“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Jean-François Robillon: "Tamaris, c'est 5 à 10 M€ gaspillés"

Mis à jour le 17/09/2014 à 08:24 Publié le 17/09/2014 à 08:00
Jean-François Robillon, conseiller national de la minorité Union Monégasque.

Jean-François Robillon, conseiller national de la minorité Union Monégasque. Eric Dulière

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Jean-François Robillon: "Tamaris, c'est 5 à 10 M€ gaspillés"

Les présidents des partis de l’opposition font un tour d’horizon des dossiers qui animeront les débats des séances publiques du budget rectificatif les 2, 3 et 7 octobre

Les présidents des partis de l’opposition font un tour d’horizon des dossiers qui animeront les débats des séances publiques du budget rectificatif les 2, 3 et 7 octobre

Jean-François Robillon, président d'Union Monégasque (UM) et ancien président du Conseil national, le dit d'emblée : il votera « contre » le budget rectificatif 2014 le 7 octobre, à l'issue des débats budgétaires du conseil national. Il explique sa position.

Pourquoi être déterminé à voter « contre » le budget rectificatif ?

Nous avons un vrai problème avec l'utilisation du fonds de réserve constitutionnel. L'article 74 de la constitution stipule que toutes les recettes et toutes les dépenses publiques doivent être votées par le Conseil national. Or, une grosse part du fonds de réserve est gérée sans vote. Il faut une commission plénière d'étude qui valide les comptes, les achats et les rachats. Tant que la gestion du fonds de réserve ne sera pas votée, nous ne voterons pas le budget.

Les recettes de l'État sont florissantes. Le fonds de réserve a plus de liquidités. Deux points qui ne vous font pas changer de position ?

La consommation, notamment celles des Français, va-t-elle se maintenir ? Si elle stagne, voire recule, Monaco risque d'avoir de sérieux problèmes sur la TVA. Ce qui est important pour nous, c'est que les étrangers viennent investir à Monaco.

Il semble justement que la Sûreté publique n'ait jamais délivré autant de cartes de résidents.

Des gens prennent une résidence. Mais nous avons besoin que de nouvelles sociétés s'installent en Principauté. C'est le travail du gouvernement, de la Chambre de Développement Économique et du réseau de représentations à l'étranger de trouver de nouveaux investisseurs. Or, depuis des années, nous disons qu'il manque de bureaux. Mais où sont les entreprises à haute valeur ajoutée dont on nous parle depuis des années ?

Que pensez-vous des dépenses d'investissements ?

Je suis opposé à la dépense systématique. Mettre entre 2 et 4 millions d'euros pour la rue Princesse-Caroline, je suis contre. Et je ne suis pas du tout d'accord avec l'utilisation d'un bloc des Tamaris au profit du Centre Hospitalier Princesse Grace. C'est entre 5 et 10 millions d'euros d'argent public gaspillé ! En transformant des logements neufs pour le CHPG, on laisse 15 à 20 familles non logées. Sans compter que Monaco devient infernal avec tous les chantiers. La qualité de vie devient médiocre alors qu'on se bat pour l'attractivité. Je ne suis pas opposé aux travaux. Mais il faut essayer de trouver de meilleurs phasages.

Votre position sur le centre d'entraînement de La Turbie ?

Notre position est claire : on ne voit pas pourquoi le gouvernement voudrait financer 25 millions d'euros d'investissements sur le rectificatif. Les élus UM se sont clairement exprimés contre cette ligne budgétaire.

La revalorisation des salaires des fonctionnaires ?

On a fait une proposition de loi en juin pour une revalorisation calculée sur l'inflation. 1% d'augmentation du point d'indice correspond à 2,4 millions d'euros dépensés par an. Nous sommes favorables sur le maintien du pouvoir d'achat des fonctionnaires. Nous ne sommes pas contre la prime exceptionnelle. Si le gouvernement peut le faire, il n'y a aucun problème ; pour les bas salaires en particulier. Mais on ne peut pas imposer une dépense supplémentaire à l'État si l'inflation est nulle.

La SBM ?

La SBM a un conseil d'administration et une direction. Il serait logique d'assigner des missions à la direction générale ; puis de voir si ces objectifs sont tenus. Or, aujourd'hui, on fonctionne dans le flou le plus complet. S'ajoutent également des pressions politiques. Il serait urgent que le président du conseil national s'intéresse à la loi de désaffectation nécessaire aux travaux de la SBM. Le plan de financement définitif de ces travaux est toujours inconnu. La responsabilité du président est de se positionner.

Le logement des Monégasques ?

Je suis très content que l'opération L'Engelin avance. Au primitif 2013, la livraison de Testimonio était prévue pour 2018. Les Monégasques n'auront sûrement pas ce programme domanial dans les temps. Laurent Nouvion doit accélérer les procédures de désaffectation. Il prend son temps, le temps des Monégasques. La majorité n'est pas aussi préoccupée par le logement des Monégasques qu'elle veut bien le dire.

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.