"La qualité de vie à Monaco est exceptionnelle": les confidences d'Albert Croesi

Albert Croesi poursuit ses missions pour aider le quotidien des Monégasques et résidents. Il conduit également un travail en hommage aux Grimaldi et au Prince Rainier III.

Article réservé aux abonnés
Propos recueillis par Joëlle Deviras Publié le 09/12/2022 à 16:00, mis à jour le 09/12/2022 à 13:45
Albert Croesi, délégué interministériel pour la Qualité de vie, également secrétaire du Comité de Commémoration du Prince Rainier III et vice-président de la Fédération des sites historiques des Grimaldi. Photo Frédéric Nebinger

Il est certainement le seul à faire de la politique sans en faire! Albert Croesi, que la rumeur aurait bien imaginé dans la course des prochaines élections nationales de février 2023, continue à travailler aux côtés des Monégasques et des résidents, avec un bon sens et un dynamisme qui le caractérisent, pour trouver à chacun des solutions.

Ce touche-à-tout de la vie locale le redit: il ne veut ni voix ni mandat. Il préfère consacrer son temps à reloger au mieux ses compatriotes, répondre aux questions sur la qualité de vie et organiser des manifestations festives pour rendre hommage aux Grimaldi et, en 2023, au Prince Rainier III tout particulièrement.

Depuis la fin de l'Expo Universelle au printemps dernier, avez-vous repris l'ensemble des activités qui étaient les vôtres à Monaco, notamment le rôle de délégué interministériel pour la Qualité de vie?

Tout d’abord, je n’ai jamais cessé de remplir cette fonction. Même de Dubaï, j’ai pu continuer à suivre, sans les négliger, les personnes pour des relogements. Cela dit, les résidents du Bel Air ont été les derniers en grand nombre dont j’ai eu à m’occuper avant de partir plus longuement pour Dubaï, et l’immeuble était vide quand j’ai ouvert le Pavillon à l’Expo. Certes, sur les questions de cadre de vie, avec la distance, le suivi quotidien était plus difficile, mais tout s’est désormais remis dans l’ordre et je suis à nouveau totalement disponible pour les personnes qui me sollicitent.

"Une grande fête sur le  Rocher pour le prince Rainier III"

Vous pilotez aussi le Comité de Commémoration du Prince Rainier III pour le centenaire de sa naissance en 2023. Quelle est exactement votre mission?

C’est la Princesse Stéphanie de Monaco, présidente du Comité, qui pilote et lance les projets. Pour ma part, j’ai eu le grand privilège d’être nommé par le Prince, secrétaire de ce Comité. Sous les directives de la présidente, mon rôle est de coordonner les différentes initiatives développées par plusieurs entités monégasques, et d’orchestrer les manifestations qui vont se dérouler à partir du mois de mai 2023 pour se terminer avec le Festival International du cirque en janvier 2024. Les commémorations débuteront à la date anniversaire du Prince Rainier III, le 31 mai, avec une très grande fête, sur le Rocher, où seront conviés l’ensemble des Monégasques et des Résidents.

Qu'est-ce qui vous tient à cœur pour cette année d'hommage au Prince Rainier III?

Je suis convaincu que les Monégasques et les résidents manifesteront avec ferveur leur affection et leur reconnaissance pour tout ce qu’a fait le Prince Rainier III, en répondant massivement présents à l’invitation qui leur sera adressée, en vue du 31 mai prochain. Mais aussi aux différentes manifestations qui leur seront proposées en différents lieux tout au long de l’année. Cela sera aussi, de notre part, une belle preuve de reconnaissance envers le Prince Albert II, qui poursuit l’œuvre de son père et nous permet d’évoluer à Monaco dans le plus beau pays du monde.

Vous poursuivez également le circuit des fiefs des Grimaldi?

Et avec un plaisir immense! Depuis quelques années, avec "Pavillon Monaco", j’organise les "Rencontres des Sites historiques Grimaldi de Monaco" qui se déroulent sur la place du Palais en réunissant une quinzaine "d’anciens Fiefs des Grimaldi". Cette année, la quatrième rencontre aura lieu les 10 et 11 juin.
En 2021, le Prince a souhaité la création de la « Fédération des Sites historiques » et m’en a confié la vice-présidence. À ce jour, nous comptons environ 100 sites historiques en France et quelque 30 sites en Italie. D’où l’existence, désormais, d’une Association Française et d’une Association Italienne des sites historiques Grimaldi de Monaco. En m’appuyant sur ces deux associations, il nous revient d’entretenir ces liens entre les communes et les régions « Sites historiques » et la Principauté de Monaco.

Vous avez été le "Monsieur Apolline" puis "Monsieur Helios" et "Monsieur Bel Air". Vous avez définitivement rendu la casquette du "Monsieur relogement"?

Quand les opérations se passent bien, il peut sembler qu’il ne se passe rien. Cela me va. Mais j’ai toujours ma casquette et, en étroite collaboration avec le Service de l’Habitat et l’Administration des Domaines, je m’occupe des résidents des villas des Jardins de l’Unesco qu’il faudra déplacer pour permettre la réalisation du futur complexe à Fontvieille. Les résidents étant moins nombreux que sur les opérations précédentes et ayant un peu de temps avant le début des travaux, tout se déroule pour le mieux.

La question de la qualité de vie a été largement débattue au cours des séances publiques du budget rectificatif du Conseil national. Quels retours avez-vous des résidents de Monaco?

Il ne faut pas tout mettre dans le même sac. La qualité de vie à Monaco est exceptionnelle. Prenez la peine de vous rendre dans d’autres villes et la comparaison est vite faite! À présent, si vous sous-entendez la qualité de vie sous l’aspect "mobilité", je ne vais pas vous dire que les résidents se réjouissent des difficultés ponctuelles de circulation. Cela dit, la grande majorité d’entre eux prennent leur mal en patience sachant, d’une part que les grands travaux avancent à grand pas et qu’ils seront bientôt terminés, et que dans une ville vivante et économiquement puissante, on ne circule pas aussi simplement qu’en rase campagne.

"Servir mon pays sans me soucier du verdict des urnes"

Piétons, automobilistes, cyclistes et autres utilisateurs de trottinette pourraient-ils, selon vous, mieux vivre ensemble?
J’ai un point de vue très personnel sur ces questions mais ce n’est pas mon rôle de le dire ici. Le Conseil national n’est pas le seul à se rendre compte de la problématique et à s’inquiéter de ces questions. Le gouvernement et ses services mènent des réflexions sérieuses sur ces sujets. C’est l’État tout entier qui est mobilisé.

Le temps est à la surélévation des immeubles en cours de construction: Palais à Honoria, Ida, Testimonio,... Les Monégasques vous font-ils part d'une inquiétude à ce propos?

Clairement oui par ceux qui sont bien logés et qui craignent d’être privés de la vue, mais absolument pas par ceux qui attendent l’attribution d’un logement dans le parc domanial.

Vous qui êtes au cœur de la vie publique, comment se fait-il que l'on ne vous voit pas dans l'échiquier des toutes prochaines élections nationales?

Malgré ce qui peut se dire, ce n’est pas parce que j’ai eu à traiter des sujets à connotation politique, que j’ai des intentions qui pourraient mener au Conseil national. La politique telle que je la conçois, c’est de continuer à servir mon pays et d’essayer d’aider les personnes qui me sollicitent, sans ressentir le besoin de faire partie d’un groupe, de porter la marque d’un parti, et donc pour ce qui me concerne, sans me soucier du verdict des urnes.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.