“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Roquebrune vise les 13,78 % de logements sociaux en 2025

Mis à jour le 13/05/2016 à 05:13 Publié le 13/05/2016 à 05:13
En janvier dernier, Thierry Repentin, délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat, était en visite à l’ancienne Base aérienne 943, où 150 logements sociaux verront le jour en 2019.

En janvier dernier, Thierry Repentin, délégué interministériel à la mixité sociale dans l’habitat, était en visite à l’ancienne Base aérienne 943, où 150 logements sociaux verront le jour en 2019. Photo archives N.-M.

Roquebrune vise les 13,78 % de logements sociaux en 2025

En situation de carence par rapport à la loi SRU, la municipalité s'est engagée dans un contrat de mixité sociale. Avec la volonté de " rattraper le retard "

Logement social. Dans certaines assemblées, ces deux petits mots font trembler. Souvent synonymes de longues prises de bec. De tacles en tout genre. De dérapages sur des terrains glissants…

Il n'en a rien été, mercredi soir, lors de la réunion du conseil municipal de Roquebrune-Cap-Martin, à l'heure de débattre du contrat de mixité sociale grâce auquel la commune s'engage dans une démarche de partenariat, au plus près de la réalité du terrain, avec l'État.

Non pas que le sujet désintéresse. Mais les discussions entre conseillers municipaux avaient eu lieu en amont, lors d'une réunion préparatoire. Un préambule mené en bonne intelligence.

« Je remercie d'ailleurs tous les élus d'avoir accepté de se réunir avant pour évoquer ce sujet. Cette réunion a été riche en questions et nous a permis de trouver une voie dans laquelle travailler en tant qu'élus responsables et respectueux des lois républicaines… », précise d'emblée le maire, Patrick Césari.

En situation de carence par rapport à la loi SRU - aujourd'hui, Roquebrune ne recense que 365 logements sociaux contre 1 725 prévus dans le cadre de la loi Duflot - la Ville s'engage ainsi dans un contrat de mixité sociale qui ramène le taux...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct