La Finlande entrouvre la porte à une adhésion à l'Otan sans la Suède

La Finlande a pour la première fois entrouvert la porte mardi à une adhésion à l'Otan sans la Suède, désormais dans l'impasse pour décrocher le feu vert de la Turquie après une série de manifestations antiturques à Stockholm où un Coran a été brûlé.

AFP Publié le 24/01/2023 à 13:11, mis à jour le 24/01/2023 à 13:13
La Finlande a pour la première fois entrouvert la porte mardi à une adhésion à l'Otan sans la Suède. Photo AFP

Une adhésion conjointe des deux pays nordiques reste "la première option" mais "nous devons évidemment évaluer la situation, si quelque chose s'est produit qui fait qu'à long terme la Suède ne peut plus avancer", a affirmé le chef de la diplomatie finlandaise Pekka Haavisto à la télévision publique Yle, jugeant toutefois qu'il est "trop tôt pour prendre une position".

L'autodafé d'un Coran par l'extrémiste de droite anti-islam Rasmus Paludan lors d'une manifestation --autorisée par la police-- samedi près de l'ambassade de Turquie à Stockholm a suscité de vives protestations d'Ankara et de plusieurs capitales du monde musulman.

Stockholm a déploré un acte "profondément irrespectueux" et exprimé sa "sympathie" aux musulmans en soulignant que la Constitution suédoise empêchait d'interdire ce type d'agissements, mais sans calmer la colère.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé lundi que la Suède ne pouvait plus compter sur le "soutien" d'Ankara après cet incident, qui s'ajoute à un autre provoqué par une vidéo de militants prokurdes mi-janvier.

Ces protestations sont une "entrave" pour les candidatures à l'Otan et les "manifestants jouent avec la sécurité de la Finlande et de la Suède", a déploré M. Haavisto mardi.

"Ma propre conclusion est qu'il y aura un retard (pour un feu vert turc), qui durera certainement jusqu'aux élections turques mi-mai", a-t-il reconnu. 

"Plan B"

Une manifestation prokurde, avec de nombreux drapeaux du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) honni d'Ankara, avait également eu lieu samedi dans le centre de Stockholm.

Mi-janvier, un groupe de soutien aux groupes armés kurdes en Syrie, le comité Rojava, avait pendu un mannequin à l'effigie de Recep Tayyip Erdogan devant l'hôtel de ville de Stockholm, suscitant l'indignation d'Ankara malgré des condamnations du gouvernement suédois.

Contrairement au cas de la Suède, la Turquie a dit ces derniers mois qu'elle n'avait pas d'objection majeure à l'entrée de la Finlande dans l'Otan.

Comme les 30 membres de l'alliance, Ankara doit ratifier l'entrée de tout nouveau membre, disposant d'un droit de veto de fait.

Seules la Turquie et la Hongrie --qui affirme, elle, ne pas vouloir les bloquer-- doivent encore ratifier les adhésions suédoise et finlandaise.

Helsinki avait toutefois jusqu'ici refusé de spéculer sur l'option d'une entrée sans la Suède, soulignant les avantages d'une adhésion conjointe avec son très proche voisin.

"Il y a un changement, où désormais les plans B sont exprimés à voix haute", souligne à l'AFP Matti Pesu, expert des questions de défense à l'Institut finlandais des Affaires internationales (FIIA).

"Plusieurs scénarios"

"Je pense que les chefs du gouvernement ont envisagé plusieurs scénarios, mais que jusqu'ici on estimait important de maintenir une ligne unie et qu'il n'était pas nécessairement sage de dire que la Finlande envisageait d'y aller sans la Suède", analyse-t-il.

Le ministre suédois des Affaires étrangères Tobias Billström a fait savoir mardi aux médias suédois qu'il était "en contact avec la Finlande pour savoir ce que cela signifie réellement".

Après l'émoi provoqué par son annonce côté suédois, Pekka Haavisto - actuellement favori pour être élu président finlandais en 2024 - a tenu à préciser ses propos. 

Lors d'une conférence de presse, il a affirmé n'avoir pas voulu "spéculer" sur l'option d'une adhésion sans la Suède, et démenti un "plan B".

"Mais évidemment dans un coin de notre tête, nous réfléchissons à différents mondes où des pays seraient empêchés de façon permanente d'adhérer", a-t-il dit.

En mai, les deux pays nordiques avaient déposé leur candidature le même jour au siège de l'Otan à Bruxelles, en conséquence directe de l'invasion russe de l'Ukraine, mettant un terme à des décennies hors des alliances militaires.

La Finlande, contrainte par Moscou à une neutralité forcée durant la Guerre froide, partage une frontière de plus de 1.300 kilomètres avec la Russie, qui étendrait d'autant la ligne de contact entre l'Otan et Moscou. 

Un protocole d'accord avec la Turquie avait été signé en juin à Madrid mais Ankara, qui reproche notamment à la Suède d'être un havre pour des "terroristes" kurdes, juge insuffisants les efforts suédois pour le respecter.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.