“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Inondations d'octobre 2018: pourquoi l'état de catastrophe naturelle a été refusé à Menton, Cap d'Ail et Roquebrune

Mis à jour le 31/01/2019 à 16:05 Publié le 31/01/2019 à 16:04
La commune de Menton exclue de l’arrêté de catastrophe naturelle, malgré les conséquences dramatiques du coup de mer.

La commune de Menton exclue de l’arrêté de catastrophe naturelle, malgré les conséquences dramatiques du coup de mer. Photo Jean-François Ottonello

Inondations d'octobre 2018: pourquoi l'état de catastrophe naturelle a été refusé à Menton, Cap d'Ail et Roquebrune

Cagnes, Saint-Laurent et Villeneuve-Loubet. Mais pas Cap-d’Ail, Menton ni Roquebrune. L’arrêté de catastrophe naturelle, suite aux inondations d’octobre, fait débat. Le point et les explications.

Il a été signé à la veille de Noël mais n’a vraiment rien d’un cadeau. Pire, l’arrêté du 24 décembre dernier donne satisfaction à trois des communes concernées, en excluant les trois autres. Elles étaient donc au nombre de six, dans le département des Alpes-Maritimes, à solliciter le bénéfice de l’état de catastrophe naturelle après le violent coup de mer survenu dans la nuit du 28 au 29 octobre 2018.Ce qui implique, pour les victimes, des indemnisations plus rapides.

Pour les sinistrés de Cagnes-sur-Mer, Saint-Laurent-du-Var et Villeneuve-Loubet, l’horizon s’éclaircit. Pour ceux de Cap-d’Ail, Menton et Roquebrune-Cap-Martin, en revanche, les perspectives semblent bouchées.

La nouvelle est rude. D’autant que des élus affirment avoir découvert le contenu de...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct