“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Gérard Spinelli visé par une enquête préliminaire

Mis à jour le 27/02/2020 à 11:21 Publié le 27/02/2020 à 11:21

Gérard Spinelli visé par une enquête préliminaire

Selon Mediapart, la PJ de Nice enquête sur des faits présumés de détournement de fonds publics. Tout part d’un signalement auprès de la justice par... Stéphane Manfredi, depuis, candidat aux municipales

Voilà qui devrait donner du grain à moudre aux détracteurs politiques de Gérard Spinelli, à un peu plus de deux semaines du premier tour des élections municipales. Selon des informations de Mediapart, publiées hier, le maire sortant est visé par une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics et faux en écriture publique, ouverte le 14 février par le procureur de la République de Nice. Une information de nos confrères qui nous a été confirmée, hier, par le parquet de Nice.

« L’affaire Spinelli n’est certes pas le dossier du siècle mais les documents que nous avons pu consulter dessinent le portrait d’un maire friand de champagne et de bons repas dans les restaurants de la Principauté, aux frais des contribuables beausoleillois », résume la journaliste.

Des exemples cités

Tout est parti d’un signalement effectué, le 26 août 2019, auprès du Parquet national financier par « un employé municipal ». Lequel a, depuis, « démissionné de son poste » au sein de la municipalité beausoleilloise.

Dans la foulée de la réception du courrier, l’institution judiciaire s’en est dessaisie. Et c’est le parquet de Nice qui a hérité du dossier. Xavier Bonhomme, nouveau procureur de la République à Nice, a confié mi-février l’enquête à la police judiciaire de Nice. Dans l’article de Mediapart, il est notamment fait référence à l’explosion du poste de dépenses « fêtes et cérémonies », approuvé lors du vote du budget communal en 2019. Celui-ci passant de 498 000 à 776 000 euros. « Rapportée aux 13 600 habitants de cette petite commune, la dépense annuelle se chiffre à 57 euros par habitant. Totalement hors norme », écrit Mediapart.

Factures à l’appui, le média d’investigation évoque, pêle-mêle, plusieurs exemples d’achats ou de moments festifs qui, selon l’auteur du signalement, auraient été payés par les finances de la commune.

Des bouteilles de champagne et de whisky en 2018. Un déjeuner en mairie le jour de la relaxe de Gérard Spinelli dans l’affaire de la Tour Odéon dite « mains propres ». Une soirée sur le port après l’inauguration du Centre culturel Prince Jacques. Mais aussi un repas au Café de Paris le soir de l’anniversaire de son épouse en juillet 2018, les factures mentionnant pourtant « repas des ambassadeurs ». Il est également fait question des relations entre la mairie et l’association beausoleilloise des Amis d’Alba.

Une enquête en cours

Les fins limiers de la PJ de Nice auront donc pour charge de confirmer, ou non, ces accusations. « À ce jour, aucune information ne nous a été transmise, par quelque entité administrative ou judiciaire que ce soit, a réagi, hier soir, Gérard Spinelli. Nous avons pris connaissance de l’article de Mediapart, paru à quelques jours des élections municipales et alimenté par un opposant électoral. Nous y apporterons évidemment toutes les précisions nécessaires. »

Dans sa réponse aux sollicitations de Mediapart, Gérard Destéfanis, premier adjoint aux finances, parle « d’éléments sortis de leur contexte et pour la plupart non avérés ». Se questionnant, ensuite, sur l’identité de l’auteur du signalement. Et demandant s’il ne s’agissait pas « d’un opposant électoral, employé municipal et responsable jusqu’en septembre 2019 du service protocole et donc en charge des questions en toute transparence ». Une allusion non feinte à Stéphane Manfredi, ancien collaborateur de Gérard Spinelli et désormais candidat pour lui ravir le fauteuil de maire.

Sollicité hier soir, Stéphane Manfredi confirme qu’il est bel et bien l’auteur du signalement au Parquet national financier. « À l’époque, je n’étais pas du tout candidat. Je n’ai jamais eu de nouvelles jusqu’à ce papier de Mediapart. Désormais, je laisse faire la justice de mon pays. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.