“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La renaissance du Tonkin

Mis à jour le 22/09/2017 à 05:15 Publié le 22/09/2017 à 05:15
Les jeunes réalisateurs et acteurs ont également participé à la séance questions-réponses après la projection du film.

Les jeunes réalisateurs et acteurs ont également participé à la séance questions-réponses après la projection du film. S.I.

La renaissance du Tonkin

Ils y ont mis tout leur cœur.

Ils y ont mis tout leur cœur. Et mercredi, au théâtre Daner, « leur » film a été projeté devant leurs parents et un public composé du maire Gérard Spinelli, Martine Cosentino responsable de la vie scolaire, et Ludovic Hedbaut, directeur de l'ALSH.

Ce court-métrage, intitulé « Le Tonkin », a été réalisé dans le cadre des activités du Centre durant les vacances de Pâques. Les associations « Il était un truc » et « Casa Doc » sont intervenues auprès d'une vingtaine d'enfants de 8 à 11 ans, sur une animation autour des techniques de tournage.

Afin de trouver un sujet qui touche Beausoleil, les associations ont travaillé sur un quartier de la ville, le Tonkin, qui représente une partie du Carnier.

L'émotion des anciens

Au cours de cette animation, les enfants ont dû réaliser un travail d'enquête, collecter des photos anciennes, visiter le quartier, réaliser des prises de vues. Les cinéastes en herbe sont rentrés dans la peau de personnes figurant sur des photos d'époque, ont réalisé un travail de montage et de réflexion.

Résultat, un très beau court-métrage montrant des photos d'antan en noir et blanc au Tonkin, avec des personnages d'époque, prenant vie et couleurs. Un vrai voyage dans le passé, au cœur de ce quartier dont l'histoire est expliquée d'une façon artistique et poétique. Un poème écrit par un ancien habitant du Tonkin est même récité par les élèves dans le film, retraçant la vie des enfants de l'époque.

Le film a été projeté un peu plus tôt à la Maison de retraite des Moneghetti, réveillant beaucoup d'émotions chez certains aînés qui se sont reconnus sur les anciennes photos. Le film s'inscrit parfaitement dans le cadre de l'inauguration récente du Centre Histoire et Mémoire, où il a tourné en boucle.

À travers la réalisation du film, faisant passer le langage cinématographique, l'histoire a été parallèlement transmise aux élèves, qui eux-mêmes, jouent le rôle de passeurs de mémoire. Une transmission transversale d'autant plus significative que c'est l'histoire familiale de certains de ces enfants, ou du territoire qu'ils habitent…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct