Rubriques




Se connecter à

INTERVIEW EXCLUSIVE. Crise migratoire, dédommagement pour les sinistrés du coup de mer à Monaco... Le prince Albert-II nous dit tout

La montée du populisme, la pollution plastique en Indonésie, la crise migratoire en Méditerranée, les "graves malfaçons" aux Jardins d'Apolline et l'Hélios,.. Le Prince Albert-II se confie

Thomas Michel Publié le 19/11/2018 à 11:58, mis à jour le 19/11/2018 à 11:58
L'objectif de zéro voiture en Principauté est l'un des objectifs du prince Albert-II dans sa politique de décarbonation. Photo JFO

sur ses craintes du populisme

"Je partage ces craintes autour du populisme. Le discours de M. Macron, et d’autres, sur l’importance du multilatéralisme, était un message très fort à notre époque. Nous devons tous restés attentifs à préserver les équilibres, non seulement en Europe, mais partout dans le monde. Il faut bien veiller à ce que certaines crises ne s’amplifient pas ou ne dégénèrent pas. Il était utile, au cours de cette commémoration du 11-Novembre à Paris, de rappeler l’importance du dialogue entre les nations et le rapprochement entre leaders politiques."

sur les drames causés par le dérèglement climatique

"Les dérèglements climatiques sont déjà la source de drames terribles. Nous le voyons depuis des années au Bangladesh ou encore ces derniers jours dans les incendies en Californie, où plus de 600 personnes [1.000 ce lundi, ndlr] sont encore portées disparues! Nous le voyons indirectement dans d’autres crises, comme en Afrique, où les enjeux environnementaux ne sont jamais très loin. Je le vois encore au fil de mes déplacements et le constate dans les différentes étapes des Explorations de Monaco, qui m’amènent à rencontrer des acteurs de l’environnement et des populations impactées par les effets des changements climatiques. On sait que ces phénomènes sont, hélas, amenés à se multiplier et à s’intensifier. C’est une raison importante pour considérer les enjeux environnementaux avec la plus grande attention et mobiliser la communauté internationale. Je le fais depuis plusieurs années mais il faut continuer, d’où l’importance des Explorations de Monaco et des recherches, notamment sur les océans dont on connaît de plus en plus le rôle de régulation du climat et d’absorption du Co2 et des gaz à effet de serre."

sur la gestion de la crise migratoire en méditerranée et le rôle de la principauté

"Par sa taille, l’impact de Monaco sur une telle crise est limité. ça ne nous empêche pas de prendre notre part à la gestion et à la prévention de ces drames.  La gestion, c’est l’accueil des migrants. Nous avons répondu présent en ce qui concerne quelques familles de réfugiés, que nous avons accueillies en Principauté pour certaines, dans des communes limitrophes pour d’autres. Évidemment, notre capacité d’accueil est limitée mais de nombreuses ONG et associations monégasques œuvrent sur le terrain, notamment à la frontière franco-italienne. La prévention, c’est la mobilisation dans les instances internationales et une politique de coopération très ambitieuse par rapport à notre taille et notre budget. Mais n’oublions pas que les dérèglements climatiques risquent de devenir, dans les décennies à venir, l’une des principales causes de migration si nous n’agissons pas. Des projections publiées par l’ONU évoquent le chiffre de 250 millions de réfugiés à l’horizon 2050, autant que la population de l’Indonésie!"

sur le sommet "our ocean, our legacy" en Indonésie et son message sur la pollution plastique

"C’est une urgence absolue. Il y a eu une vraie prise de conscience autour de la problématique. Il y a notamment eu une très belle session sur les plastiques avec plusieurs représentants d’ONG, dont Ellen McArthur [récipiendaire du prix Albert-1er récemment, ndlr], qui a répété son message d’économie circulaire qui consiste à donner une valeur au produit plastique. Ce qui est très important, et fait la marque de fabrique des conférences "Our Ocean", c’est que tout groupe, ONG ou société, peut annoncer publiquement des engagements. Là, il y avait dans la même salle Coca-Cola, Pepsi Cola, Unilever ou Nestlé, qui se sont tous engagés à réfléchir. Je ne sais pas s’ils le feront ensemble mais le fait d’avoir Coca-Cola et Pepsi Cola autour d’une même table est déjà un exploit. Ils se sont engagés à réfléchir à de nouveaux packaging 100% recyclables. C’est un engagement fort et il y a du positif, des progrès. Les médias ont aussi contribué à la forte sensibilisation autour de la problématique. J’espère que de plus en plus de pays, comme en Principauté, interdiront l’usage de sacs plastique, de pailles et autres objets du quotidien. Il faut limiter la production, optimiser les collectes et le traitement du plastique. Intensifier aussi le tri sélectif par des campagnes de sensibilisation et soutenir différentes initiatives sur cette problématique extrêmement grave."

 

sur une principauté sans voitures

"Zéro voiture en Principauté pourrait être un des objectifs de notre politique de décarbonation. Pour atteindre ces objectifs, il faudra favoriser les alternatives aux véhicules à moteur thermique. C’est pourquoi nous devons continuer à développer l’offre de transports en commun et l’aide à l’acquisition de véhicules électriques. Et même, un jour, à hydrogène. Nous n’éviterons pas la question de la régulation des véhicules et l’autorisation de circulation de certains d’entre eux en ville. On me demande souvent pourquoi on ne met pas en place de circulation alternée. On y réfléchit, notamment sur l’accès principal à la Principauté. C’est le projet de téléphérique ou encore le rétablissement de la Crémaillère auquel songe le maire de La Turbie. Ce sont de très bonnes idées mais il faut voir si elles sont réalisables. Si on peut limiter l’arrivée de véhicules en Principauté, la qualité de vie n’en sera qu’améliorée et l’empreinte carbone aussi."

Sur le coup de mer, l'aide du gouvernement aux sinistrés et la banalisation de ces phénomènes

"J’ai été informé immédiatement car j’étais en déplacement. Comme tout le monde, j’ai été impressionné et choqué en voyant les images de cette tempête extrêmement violente. J’ai un message de compassion pour tous ceux qui ont subi des dégâts au regard de leur ampleur. J’ai immédiatement demandé à ce qu’on constate ces dégâts et me fasse un compte rendu précis. Les membres du gouvernement sont allés sur place et je confirme que tout sera fait pour venir en aide aux personnes touchées. Je salue aussi le travail réalisé par les services publics mobilisés. Je sais que certaines voix se sont élevées, regrettant de ne pas avoir été prévenues, mais personne n’avait pu prévoir le coup de mer et le vent associés à cette tempête. La Principauté n’a pas été la seule touchée, il y a malheureusement eu des victimes en Italie, ce qui prouve bien qu’il faut faire de plus en plus attention à l’impact des événements climatiques. Il n’y a pas besoin d’avoir beaucoup de connaissances scientifiques pour voir que nous sommes entrés dans une période où les phénomènes naturels sont de plus en plus fréquents et violents. Le constat vaut pour le monde entier et il ne faut pas banaliser ces événements. En Principauté nous réfléchissons pour se prémunir au mieux. Ce sera une composante importante du projet qui a été imaginé pour le réaménagement du Larvotto, que j’ai déjà approuvé dans ses grandes lignes et qui le sera dans quelques semaines au Conseil national. L’extension en mer a été conçue pour porter une attention plus accrue des violents coups de mer, dans la perspective, malheureusement, d’une possible élévation du niveau de la mer. Le projet présente toutes les garanties nécessaires."

sur les malfaçons d'apolline et de l'hélios

"De telles situations n’auraient jamais dû se produire et ne doivent plus se reproduire. Tout ceci doit servir de leçon. Ces malfaçons sont effectivement avérées et elles sont très graves pour certaines. Il faut tout de même garder à l’esprit que la plupart de nos constructions présentent des qualités remarquables, y compris après plusieurs décennies. Ces erreurs doivent d’autant plus renforcer nos exigences. Non seulement sur la manière dont sont conduits les chantiers, mais aussi sur le choix des entreprises et des prestataires de services. On sera extrêmement attentif à cela à l’avenir et le Gouvernement l’a très clairement signifié aux prestataires concernés. D’une part, en leur imposant de rectifier les défauts constatés; d’autre part, en prenant des garanties beaucoup plus importantes qu’actuellement. J’y veillerai personnellement."

sur sa perception des relations actuelles entre le gouvernement et le conseil national

"Je suis les débats et les échanges et je rappelle qu’ils doivent être guidés par l’intérêt général. Je les souhaite comme toujours positifs mais apaisés aussi. Cela ne doit pas se traduire par une surenchère d’exigences des élus, accompagnée d’un besoin excessif de communication. Ce qui aurait pour effet d’être contre-productif. Les dossiers majeurs et d’importance pour la Principauté et sa population font l’objet d’un traitement responsable de la part du Gouvernement, à l’écoute, bien sûr, des propositions du Conseil national. Évidemment, il peut y avoir des divergences, mais l’échange ne doit pas être systématiquement dans la confrontation, comme cela a pu être le cas ces derniers temps. Le Gouvernement agit selon mes instructions et selon la politique que je lui assigne. Le Conseil national a tout son rôle à jouer dans les domaines législatif et budgétaire mais l’essentiel est que chacun joue et respecte son rôle constitutionnel et institutionnel."

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.