“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Roquebrune vise les 13,78 % de logements sociaux en 2025

Mis à jour le 13/05/2016 à 05:13 Publié le 13/05/2016 à 05:13
En janvier dernier, Thierry Repentin, délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat, était en visite à l’ancienne Base aérienne 943, où 150 logements sociaux verront le jour en 2019.

En janvier dernier, Thierry Repentin, délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat, était en visite à l’ancienne Base aérienne 943, où 150 logements sociaux verront le jour en 2019. Photo archives N.-M.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Roquebrune vise les 13,78 % de logements sociaux en 2025

En situation de carence par rapport à la loi SRU, la municipalité s'est engagée dans un contrat de mixité sociale. Avec la volonté de " rattraper le retard "

Logement social. Dans certaines assemblées, ces deux petits mots font trembler. Souvent synonymes de longues prises de bec. De tacles en tout genre. De dérapages sur des terrains glissants…

Il n'en a rien été, mercredi soir, lors de la réunion du conseil municipal de Roquebrune-Cap-Martin, à l'heure de débattre du contrat de mixité sociale grâce auquel la commune s'engage dans une démarche de partenariat, au plus près de la réalité du terrain, avec l'État.

Non pas que le sujet désintéresse. Mais les discussions entre conseillers municipaux avaient eu lieu en amont, lors d'une réunion préparatoire. Un préambule mené en bonne intelligence.

« Je remercie d'ailleurs tous les élus d'avoir accepté de se réunir avant pour évoquer ce sujet. Cette réunion a été riche en questions et nous a permis de trouver une voie dans laquelle travailler en tant qu'élus responsables et respectueux des lois républicaines… », précise d'emblée le maire, Patrick Césari.

En situation de carence par rapport à la loi SRU - aujourd'hui, Roquebrune ne recense que 365 logements sociaux contre 1 725 prévus dans le cadre de la loi Duflot - la Ville s'engage ainsi dans un contrat de mixité sociale qui ramène le taux de logements sociaux à 13,78 % en 2025. Le but fixé par la loi reste de 25 %. Mais la politique volontariste de production de logements sociaux est là (lire ci-dessous). Et Roquebrune s'achemine vers le mieux, donc.

Comment en faire davantage?

« Sur le littoral azuréen, le foncier est rare et cher. Et les lois protégeant l'environnement tellement nombreuses qu'il est compliqué de construire », résume Patrick Césari. Comment, dans ce contexte, parvenir à créer davantage de logements sociaux ?

« Nous présentons dans ce contrat de mixité sociale des pistes que nous considérons comme les plus pertinentes », annonce le maire.

D'ores et déjà, à Roquebrune-Cap-Martin, en application avec la loi, toute opération de collectif de plus de 800 m2 de surface plancher doit comporter au moins 30 % de locatif social. La commune va même plus loin en imposant ce même taux pour les logements construits d'une surface comprise entre 400 et 800 m2.

De plus, Roquebrune a listé et identifié des opérations possibles de réalisation de logements sociaux jusqu'en 2025. Comme par exemple, la colline Saint-Roman, sur laquelle devraient être construits 150 logements, dont 70 sociaux d'ici 2018. Ou encore, le très attendu projet de la BA 943, où 150 logements sociaux devraient être livrés en 2019. En 2024, ce sont 140 logements sociaux encore qui sont en projet dans le quartier de la Lodola/Pinède.

« Peut-être que tout ne se réalisera pas… Peut-être qu'il y aura de nouveaux projets. Et si la loi change dans les années à venir, nous nous adapterons », souffle Patrick Césari, comme un espoir à moitié avoué. Il émet enfin quelques réserves. « Nous devons être vigilants et toujours avoir les moyens de l'ambition de cette loi… »

Car qui dit logements sociaux, dit équipement en adéquation avec les familles qui s'y installent.

« La création d'une centaine de logements sociaux à Cap Azur en 2014 s'accompagne de l'ouverture d'une classe supplémentaire l'an prochain à l'école de la Plage. C'est une bonne chose quand cela fonctionne de pair », conclut le maire de Roquebrune-Cap-Martin.

Le stationnement résident va plus loin

Toutes les voies – à l’exception des axes commerciaux comme Aristide-Briand, Monléon, Churchill, Pasteur ou Doumer… – seront ouvertes au stationnement résident. C’est, en substance, le sens de la délibération votée à la majorité mercredi soir. Un rapport qui comportait aussi une condition : « Un seul véhicule par logement pourra bénéficier du tarif résident ». « C’est un problème », sourcille Hervé Martin, conseiller d’opposition divers droite.

« Nous n’ignorons pas ça, relativise Patrick Césari. Mais nous souhaitons mettre en œuvre le Paybyphone rapidement sur la commune. Et pour cela, il est nécessaire que cette délibération soit approuvée. Je vous propose que l’on reparle du stationnement résident dans quelques mois. Une remise en question partielle sera éventuellement envisageable. »

Visiblement peu convaincu, l’opposant n’embraye pourtant pas sur des questions subsidiaires. C’est Francis Leborgne (élu de gauche) qui prend le micro pour rappeler qu’il est « en attente d’un autre dispositif. Celui du stationnement gratuit pour des courses de petite durée. »

Parking, surveillance des plages…Les points à retenir

75.600 euros consacrés à la surveillance des plages

A l'approche de la saison estivale, le maire, Patrick Césari, n'a pas hésité, avec son conseil municipal à reconduire la convention qui lie la ville depuis plusieurs années avec le service d'incendie et de secours des Alpes-Maritimes.75 600 euros seront consacrés à la surveillance des plages cette année. Onze sapeurs seront ainsi présents sur les plages publiques tous les jours, de 9 h à 19 h du 1er juillet jusqu'au 31 août.

Un projet d'aménagement à l'ancienne pension Les Roses

15 logements, dont 5 sociaux, 22 places de parking et 142 m2 de surface plancher pour des commerces… C'est le projet proposé pour le parking situé au coin de la rue Victor-Hugo et de l'avenue de la Lodola à Carnolès par le groupement Pitch immobilier, le bailleur social Erilia et l'architecte J.-P. Sauvan. Projet retenu par le conseil municipal qui s'est engagé à céder la parcelle concernée pour un montant d'un million d'euros.

Des places en locationderrière la mairie

À la demande des riverains, dix places de stationnement du parking situé derrière l’hôtel de ville, avenue Virginie-Hériot, seront prochainement mises en location pour une redevance mensuelle de 50 euros.

 La mutualisation en marche

Si, à ce jour, l’instruction des permis de construire est déjà mutualisée, la Carf et ses quinze communes entendent élargir la mutualisation des services.A cet effet, les conseillers municipaux de Roquebrune ont approuvé le projet de schéma de mutualisation. Parmi les services à mutualiser en priorité : la commande publique.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.