“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le jour où Serge Telle a pris la tête du gouvernement

Mis à jour le 02/02/2016 à 05:02 Publié le 02/02/2016 à 05:02
Devant la presse, le nouveau ministre d’État s’est présenté comme un homme de dialogue.

Devant la presse, le nouveau ministre d’État s’est présenté comme un homme de dialogue. Photo C.D.

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Le jour où Serge Telle a pris la tête du gouvernement

Hier, Serge Telle est devenu ministre d'État de Monaco. Il a prêté serment devant le prince Albert II en fin de matinée et a rencontré la presse monégasque en fin de journée

C'est un homme visiblement heureux qui, hier à la fin d'une journée marathon au cours de laquelle il a officiellement pris ses fonctions de chef du gouvernement princier, a reçu la presse dans les salons du Ministère d'État. « Je reconnais quelques têtes », a lâché Serge Telle dans un grand sourire avant de prononcer son discours.

Entouré de ses conseillers de gouvernement, le nouveau ministre d'État s'est d'emblée présenté comme un homme de dialogue, soucieux de « la qualité des échanges » avec les médias. « Une presse libre, indépendante et efficace est le garant du bon fonctionnement de toute société », a ajouté Serge Telle.

« Garantir le modèle monégasque »

Dans ses premiers propos à la presse locale et régionale, le chef du gouvernement princier a insisté sur « la loyauté et la responsabilité » qui l'animaient vis-à-vis du prince souverain, « dont la confiance m'oblige profondément », et de la Principauté qu'il « souhaite servir le plus efficacement possible ».

Serge Telle a ensuite résumé le contenu de la feuille de route que le prince Albert II lui a assignée hier en fin de matinée (lire page suivante). Il a notamment indiqué qu'il aurait pour mission de « garantir le modèle monégasque, qui est fait d'excellence dans le domaine du social, de la santé, de l'éducation et de la sécurité. C'est aussi un art de vivre ».

Le nouveau ministre d'État s'attachera aussi à suivre les grands projets structurants, singulièrement l'extension en mer, les négociations avec l'Union européenne et la transition énergétique, qui « assureront l'avenir de la Principauté ». Le tout avec un espoir : « Être à la hauteur de l'Histoire de la Principauté de Monaco et de la très grande confiance qui m'est faite. »

Serge Telle : « Heureux de servir le prince »

À l’issue de son discours prononcé devant la presse, le nouveau ministre d’État a réservé son premier entretien à Monaco-Matin.

Comment avez-vous réagi au moment où le prince Albert II vous a demandé de devenir son ministre d’État?
J’ai été très touché. Je mesure aujourd’hui l’énorme responsabilité mais aussi la confiance qui m’est faite, dont j’essaierai d’être le plus digne possible. Dans mes décisions, dans mes choix, je me rappellerai toujours de façon très vive de la cérémonie de ce matin.

Votre prestation de serment devant le prince…
Oui. C’est un moment important, unique dans le déroulement d’une carrière, qui s’est déroulé en présence des corps constitués et de son altesse sérénissime.

Vous y avez été d’autant plus sensible que votre passage à Monaco, comme consul puis ambassadeur de France entre 2002 et 2007, vous a plutôt laissé de bons souvenirs…
J’ai passé cinq années très heureuses ici. J’ai eu la chance d’avoir comme feuille de route venant de France la renégociation de la Convention administrative franco-monégasque qui a assis la souveraineté de Monaco. Je me souviens aussi du grand discours que le prince avait prononcé en juillet 2005. Il m’avait beaucoup marqué, à l’époque, et je constate, dix ans plus tard, que ce qui avait été annoncé a été mis en place.

On vous dit très proche du souverain, notamment quand il s’agit d’environnement et de protection de la mer. Vrai?
Je suis né au bord de la mer moi aussi, même si ce n’est pas la même (en Bretagne, NDLR), et j’ai travaillé plus de dix ans de ma vie sur des questions d’environnement, de développement, de protection de la planète. Le souverain et moi nous sommes croisés à plusieurs reprises dans des conférences internationales : j’ai toujours été frappé par le discours qu’il portait et l’ambition qu’il avait pour le monde.

Vous avez travaillé avec Bernard Kouchner et Lionel Jospin. Votre sensibilité à gauche est une nouveauté en Principauté…
Vous le savez, les cartes politiques se rebattent régulièrement en France. J’ai travaillé pour le président Chirac, au cabinet de Lionel Jospin, mais aussi pour le président Sarkozy à partir de 2007, au cabinet de Bernard Kouchner. Les lignes politiques sont en train de bouger. De toute façon, je ne ferai plus de politique en France et mon devoir de réserve m’interdit de porter un jugement sur la vie politique française.

Vous semblez très heureux d’être là…
Je le suis. Désolé si ça se voit autant mais je suis particulièrement heureux de servir le prince et la Principauté. J’ai une très grande admiration pour le souverain et je suis fier de pouvoir travailler à ses côtés.

Double hommage à Michel Roger

Le 14 décembre dernier, Michel Roger était victime d’un grave accident vasculaire cérébral. Il est très vite apparu que son état de santé ne lui permettrait pas de reprendre ses fonctions de sitôt. Hospitalisé d’urgence à l’hôpital Saint-Roch, à Nice, le ministre d’État, en poste à Monaco depuis six ans, a ainsi été remplacé, deux jours plus tard, par Gilles Tonelli, conseiller de gouvernement pour les Relations extérieures et la Coopération, qui a assuré l’intérim des fonctions de chef du gouvernement princier jusqu’à hier, date de la prise de fonctions de Serge Telle, nommé par le prince Albert II le 19 janvier.
Dans le même temps, alors que Michel Roger venait d’être transféré dans un établissement de santé de Poitiers, sa ville d’origine, le souverain a rendu hommage à son ancien ministre d’État en lui remettant, par l’intermédiaire de son épouse, les insignes de Grand officier de l’Ordre de Saint-Charles. « Six années durant, a indiqué le souverain dans son discours, Michel Roger s’est consacré pleinement à la Principauté, sans réserve, conduisant avec la détermination qui le caractérisait la politique que j’assignais à mon gouvernement. »
Hier soir, Serge Telle, de son côté, a également rendu hommage à son prédécesseur lors de sa première rencontre avec la presse. Lui souhaitant « un prompt rétablissement », il a souligné que « son travail incessant a permis à la Principauté de surmonter la crise de 2008 et de retrouver le chemin de la croissance économique ».

La feuille de route du Ministre en trois points

Le prince Albert II a défini les missions du nouveau chef de son gouvernement.
Le prince Albert II a défini les missions du nouveau chef de son gouvernement. Photo Palais princier

Serge Telle, nommé, à compter du 1er février, ministre d’État de la Principauté par ordonnance souveraine du 19 janvier, a prêté serment, hier en fin de matinée, devant le prince souverain. La cérémonie s’est déroulée au Palais princier en présence du secrétaire d’État, du président du Conseil de la Couronne, de l’ensemble des membres du gouvernement princier et du cabinet princier, ainsi que de membres du service d’honneur du Palais princier.

Au terme de cette prestation de serment, le prince Albert II a longuement reçu son ministre d’État. Dans le cadre de cette audience privée, il lui a remis la feuille de route qui trace les grands axes de l’action qu’il lui assigne.

« Au moment où vous venez de prêter serment devant moi, je souhaite porter à votre connaissance les éléments principaux des missions qui seront les vôtres à la tête de mon gouvernement », lui a déclaré le souverain.

« Confrontée aux défis du XXIe siècle, la principauté de Monaco entre aujourd’hui dans une nouvelle phase de son développement. Le XXe siècle a vu la mise en place d’un modèle qui a fait ses preuves et a assuré à la Principauté une croissance et un rayonnement exceptionnels. Dix ans après mon accession au trône, je souhaite renforcer ce modèle et l’adapter aux défis de notre époque.

« La question environnementale, autour de laquelle je mobilise pleinement mon pays depuis des années déjà, le développement d’une économie aux ressources nouvelles, l’approfondissement de nos relations avec l’Union européenne, mais aussi le maintien de notre qualité de vie, le renforcement de la sécurité et la pérennité de notre système sanitaire et social sont autant de sujets qui doivent permettre à Monaco de s’affirmer dans un monde en mutation, sans remettre en cause son histoire et ses spécificités.

« Votre tâche sera d’accompagner ce mouvement, en mobilisant les forces vives de la Principauté. »

1. Renforcer et adapter le modèle monégasque

Modèle. « Notre pays développe un modèle social, économique et culturel qu’il s’agit aujourd’hui de protéger et d’adapter à partir de principes durables. La sécurité, l’éducation, le respect de l’environnement, le dynamisme économique, le rayonnement culturel et la qualité des infrastructures, notamment scolaires, sanitaires ou encore sportives, font de la Principauté un cadre de vie exceptionnel auquel je suis particulièrement attaché, comme l’ensemble de la population de Monaco. »

Sécurité. « Pour ce qui est de la sécurité, vous travaillerez notamment au renforcement de notre dispositif législatif et réglementaire, avec le vote des projets de lois ayant trait à la sécurité nationale et à la criminalité technologique. Vous chercherez à optimiser les moyens de la Sûreté et de la Force publiques, de manière à mieux répondre aux défis sécuritaires d’aujourd’hui et à conserver le haut niveau de sécurité civile du pays.

Cadre de vie. « Pour ce qui est du cadre de vie, vous poursuivrez les efforts de transformation des modes de mobilité permettant d’accéder à la Principauté et de s’y déplacer, avec en particulier la mise en place du télétravail qui constitue une des réponses appropriées au développement économique futur de la Principauté. Vous travaillerez à atténuer les nuisances induites par le développement urbain, notamment en matière de circulation et de chantiers dans le respect des riverains.
Sanitaire et social. « Pour ce qui est de la politique sanitaire et sociale, vous veillerez au maintien d’un service public de qualité au Centre hospitalier Princesse-Grace, en parallèle de l’accompagnement du chantier de construction du nouvel hôpital qui constitue un enjeu majeur de cette politique. 

International. « Enfin, vous vous attacherez à suivre et anticiper les grands mouvements économiques et politiques internationaux afin de prendre les mesures nécessaires pour garder la maîtrise de nos dépenses publiques. »

2. Développer l’attrait et le rayonnement de la Principauté

« Depuis longtemps déjà, la Principauté de Monaco a su fonder sa croissance et son dynamisme sur sa singularité et sa capacité à attirer des talents variés, venus du monde entier. Cette capacité d’accueil est aujourd’hui partie intégrante de l’identité monégasque. Vous aurez donc à cœur de la pérenniser, en veillant à ce que Monaco demeure une place à part en Europe et dans le monde, apte à fédérer les compétences économiques, scientifiques, culturelles et sportives. »

« Comme je le fais depuis dix ans par mon engagement en faveur de l’environnement, vous veillerez à ce que soient relayés dans les enceintes internationales où elle siège les messages de la Principauté en faveur de la protection de la planète, de la préservation de la paix et de la promotion du développement. Ces messages doivent plus que jamais être au cœur de notre rayonnement international.

« Dans ce cadre, la poursuite des négociations avec l’Union européenne, le suivi des relations bilatérales et multilatérales, la participation aux nombreuses réunions internationales, l’accueil des délégations étrangères et le suivi efficient de notre programme de coopération seront pour vous des priorités.

« Vous veillerez à ce que la principauté de Monaco conserve son attractivité économique. Celle-ci, vous le savez, repose sur la gestion rigoureuse des finances publiques et sur notre détermination à continuer de financer sans dette et sans déficit structurel nos projets de développement et nos investissements. Il est essentiel que cette situation perdure, le cadre législatif et réglementaire devra y contribuer, avec notamment la future loi sur le droit économique et l’économie numérique, qui permettra d’adapter Monaco à l’évolution de la concurrence internationale.

« Sur le plan de la fiscalité internationale, vous vous attacherez à la poursuite de la politique de transparence que j’ai initiée, avec en particulier la mise en place de l’échange automatique de données financières dans le respect de l’engagement de Monaco d’y procéder en 2018. »

3. Conduire des projets structurants

« Le développement de Monaco passe notamment par la réussite de grands chantiers que j’ai lancés et auxquels je suis particulièrement attaché. Vous aurez la charge de veiller au bon aboutissement de ces chantiers et d’en faire des exemples. »

Extension en mer. « Le projet d’extension en mer au droit de l’anse du Portier me tient tout particulièrement à cœur. Il constitue en effet un enjeu majeur pour le développement de la Principauté. Il suppose le vote d’une loi de déclassement de parcelles du domaine public de l’État par le Conseil national. Je vous demande, dans le respect des prérogatives de l’Assemblée, de faire en sorte que ce vote intervienne dans les délais impartis. Le gouvernement devra ensuite superviser la réalisation de ce nouveau quartier, qui devra être achevé avant la fin des dix prochaines années, en veillant au respect des objectifs et exigences fixés, avec une attention toute particulière en matière de préservation de l’environnement, de protection des intérêts de l’État et d’harmonie urbanistique avec le quartier du Larvotto. »

Europe. « Les négociations avec l’Union européenne en vue d’un accord d’association constituent, j’en suis convaincu, une opportunité pour fixer un cadre institutionnel solide avec ce partenaire. Aux côtés du négociateur que j’ai désigné, je vous demande de tout mettre en œuvre pour que ces discussions aboutissent à un accord positif et équilibré préservant les spécificités qui fondent la réussite du modèle économique et social de la Principauté. »

Environnement. « La COP 21 a récemment tracé des perspectives d’évolution à l’échelle mondiale pour contenir le réchauffement climatique. Il s’agit d’un premier pas prometteur qui doit à présent donner lieu à une marche en avant commune des États, à laquelle la Principauté doit prendre toute sa part. Vous vous assurerez donc que notre pays tienne ses engagements internationaux en matière de préservation de l’environnement et de transition énergétique. Vous veillerez pour cela à ce que des évolutions soient mises en œuvre au plus tôt, notamment en matière de maîtrise de la demande et de limitation de l’empreinte énergétique du bâti. Ces évolutions devront permettre une diminution des émissions de gaz à effet de serre de 50 % en 2030 et amélioreront encore davantage la qualité de vie en Principauté. Il importe tout particulièrement de veiller à une utilisation efficiente du Fonds vert qui a été inscrit à ma demande au budget 2016. »

Service public. « À la tête de mon gouvernement, vous vous appuierez sur les services exécutifs de l’État dont vous prenez la direction. Ces derniers devront naturellement continuer à s’adapter aux évolutions sociales et technologiques, afin de maintenir une qualité de service public marquée par l’excellence et la proximité. La réalisation de vos missions devra s’opérer dans un état d’esprit ouvert et constructif vis-à-vis des partenaires institutionnels et sociaux, dans le strict respect des prérogatives de chacun. »

Trois priorités. «Sur l’ensemble de ces sujets et plus généralement pour toutes les actions de mon Gouvernement, vous serez animé de trois préoccupations majeures : le maintien de la maîtrise de nos finances publiques, le respect de l’éthique et de la transparence de l’État ainsi que la préservation de l’environnement. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.