Rubriques




Se connecter à

Jacob et Muselier dans le Var: "Ciotti, Peltier et Morano ne mettront jamais un bulletin FN"

Message raphaëlois ce samedi en marge d’un meeting des Régionales, la famille républicaine est unie. Ce qui n’empêche pas le patron LR d’assumer ses propos passés égratignants MM. Falco et Estrosi.

Laurent Amalric Publié le 05/06/2021 à 21:10, mis à jour le 05/06/2021 à 22:09
Christian Jacob et Renaud Muselier tout en complicité ce samedi soir dans le Var mais sans hypocrisie. Photo Sophie Louvet

Les Républicains "sudistes" ont fait parler d’eux depuis quelques semaines dans le cadres des Régionales. Alliances, troubles, dissensions internes, démissions... Quelle tournure allait donc prendre la venue de Christian Jacob, le patron du parti, ce samedi soir, à Saint-Raphaël au meeting de Renaud Muselier ?

Leur arrivée conjointe, après une promenade informelle dans les rues commerçantes, était guettée avec une certaine fébrilité en fin d’après-midi aux abords du Palais des congrès. Surtout par les médias qui dressent micros et caméras dès leur sortie de véhicules.

Amis malfaisants : pas de mea culpa

En coulisse, l'ambiance est totalement détendue. Cette amicale venue du patron des Républicains allait-elle aussi acter le mea culpa concernant les termes "amis malfaisants" adressés à Renaud Muselier, début mai, en comité stratégique parisien, à l’encontre d’Hubert Falco et Christian Estrosi ?

 

"Non, ce n’est pas le propos !, évacue le patron LR. Nous avons eu des points de désaccord sur la composition de la liste aux Régionales. Je l’assume. A présent ils sont dépassés. Nous sommes dans le temps de la campagne. Nous avons ici un candidat qui est un vrai patron. Il a su retrouver ses réflexes de médecin urgentiste dans une crise passée compliquée", développe Christian Jacob.

S’il parle "médecine", ce dernier ne reconnaît pas pour autant que ses propos aient pu être "blessants" à l’encontre des caciques du parti depuis déserteurs.

"Il faut avoir le cuir épais"

"Vous savez il faut avoir le cuir épais quand on fait de la politique. Des blessures vous croyez que je n’en aie pas enduré moi ? Si on n’est pas capable d’encaisser ça... Puisque vous faites allusion à Hubert, sa décision a le mérite de la cohérence. Voilà. On est capable de passer au-dessus. Concernant les alliances, ma position n’a pas changé non plus. Je considère qu’il faut être sur nos couleurs. Après, je suis en soutien total de Renaud Muselier qui peut s’honorer de son bilan", insiste M. Jacob.

Mariani "le dégagé"

La percée dans les sondages de Thierry Mariani (RN) et la crainte d’une théorie des dominos si la Région "tombait", peut bien entendu expliquer cet appui sans faille. Christian Jacob, lui, le justifie surtout par une volonté de se battre contre un candidat "parachuté", venu "chercher le gîte et le couvert au RN parce qu’il s’est fait dégager de tous ses mandats !".

"Avec eux, il n’y a pas un chiffre en face ! Et sur la sécurité, ils sont dans l’intox totale... ", tacle au passage Renaud Muselier pour replacer le débat autour du "programme commun", faire front contre le "front". Jusqu’au prochain "grand incendie" interne, après les flammèches Ciotti, Peltier et Morano ?

 Ciotti: "Jamais un bulletin FN"

"Je n’ai pas le sentiment que tout se passe aussi mal qu’on veut bien nous le dire. Nous restons le premier parti de France en intentions de vote. Nous avons nos débats, mais nous les assumons publiquement ! Concernant les trois noms cités, je leur fais toute confiance. Cela n’empêche pas les désaccords, mais jamais ils ne mettront un bulletin Front national ! Ni blanc... Il nous reste trois semaines. Le coup de colère sera passé", positive Christian Jacob pour qui, à Saint-Raphaël ce soir, il n’y avait "pas vraiment le feu dans la maison".

 

Offre numérique MM+

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.