Rubriques




Se connecter à

Jacob, Larcher et Baroin... Trois ténors des Républicains à fond derrière Renaud Muselier

Parce qu’ils considèrent que l’élection n’est pas jouée en Paca, trois ténors des Républicains montent au créneau et appellent sans nuance à voter pour Renaud Muselier au second tour.

PAR Denis Carreaux Publié le 23/06/2021 à 20:48, mis à jour le 24/06/2021 à 08:46
exclusif
Dans la dernière ligne droite, LR met de côté les querelles internes. Réunis hier au siège du parti à Paris, François Baroin, Christian Jacob et Gérard Larcher appellent à voter pour Renaud Muselier. Photos Philippe Dobrowolska

Oubliés les psychodrames du mois de mai autour du rapprochement avec LREM et de la composition de la liste de Renaud Muselier. Finis les hauts cris, les noms d’oiseaux et les mises en cause personnelles qui ont abouti aux démissions fracassantes du maire de Toulon, Hubert Falco, puis de celui de Nice, Christian Estrosi.

D’une même voix, dans le même bureau, Christian Jacob, président de LR; Gérard Larcher, président du Sénat, et François Baroin, maire de Troyes et président de l’Association des maires de France, appellent les électeurs à se mobiliser pour que Renaud Muselier conserve son fauteuil de président de la Région Sud.

Ils ont reçu notre journal, ce mercredi matin, au siège parisien des Républicains pour expliquer leur position et afficher leur unité. L’enjeu est de taille pour les barons de la droite: éviter qu’une région, une seule, Provence-Alpes-Côte d’Azur, tombe dans l’escarcelle du Rassemblement national.

 

L’écart entre Renaud Muselier et Thierry Mariani est moins important que ce que prévoyaient les sondages. Que traduit ce résultat?

Christian Jacob: "C’est la reconnaissance du travail effectué. Beaucoup de nos compatriotes ont bien cerné quel était le rôle des collectivités, notamment des régions, au plus fort de la crise sanitaire. Renaud Muselier a effectué un travail remarquable pendant cette période. Imaginez si le RN avait été à sa place!"

Gérard Larcher: "C’est un bon résultat de premier tour. Renaud Muselier a un très bon bilan. Sur les questions d’environnement et de transports, c’est sûrement un des meilleurs."

François Baroin: "Renaud Muselier a incarné, dans une période extrêmement difficile, ce qu’il fallait être comme président de région pour combler les défaillances de l’État."

 

La gauche s’est retirée. Est-ce que le RN peut encore gagner?

Gérard Larcher: "Ceux qui nous font confiance, les familles de la droite et du centre, doivent se mobiliser, y compris ceux qui ont pu avoir des doutes. Il ne faudrait pas que dimanche, la région tombe dans l’absurde."

François Baroin: "Le retrait de la liste de gauche peut donner le sentiment que la victoire sera évidente au second tour. Personne ne peut le dire. Ce n’est pas parce qu’une liste de gauche se retire que tous les électeurs vont voter pour Muselier. La mobilisation doit être pleine et entière. Nous souhaitons la victoire de Renaud Muselier."

Christian Jacob: "Une élection se joue au second tour. Il faut rester déterminés jusqu’à la fin. Renaud Muselier a la crédibilité d’un projet, ce qui n’est pas le cas du RN."

Que dites-vous aux électeurs de droite déboussolés par les polémiques autour du rapprochement avec LREM et les prises de position de certains élus LR contre Renaud Muselier?

 

Christian Jacob: "Nous avons eu un vrai désaccord avec Renaud Muselier sur la composition de la liste. C’est maintenant derrière nous. Le choix du second tour, c’est de savoir si on veut aller en absurdie ou continuer le travail effectué dans cette région où il y a encore beaucoup à faire."

François Baroin: "Renaud Muselier a accompagné, tout au long de cette campagne, son engagement et sa fidélité à notre famille politique. On doit s’attaquer à toutes les causes qui font que les gens se tournent vers le RN. La région peut apporter des réponses."

Gérard Larcher: "Je dirai à ceux qui se sont interrogés: pensez d’abord à votre région. Renaud Muselier est profondément attaché aux valeurs de la République. C’est cela qui doit rassembler, dans la clarté la plus absolue."

Christian Estrosi invite Renaud Muselier à faire de la place à la gauche qui, à nouveau, ne siégera pas à la région. Il a raison?

Gérard Larcher: "Je suis certain que Renaud Muselier a cette capacité d’ouverture. Il ne doit pas y avoir de citoyens exclus."

Christian Jacob: "Quand on préside une collectivité, on ne s’adresse pas à des partis politiques, mais à l’ensemble de ses compatriotes. Je fais confiance à Renaud Muselier pour cela."

 

François Baroin: "Renaud Muselier est le président sortant, mais il n’avait pas été élu. Désormais, il est totalement libre. Ce sera sa victoire, et il n’a plus besoin de petite voix qui lui souffle à l’oreille."

La droite renforce ses positions au premier tour. Cela vous conforte-t-il dans l’idée que le scénario de la présidentielle ne se résume peut-être pas au duel annoncé Macron-Le Pen?

Christian Jacob: "Depuis dix-huit mois, on a gagné toutes les élections: les municipales, les sénatoriales, vraisemblablement les départementales et les régionales. Il y a un vrai chemin et une attente autour de la droite républicaine. Il faut construire dans le rassemblement et l’unité."

Gérard Larcher: "Avant de tirer des conséquences, on doit se mobiliser pour ce second tour qui doit voir nos candidats faire le meilleur score possible. Les Français ne veulent pas être réduits au non-choix dans lequel on veut les enfermer entre le président sortant et Mme Le Pen. Notre responsabilité, c’est de leur permettre de choisir. Le niveau d’abstention traduit un pays en souffrance."

François Baroin: "Les résultats d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen au premier tour, c’est un message subliminal des Français pour dire qu’ils ne se laisseront pas enfermer. En Marche est un bon carburant pour le RN. Le seul antidote, c’est ce que nous portons et incarnons."

Jean Leonetti a été chargé de réfléchir à une solution de "départage" de manière à désigner un candidat pour la présidentielle. Quel est le calendrier?

Christian Jacob: "Il démarrera après le second tour. Nous devons avoir désigné un candidat de rassemblement au mois de novembre. On va s’y préparer, mais il faut passer une étape après l’autre."

Copier ici le titre de la « Bio express » pour le Web

Copier ici le texte de la « Bio express » pour le Web.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.