Rubriques




Se connecter à

Ilot Pasteur : la mairie interpelle le gouvernement

En séance du conseil communal de mardi, les élus municipaux ont demandé au gouvernement de reconsidérer sa réponse négative à la mise en place d'un local de répétitions pour musiciens

Nicolas Hasson-Fauré Publié le 12/05/2016 à 05:02, mis à jour le 12/05/2016 à 05:02
En séance publique et en aparté, George Marsan, le maire, Jacques Pastor, l'adjoint au maire délégué aux sports et aux loisirs, et Nicolas Croesi, l'adjoint au maire délégué à la jeunesse, ont évoqué le dossier. La réponse négative du gouvernement a été « une surprise », disent-ils. Michael Alesi

C'est une délibération en forme d'interpellation. Mardi soir, en séance du conseil communal, les élus municipaux ont demandé au gouvernement la « mise à disposition d'un local de répétition au sein de l'îlot Pasteur ». La commune souhaite que 300 m² de la surface de cet espace qui doit notamment comprendre la médiathèque, un espace polyvalent ou un centre de tri postal soient alloués aux groupes de musique qui souhaitent s'entraîner.

Le problème, et la raison de la délibération de mardi, c'est que le gouvernement a dit non. Et la mairie lui demande de reconsidérer sa position sur le dossier.

« Ce n'est pas du luxe »

« On nous a opposé deux raisons, explique Georges Marsan, le maire de Monaco. On nous a dit que le local que nous avions identifié devait être en fait un espace de stockage. Et on nous a dit que le coût des travaux était trop élevé. »

Nicolas Croesi, l'adjoint au maire délégué à la jeunesse, ne goûte pas vraiment à l'argument budgétaire. Le projet de local de répétitions a été évalué à 300 000 euros. Avec cette somme, « je ne pense pas qu'on va ruiner le gouvernement », lâche-t-il. D'autant que les élus insistent sur un élément. S'ils demandent la mise en place d'un tel espace, c'est parce qu'il y a, disent-ils, une vraie demande pour ce « projet majeur pour la municipalité » à Monaco.

 

« Les jeunes ont besoin de locaux », appuie encore Nicolas Croesi. « Aujourd'hui, ils ne peuvent répéter nulle part », abonde Georges Marsan. « Ils doivent aller répéter à La Turbie ou chez des copains », complète Jacques Pastor, l'adjoint au maire délégué aux sports et aux loisirs. « Ce n'est pas du luxe, reprend Nicolas Croesi. Cela répond à un besoin, à une demande de la population identifiée. »

Bref, les élus municipaux ne s'expliquent pas vraiment les raisons de ce refus. D'autant qu'ils évoquent, à plusieurs reprises, l'exemple de la maison des associations A Casa d'i Soci qui a officiellement ouvert ses portes en juillet 2014 et « fonctionne à merveille ».

« Une surprise »

« Dès le départ, quand on a fait l'inauguration, cela (NDLR : le local de répétition) avait été validé, rembobine Georges Marsan. Pour nous, c'était logique. » Le courrier du gouvernement refusant d'accéder à la demande de la mairie « a été une surprise », poursuit-il.

 

La prochaine étape, dans le dossier, est une nouvelle réponse du gouvernement à la mairie.

Mais dans tous les cas, le local de répétitions ne devrait pas voir le jour tout de suite. Les travaux à l'ouest de la Principauté, qui ont démarré cette année, doivent durer quatre ans. Le local ne devrait pas voir le jour avant au mieux 2020. Du moins à l'îlot Pasteur.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.