“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le sursaut républicain porte Estrosi à la Région

Mis à jour le 14/12/2015 à 05:15 Publié le 14/12/2015 à 05:15
Christian Estrosi a finalement gagné relativement aisément hier soir.

Christian Estrosi a finalement gagné relativement aisément hier soir. Franck Fernandes

Le sursaut républicain porte Estrosi à la Région

Le candidat des Républicains et du centre a bénéficié d'une mobilisation accrue et d'un bon report des voix de gauche et écologistes pour s'imposer finalement assez confortablement

C'est l'histoire d'une résurrection. Christian Estrosi aura donc réussi à s'extraire des flammes de l'enfer en enfilant le dossard de la pérennité républicaine. Ce matin, en plus de trente ans de carrière, il ne compte toujours qu'une défaite à son compteur dans une élection sous son nom : en décembre 1994, quand un certain Olivier Bettati l'avait éliminé dès le premier tour lors de la cantonale partielle de Nice-8.

Au soir du 6 décembre, lorsque Marion Maréchal-Le Pen l'a devancé de quatorze points, ceux qui le côtoient ont vu un homme au trente-sixième dessous. Mais pas longtemps. Il en fallait visiblement davantage pour assommer définitivement ce grand fauve politique. Eric Ciotti raconte, sincèrement admiratif : « A 20 heures, il était sonné. Mais à minuit, il était déjà reparti de plus belle. Il a une capacité à se redresser exceptionnelle. »

Merci la gauche !

Dès lundi matin, comme on entre en résistance, remonté tel un boxeur cueilli à froid, Christian Estrosi repartait au combat pour aller arracher avec les dents voix après voix, de quadrillage méticuleux du terrain en message téléphonique conjurant les électeurs de ne pas commettre l'irréparable. Tout Estrosi, du moins une grande partie, son volontarisme survitaminé en particulier, aura été résumé dans cette semaine de folle bascule.

Évidemment, le futur président de la Région, qui sera élu dès ce vendredi, doit une fière chandelle à Christophe Castaner. Ou, plus exactement, à Manuel Valls et à Jean-Christophe Cambadélis. Sans les consignes de retrait descendues des hautes sphères...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct