La mairie de Monaco poursuit la modernisation de ses panneaux publicitaires en ville

La mairie de Monaco a revu à la hausse ses tarifs publicitaires. L’occasion pour les élus communaux de rappeler l’importance de la politique de modernisation des panneaux et de l’argent qu’ils rapportent.

Article réservé aux abonnés
Anne-Sophie Coursier Publié le 10/01/2023 à 08:00, mis à jour le 10/01/2023 à 10:41
Les élus de la commune de Monaco vont prochainement se pencher sur le devenir des panneaux publicitaires du boulevard Princesse-Charlotte. Photo Jean François Ottonello

Plus modernes, plus jolis, les élus du conseil communal de Monaco veulent des panneaux publicitaires dans l’ère du temps pour leur ville et les résidents.

Fini les enfilades de panneaux 4x3 accrochés aux murs de certaines artères de Monaco, terminé les panneaux en papier, autant que possible, et place aux espaces numériques.

Une volonté née au premier mandat

Après avoir fait disparaître en 2020 un panneau de 12 m2 avenue Prince-Pierre, puis cinq vitrines de 16 m² chacune sur l’avenue du Port et une au niveau du boulevard Princesse Charlotte, la commune de Monaco a fait ôter les panneaux 4x3 du boulevard Rainier-III en fin d’année dernière.

"C’était également un peu symbolique à l’heure du centenaire de la naissance de Rainier III", précisait Axelle Amalberti-Verdino, adjointe au maire de Monaco, chargée du développement des ressources financières et déléguée à l’affichage et de la publicité, lors du dernier conseil communal de décembre.  

L’objectif reste toujours le même: "Rendre le parc plus aéré et ainsi gagner en esthétique et le moderniser par une évolution sur supports numériques. " 

Sur les quatre panneaux publicitaires papier qui se trouvaient sur le boulevard, un seul est resté. "Ces panneaux servaient essentiellement aux associations qui communiquaient par des affiches alignées dans un seul panneau sur leurs prochains événements. Ce n’était pas esthétique, pas forcément lisible non plus. Ils étaient dépassés et, avec eux, parfois, se trouvaient des doublons. L’un d’eux cependant a été maintenu, pour le monde associatif."

Les panneaux conservés le sont à certains endroits "car il y a des sociétés aussi qui ne peuvent et ne veulent annoncer que par ce biais." Ils sont dans tous les cas tous modernisés. "Souvent c’est le cadre qui est changé."

Quant au panneau publicitaire papier supprimé, il est remplacé par un espace numérique. "Nous travaillons en lien avec le gouvernement pour leurs implantations."

Une demande est par exemple en cours d’étude pour l’installation d’un espace numérique rue Princesse-Caroline.

L’installation d’un panneau numérique se veut exigeante et doit répondre aux normes écologiques d’aujourd’hui, dans le choix des matériaux par exemple.

"Concernant la luminosité, elle est automatiquement baissée lorsqu’il y a grand soleil." Ces panneaux sont également éteints entre 22 et 6 heures, la nuit.

Comme à Shanghai, sans l’excès

Les prochains panneaux publicitaires sur lesquels les élus veulent travailler sont les panneaux installés en enfilade boulevard d‘Italie ainsi que ceux qui sont implantés sur le boulevard de la Princesse Charlotte. "Pour l’instant, nous sommes au stade de l’étude et de la réflexion mais nous devons faire quelque chose à ces endroits. Ces installations ne sont plus esthétiques pour notre ville."

Le souhait de la mairie porte sur le tout numérique le moment venu, avec une offre qui maille la Principauté.

"À l’image de Shanghai ou Dubaï sans le côté excessif de ces grandes villes." Cette volonté des élus du conseil communal de moderniser les panneaux publicitaires de la ville de Monaco a été impulsée dès le premier mandat de l’équipe actuelle.

Une démarche qui demande du temps pour avancer. Elle exige de répondre à plusieurs contraintes à la fois.

Un audit a été commandé et ce dernier est en constante évolution.

"Il nous permet de faire des projections et d’avancer au fur à mesure. Car nous ne pouvons pas non plus être trop touchés budgétairement par le manque à gagner des panneaux supprimés."

Des panneaux écolos

Le plus important dans cette démarche se porte d’abord sur l’esthétique. "Ce que nous proposons doit être le plus beau et le moins dérangeant possible pour les résidents qui restent notre priorité, poursuit Axelle Amalberti-Verdino. Ensuite, il reste essentiel que le produit proposé soit le plus adapté aux annonceurs. Et réponde aux exigences écologiques d’aujourd’hui. Enfin, que les panneaux publicitaires nous rapportent toujours autant."

L’exploitation des panneaux publicitaires implantés sur le domaine public rapporte en effet beaucoup d’argent à la commune de Monaco. Chaque année, grâce à eux, la commune engrange 1,7 million d’euros.

"Cette gestion des panneaux publicitaires est d’autant plus importante qu’elle représente l’un des uniques moyens de faire des recettes. Nous mettons un point d’honneur à travailler sur ce sujet. Et grâce à ces recettes, nous pouvons accomplir des actions sociales, ce qui fait partie de notre rôle d’élus."

Ainsi, les recettes publicitaires permettent de compléter le financement d’un projet ou répondre à un besoin dans l’urgence ou encore soutenir l’action d’une association.

"C’est pour cette raison que notre service gère au mieux cette question des panneaux pour laquelle il se donne le plus possible. C’est important pour nous." Et pour les résidents de Monaco.

La commune de Monaco possède le monopole des panneaux publicitaires sur le domaine public et ceux situés dans les galeries souterraines publiques en Principauté. Photo Jean François Ottonello.

Qui gère les panneaux publicitaires?

La commune de Monaco possède le monopole des panneaux publicitaires sur le domaine public et ceux situés dans les galeries souterraines publiques en Principauté.

Seuls les panneaux publicitaires placés sous les arrêts de bus ou sur l’arrière des bus ou encore ceux implantés sur les parkings sont gérés par des organismes privés, parfois sous forme de régie ou de concession, comme pour les parkings.

Si les tarifs sont libres sur le domaine privé, sur le domaine public, c’est la commune de Monaco qui impose une grille tarifaire pour se trouver sur ses panneaux. Lors du dernier conseil communal, qui s’est tenu en décembre dernier, les élus ont voté à l’unanimité pour la hausse de ces tarifs. Elle correspond à environ 5%. "Cette hausse correspond à l’inflation , détaille Axelle Amalberti-Verdino. Dans cette nouvelle grille tarifaire, nous avons préservé le tarif des associations afin de ne pas les pénaliser."

L’indexation des tarifs s’est également portée sur certaines périodes comme celle du Grand Prix, événement qui décuple l’audience des panneaux publicitaires au sein de la ville de Monaco.

Le chiffre

1,7. C’est en million d’euros la prévision qu’a voté la commune de Monaco dans son budget 2023 concernant l’exploitation des panneaux publicitaires installés sur le domaine public. Cette recette est importante pour le budget du conseil communal.

En 2022, elle s’élevait à 1,5 millions d’euros, soit 2,08% des recettes totales de la mairie et 11,35% de ses recettes propres.

De manière générale, cette recette de l’affichage publicitaire permet d’entreprendre des actions sociales, de compléter le budget d’un projet à mener comme celui d’une crèche ou d’entreprendre des travaux d’urgence.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.