“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La ville de Cagnes prête des toilettes chimiques aux gilets jaunes

Mis à jour le 10/12/2018 à 05:26 Publié le 10/12/2018 à 05:26
Lucie Formisano-Marfil, vendredi au conseil municipal : « On est un mouvement pacifiste pour le moment ».

Lucie Formisano-Marfil, vendredi au conseil municipal : « On est un mouvement pacifiste pour le moment ». Mathilde Tranoy

La ville de Cagnes prête des toilettes chimiques aux gilets jaunes

Des « gilets jaunes » au micro en plein conseil municipal !

Des « gilets jaunes » au micro en plein conseil municipal ! Ce n'était pas une manif. Ils s'étaient assis sagement sur les sièges dédiés au public. C'est le maire de Cagnes-sur-Mer qui les a laissés s'exprimer. Avant de faire voter une motion « en faveur de leur écoute ». Et de faire adopter la mise à leur disposition de toilettes chimiques sur le rond-point qu'ils occupent.

A l'ouverture de la séance du conseil municipal de Cagnes ce vendredi, il y avait sept « gilets jaunes » dans la salle, dont trois arborés par les élus Rassemblement national (1). Et dans le public, quatre des « gilets jaunes » qui occupent le rond-point du péage de l'A8.

« Monsieur le maire, que pensez-vous des ''gilets jaunes'' dans la salle ? », a interrogé Jacky Dufort, l'un des deux élus RN qui n'en portait pas. Espérant sans doute que le maire leur demanderait de les retirer ou de partir.

Peine perdue. « Chacun a le droit d'avoir ses idées du moment que cela ne perturbe pas le conseil municipal », s'est amusé Louis Nègre. Avant de se tourner vers les « gilets jaunes » du public : « Vous m'avez demandé de pouvoir intervenir au conseil municipal. Je suspends la séance. Vous avez la parole. »

Lucie Formisano-Marfil, l'une de leurs "chefs de file, a pris le micro : « Merci à vous M. le maire qui êtes venus nous voir, et aux autres élus qui l'ont fait aussi, comme M. Perez [RN]. Merci aussi aux forces de l'ordre. On est un mouvement pacifiste pour le moment, et pas un mouvement politique. Mais le président Macron ne nous écoute pas. On a demandé ce que le maire pense des "gilets jaunes". On vous demande aussi des toilettes pour garder le rond-point propre. »

« Un mouvement sans syndicats et sans partis, c'est rare, a salué Louis Nègre. Ça prouve qu'il se passe quelque chose. En plus, vous êtes respectueux des gens et des biens. Vous avez même balayé le rond-point ! »

Les toilettes chimiques ont été votées à l'unanimité.

La motion « d'écoute » du maire, elle, n'a pas été votée par le Front de gauche, en désaccord avec la critique des impôts.

Une autre motion, de soutien, présentée par Jean-Paul Perez n'a, elle, été votée que par lui et ses deux collègues frontistes féminines.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct