“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'aménagement de la ville et son avenir en réflexion

Mis à jour le 26/03/2018 à 05:11 Publié le 26/03/2018 à 05:11
Le conseil municipal de Roquebrune.

Le conseil municipal de Roquebrune. archive Michael Alesi

L'aménagement de la ville et son avenir en réflexion

Lors du dernier conseil municipal, la semaine dernière, de nombreuses délibérations ont permis de poser des jalons pour faire évoluer la commune en termes d'urbanisme et de culture

Derrière une délibération fort administrative - sinon un peu barbare - se cache probablement un pan de l'avenir de Roquebrune-Cap-Martin. Car si la Communauté d'agglomération de la Riviera française signe aujourd'hui deux conventions avec l'Établissement public foncier régional (EPFR), c'est que la commune a des projets pour le quartier de Carnolès. Et plus spécifiquement pour les secteurs de Péglion et de Victor-Hugo. L'EPFR étant un « outil au service des collectivités territoriales pour mettre en œuvre des stratégies foncières adaptées, afin de mobiliser du foncier et de favoriser le développement durable ».

Requalification urbaine

En d'autres termes, l'EPFR a pour mission d'acquérir des terrains et de les conserver le temps nécessaire à la préparation des projets. Il les revend au moment où le projet est prêt à être réalisé. Un bon moyen pour soulager les communes et intercommunalités quand elles ont des ambitions mais un portefeuille serré à un moment donné.

Dans le cas de Roquebrune, ce sont ainsi les tout premiers jalons d'une vaste opération de « requalification urbaine », comme l'a souligné le maire, Patrick Cesari, lors du conseil municipal. Assortie de création de logements, de services publics et d'outils pour le développement économique. « On devra avoir une réflexion collégiale », souligne-t-il. Soulignant ainsi combien l'opération n'en est qu'à sa phase d'impulsion.

« On a défini une zone urbanisable compatible avec le Plan local d'urbanisme, autour du parking où il y a l'Intermarché, complète le premier adjoint, Richard Ciocchetti. L'EPFR a déjà acheté le terrain contigu. On pourrait mettre sur ce site une maison des seniors ou une maison médicale. Des choses qui manquent à la commune… »

Le maire ajoute pour sa part, et pour l'histoire, que L'EPF Paca fête cette année ses quinze ans.

« Or sa première opération dans les Alpes-Maritimes s'était faite à Roquebrune. Un rendez-vous va être organisé à Toulon pour cet anniversaire. J'aimerais que la ville soit représentée. On ne peut raisonnablement pas être absents…»


La suite du direct