuel Macron. En main propre.

"L’analyse menée par les services de la Communauté d’agglomération de la Riviera française en lien étroit avec le Préfet Pelletier, chargé de la reconstruction des vallées, a permis d’identifier un certain nombre d’actions prioritaires dont la réalisation nécessite un investissement fort de l’État", introduit le maire de Menton dans sa missive au Président.

Listant les projets pour la Roya envisagés par la Carf qui nécessiteraient des aides conséquentes pour se concrétiser. Car c’est un fait: l’ampleur de la catastrophe climatique vécue par la vallée est inversement proportionnelle à la taille de l’agglomération et à ses moyens.

Aussi Yves Juhel et les équipes de la Carf en appellent-ils à la "solidarité de la nation" pour contribuer à financer ces défis.

 

Rouvrir la liaison routière France-Italie et rendre à nouveau accessible le hameau de Castérino

L’accès à l’Italie, notamment par le tunnel de Tende, est « indispensable pour l’essor économique de la vallée ». Photo Dylan Meiffret.

Pour que la vallée impulse un nouvel essor économique, la Carf sait qu’il y aura besoin de retrouver une liaison entre la France et le Piémont. Beaucoup d’habitants l’affirment, du reste: la vallée aura du mal à se relever tant qu’on ne pourra pas la traverser pour aller d’Italie (Ligurie) en Italie (Piémont). L’axe routier au sud de Breil a été rétabli, reste à retrouver celui au nord de Tende via le tunnel éponyme.

L’agglo souhaite par ailleurs accélérer la remise en service de la RD91, pour accéder au hameau de Casterino "où se concentre la part la plus importante de l’offre hôtelière".

Sécuriser les personnes et les biens par la réfection des berges de la Roya

Yves Juhel note que le coût des travaux est en hausse de 20 millions d’euros par rapport à ce qui avait été envisagé. "La Carf n’est pas en capacité de financer la différence…", glisse-t-il.

Sécuriser l’approvisionnement en eau potable

Le patron de la Carf fait état du stress hydrique constaté durant l’été après que le niveau de la nappe phréatique qui alimente le littoral mentonnais et la Principauté - située dans le champ captant de Porra, en Italie - a considérablement baissé des suites de la tempête. Des grattages ont beau être réalisés pour retrouver ponctuellement un niveau raisonnable, cette solution ne peut être satisfaisante.

"Cette situation précaire, dont les spécialistes français et italiens n’ont pu identifier précisément ni l’origine ni les mesures correctives à prendre, perdure depuis plus d’une année", écrit Yves Juhel. Qui sollicite une aide exceptionnelle de l’État pour mener des travaux de captage d’eau en territoire français et de création d’un réseau approvisionnant en eau potable les communes concernées.

Faire de Tende une véritable station de montagne

La Carf désire dynamiser le potentiel touristique de la commune de la haute Roya. "La construction d’un transport propre, de type téléphérique, entre le hameau de Viévola et le col de Tende permettrait de relier Tende au domaine skiable de la station italienne de Limone et, en saison estivale, de faciliter l’accès aux circuits touristiques de la Haute Route du Sel ainsi qu’au patrimoine fortifié situé le long des crêtes sur la frontière entre la France et l’Italie", suggère-t-elle.

 

Créer un pôle d’activité agricole à Breil-sur-Roya

Plusieurs projets sont d’ores et déjà à l’étude pour constituer un pôle agricole à Breil - "création d’un atelier de découpe des viandes, réouverture d’une distillerie, aménagement d’ateliers de transformation de produits agricoles…" - mais une fois encore ils nécessiteraient un soutien financier.

Exploiter le potentiel économique et touristique des eaux de qualité exceptionnelle de la Roya

Bien que d’une "qualité exceptionnelle", l’or bleu de la Roya ne sert au fond qu’à approvisionner les communes de la vallée en eau potable. La Carf aimerait aller plus loin, et sollicite des aides de l’État pour réaliser des études de faisabilité sur deux projets: la création d’un pôle touristique de loisirs et de bien-être autour du thème de l’eau en requalifiant l’ancienne gare de Saint-Dalmas de Tende; la construction d’une usine d’exploitation d’eau de source et d’embouteillage de l’eau. Cela rappellera à certains l’époque où Fontan commercialisait l’eau minérale des Fouzes…

Développer les énergies renouvelables

Alors que la couverture boisée est très importante dans la vallée, la communauté d’agglo entend structurer une filière bois. Pourquoi pas pour produire du bois de chauffage.

Elle souhaite par ailleurs développer la production d’énergie hydroélectrique en misant sur le potentiel hydraulique du fleuve Roya. On se souviendra que la récente association Remontons la Roya mise beaucoup sur ce dernier pour produire de l’hydrogène grâce au surplus des usines de la vallée.

Conforter les emplois du secteur médical et paramédical

L’enjeu se résumerait presque en un chiffre : la vallée compte 600 emplois dans ce domaine. "Une diminution du nombre d’emplois dans ce secteur entraînerait un départ de nombreuses familles et un déséquilibre économique fort. Une implication de l’État me semble indispensable pour renforcer les hôpitaux, notamment à Tende, et éviter la délocalisation de certains établissements médicaux spécialisés", clame Yves Juhel.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.