“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Jardins d'Apolline: le gouvernement "ne regarde pas à la dépense"

Mis à jour le 04/08/2017 à 11:17 Publié le 04/08/2017 à 05:03
La résidence les Jardins d'Apolline à Monaco

La résidence les Jardins d'Apolline à Monaco Photo JFO

Jardins d'Apolline: le gouvernement "ne regarde pas à la dépense"

Lors d'une conférence de presse hier, le gouvernement a rappelé les mesures financières en faveur des résidents d'Apolline, et a dévoilé le montant des indemnités de relogement

Les résidents des Jardins d'Apolline sont des sinistrés. Et le gouvernement entend bien les considérer en tant que tel, et leur apporter son soutien. C'est du moins le message qu'a relancé hier le gouvernement en invitant la presse à faire le point avec le maître des deniers, le conseiller de gouvernement ministre des Finances, Jean Castellini, entouré de Rémy Rolland, administrateur des domaines, et d'Albert Croesi, en charge de la gestion de cette crise.

Jean Castellini a rappelé les mesures énoncées par le ministre d'État à l'auditorium le 21 juin dernier, à savoir : gratuité des loyers pour les mois de juin, juillet et août, c'est-à-dire la "période estimée de rétablissement de la potabilité de l'eau", puis des loyers réduits de 50 %. 

"La potabilité a été rétablie plus vite, et c'est tant mieux, mais nous ne revenons pas sur cet engagement", détaille le conseiller ministre. Les titulaires d'un contrat habitat capitalisation, eux, bénéficient du reversement d'un montant équivalent à ce que touchent les locataires.

Pas de loyer pendant les travaux

Mais il y a plus : "Pendant cette crise sanitaire, les résidents n'ont pas eu la jouissance de leur appartement, puisqu'ils ne pouvaient pas consommer l'eau. De même, durant toute la durée des travaux et de leur relogement. Aussi, sur cette période, ils ne paieront aucun loyer", a expliqué Jean Castelli.

Ces travaux, dont le démarrage, à ce jour, est toujours prévu au premier trimestre 2018, devraient démarrer au bloc B, et entraîneraient non seulement le relogement de tous les occupants de ce bloc, mais aussi tous les appartements directement mitoyens dans le bloc D.

"On ne va pas attendre la dernière minute pour faire déménager les gens. Alors au fur et à mesure que les appartements proposés par Albert Croesi sont acceptés, les gens peuvent déménager, et ne s'acquitteront plus de leur loyer", a-t-il poursuivi. Donc même si les travaux ne commenceront que l'année prochaine, les résidents qui le souhaitent peuvent déménager dès que tout est validé pour eux.

"Nous faisons vraiment un programme à la carte", explique Albert Croesi. Ainsi, les résidents relogés n'emporteront que les meubles qu'ils souhaitent, ou aucun, ou tout. "On ne veut forcer les gens à rien, tout est fait au cas par cas."

"Une solution pour chaque foyer"

Même le choix du point de chute ne serait pas forcé, puisque ceux qui souhaitent se mettre eux-mêmes en recherche dans les communes voisines, ou faire usage de leur résidence secondaire, ou aller vivre chez quelqu'un... bref, tous ceux qui souhaitent trouver eux-mêmes une solution bénéficieront d'une indemnité forfaitaire de relogement basée sur la typologie du logement qu'ils occupent à Apolline : 1.500 euros pour un T2, 2 500 euros pour un T3, 4 500 pour un T4.

"Nous avons validé ces chiffres en regardant les loyers qui se pratiquent dans les communes limitrophes, justifie Jean Castellini. L'état prendra en charge le dépôt de garantie, en cas de location."

Toutefois, il ne s'agit pas là d'une obligation, et le conseiller ministre se veut très clair : "Le grand principe, c'est qu'une solution sera proposée à chaque foyer. Personne n'a l'obligation de chercher quoi que ce soit.."

Pour autant, le gouvernement insiste sur le fait que les attributions de logements de la résidence l'Engelin seront "intégralement préservée", ne subissant aucune influence de ce qui se passe aux Jardins d'Apolline.

Concernant les travaux, là aussi, Jean Castellini rassure: "Les résidents qui ont effectué des modifications dans leur appartement auront la visite d'un architecte pour qu'ils récupèrent leur logement dans la même configuration."

Même ton rassurant chez Albert Croesi: "C'est du sur-mesure, il n'y a aucune obligation, aucune contrainte. J'ai déjà rencontré une quarantaine de personnes du bloc B. La liste des appartements disponibles grossit de jour en jour. Les relations avec les résidents sont excellentes. Les gens sont raisonnables et compréhensifs."

Le conseiller de gouvernement ministre résume l'intention de l'état: "On ne regarde pas à la dépense, on fait au mieux."

Rémy Rolland, administrateur des domaines, Jean Castellini, conseiller de gouvernement ministre des Finance, et ALbert Croesi chargé de la crise des Jardins d’Apolline, assurent que le gouvernement fait son maximum pour trouver une solution pour chacun.
Rémy Rolland, administrateur des domaines, Jean Castellini, conseiller de gouvernement ministre des Finance, et ALbert Croesi chargé de la crise des Jardins d’Apolline, assurent que le gouvernement fait son maximum pour trouver une solution pour chacun. Michael Alesi

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct