Le maire de Cap d’Ail dénonce "une violation du pacte de gouvernance" de la Métropole qui pourrait lui imposer des travaux qu’il ne veut pas dans sa commune

Deux délibérations à l’ordre du jour de la séance de ce jeudi crispent le maire de Cap d’Ail, Xavier Beck: Christian Estrosi propose de faire voter des travaux auxquels il est opposé. Sous la pression de la Principauté de Monaco ou à cause de son inimitié avec Éric Ciotti ?

L.B. Publié le 05/10/2022 à 16:55, mis à jour le 05/10/2022 à 16:53
Xavier Beck ne compte pas laisser la Métropole régner en maître chez lui. (Photo E.D.)

Tensions à venir au conseil métropolitain de ce jeudi ? Le maire de Cap d’Ail est en colère. Le premier magistrat de cette commune limitrophe de Monaco ne digère pas deux délibérations inscrites à l’ordre du jour.

Deux points portant sur des travaux avec lesquels le maire de Cap d’Ail n’est pas d’accord. Il s’agit de la création sur sa commune d’une trémie (un tunnel) "sollicitée par la Principauté de Monaco et d’un élargissement de la Moyenne Corniche, entre le giratoire de l’hôpital et le jardin exotique, qui se ferait au détriment de notre stationnement".

"Pour gagner quatre minutes"

Bilan: "35.000 euros de pertes de recettes par an pour notre commune et 18 mois d’enfer de travaux pour soi-disant lutter contre les bouchons. Tout ça, pour un bien maigre résultat, un gain de temps de 4 minutes environ dans les embouteillages."

Xavier Beck n’est pas d’accord. Mais si ces questions sont mises au vote ce jeudi, mathématiquement, du fait de la prédominance de Nice sur la Métropole, il perdra.

 

Christian Estrosi cède-t-il à la pression du Rocher ou à son inimitié avec Éric Ciotti dont est proche Xavier Beck, sans pour autant entrer dans la guerre fratricide entre les deux barons des Alpes-Maritimes?

"Une violation du pacte"

Toujours est-il que malgré les demandes pressantes du maire de Cap d’Ail, les délibérations sont maintenues à l’ordre du jour. Une trahison pour Xavier Beck. "Depuis la création de la communauté d’agglomération devenue ensuite communauté urbaine puis Métropole, jamais Nice-Côte d’Azur n’a imposé à une commune un projet urbain auquel ladite commune était opposée. Si ce jeudi, les deux délibérations, actant les souhaits de l’administration monégasque sans le consentement de la commune de Cap d’Ail, devaient être adoptées grâce à la majorité des élus métropolitains niçois, il s’agira d’une violation du pacte de gouvernance que nous avions adopté", s’insurge-t-il.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.